Land Rover Defender 110 P400 SE 2020 : une légende, c’est une légende! - messages.columnarticles-details.Columns

Essais routiers

Land Rover Defender 110 P400 SE 2020 : une légende, c’est une légende!

Il n’y a que très peu de VUS qui portent le titre de légende sur roues, et le Land Rover Defender est très certainement l’un d’eux.

- Design unique
- Capacité hors route
- Choix de moteurs
- Aménagement intérieur

- Fiabilité
- Bruits de caisse omniprésents
- 16,5 litres/100 km
- PHEV pas offert au Canada

Essais routiers

Créé en 1948, le Land Rover Defender a roulé sur tous les continents dans les endroits les plus reculés du monde. Pour bon nombre de tribus, le Defender est le premier et le seul véhicule qu’ils n’auront jamais vu. Le pari est énorme pour Land Rover d’autant plus que le Defender fait son grand retour en Amérique du Nord.

Quand ils redessinent un véhicule avec une personnalité aussi forte et distinctive que le Land Rover Defender, les stylistes sont obligés de respecter son héritage. Dans le monde des VUS hors route, le Defender ne fait pas exception. Regardez simplement les deux autres légendes du genre : Mercedes-Benz G-Wagon (aussi connu sous le nom de Classe G) et Jeep Wrangler. On comprend que le conservatisme est de mise, et c’est parfait comme cela. On veut un Defender pour ses capacités mais aussi pour son look. Et c’est réussi ! Les détails et les références au passé sont évidents, et on les a bien intégrés sans tomber dans la caricature.

 



Land Rover offre deux empattements : le 90 à 3 portières et le modèle à l’essai, le 110 à 5 portières. On sait toutefois qu’une version 130 est en préparation pour augmenter les dégagements aux places 6, 7 et 8 dans le coffre. L’une des beautés du Defender vient de l’infinité de possibilités de configurations. Exemples : 8 designs de jantes de 19 à 20 pouces, trois types de toits différents (fermé, ouvrant, coulissant) et pas moins de 4 ensembles d’accessoires (Explorateur, Aventure, Campagne, Urbain). Pour encore plus d’unicité, on peut avoir un coffret latéral, un porte-bagage, une échelle, des marchepieds, des décalques, des arches de protection plus large, une prise d’air surélevée et un couvercle de pneu de secours. Toujours à grands frais, cela contribue au facteur « wow » du Defender.

Vie à bord

Le Defender a beau être un Land Rover, pas question de cuirs fins ni de boiseries fines aux 48 couches de verni lustré. C’est fait pour trimer dur, pour jouer dehors, pas dans un salon.

La finition se montre sans reproche, et l’on propose une collection de matériaux à la fois originaux et endurants. On le dit rarement, mais quelle bonne idée de retrouver beaucoup de plastique : entretien facile.


Land Rover Defender 110 P400 SE 2020

Pour une présentation unique et pratique, on retrouve plusieurs caractéristiques intéressantes comme une tablette qui fait la largeur du tableau de bord et un éclairage ambiant. On laisse des rivets à la vue pour une allure plus robuste. La planche de bord compte sur tous les gadgets numériques du constructeur à l’instrumentation et à l’infodivertissement. Même si son objectif n’est pas de nous cajoler, il y a énormément d’équipements à bord. Malheureusement, les craquements étaient omniprésents et de partout.

Même s’il est conçu pour l’aventure, on obtient un haut degré de confort, et l’espace ne manque pas. Les réglages ne se comptent pas, et l’on jouit d’une excellente visibilité. La collection de caméras aide. Pour l’arrière, l’accès est facile grâce à de larges portières à grande ouverture. Au coffre, même s’il est possible d’avoir deux sièges supplémentaires, nous ne le recommandons pas ; attendez le 130. Dans le 110 à 5 ou à 6 places, on obtient 972 litres de base et 1 875 une fois le dossier rabattu. Notez que le Defender n’a pas de hayon mais bien une porte à ouverture latérale.

Land Rover Defender 110 P400 SE 2020

Technique

Il existe une variété de moteurs livrables sous le capot du Defender. À la base de la gamme, un 4-cylindres de 2,0 litres de 300 chevaux, et le moteur à l’essai, un 6-cylindres en ligne turbocompressé de 3,0 litres bon pour 395 chevaux et un couple de 406 livres-pieds. Comme dirait l’autre : « Ça marche en maudit » (de 0 à 100 kilomètres/heure en 6,1 secondes). Non seulement la puissance est-elle au rendez-vous, mais la boîte de vitesses automatique à 8 rapports affiche un rendement très fluide. Le Defender présente une capacité de remorquage de 3 864 kilos (8 500 livres).

Pour ceux qui voudront plus de vélocité, le Defender proposera aussi un V8 de plus de 500 chevaux. Déception : Land Rover n’importe pas l’hybride rechargeable avec sa batterie de 19,7 kilowattheures et ses quelque 43 kilomètres d’autonomie électrique.

Land Rover Defender 110 P400 SE 2020

Au volant

Au même titre qu’un Wrangler, le Defender est fait pour aller partout où il n’y a pas de route. C’est là qu’il prend tout son sens. C’est avec PLAISIR que je me suis jeté dans le champ pour en tester les capacités.

On compte sur une collection de modes de conduite qui optimisent le rouage en fonction du type de terrain sur lequel nous roulons. Les suspensions sont adaptatives et pneumatiques ; elles peuvent surélever le Defender et lui assurer une garde au sol de 11,5 pouces ; le Jeep Wrangler Rubicon est à 10,8 pouces. Cet attribut, en plus de ses angles d’approche (38 degrés), ventraux (28 degrés) et de fuite (40 degrés), lui permet de passer où bon lui semble avec facilité, même dans 35 pouces d’eau. La gestion de la puissance et du différentiel autobloquant fait qu’il a toujours du mordant.  

Sur la route, son comportement étonne. Stable, il faut pousser la note pour le perturber. La direction répond avec une belle précision et donne un réel agrément de conduite. Ses suspensions fait que toutes les imperfections deviennent imperceptibles. Les gros freins (avant : 14,3 pouces ; arrière : 13,8 pouces) démontrent une bonne puissance et un aplomb certain. Tout semble aller pour le mieux jusqu’au moment où l’on voit sa consommation de carburant à 16,5 litres/100 kilomètres, sur de l’essence super, bien sûr.  

Land Rover Defender 110 P400 SE 2020

Conclusion

J’adore le Defender. C’est une légende qui fait honneur à sa réputation, même celle de sa fiabilité. Le modèle à l’essai, en plus de ses innombrables craquements, sentait le liquide de refroidissement. Ce n’est pas normal. Est-ce que nous le recommandons ? Nous aimerions tellement, mais non. Sa fiabilité reste un problème, et que dire de la consommation !

Land Rover Defender 110 P400 SE 2020

Données techniques

Marque

Land Rover

Version

92 215$

Options

Peinture vert Pangea: 900 $ Ensemble confort (réfrigérateur à la console): 640$ Régulateur de vitesse intelligent: 1 020 $ Ensemble de timon: 650$ Jantes de 20 pouces: 700$ Toit panoramique coulissant: 1 750$ Ensemble climat froid: 510$ Ensemble avancé de capacité hors route: 820$ Différentiel arrière actif: 1 360$ Groupe Explorateur: 6 000$

Échelle de prix

59 700 $ à 96 000 $

Version à l’essai

110 P400 SE

Transport et préparation

1 700 $

Marque

Moteur

6-cylindres en ligne suralimenté de 3,0 litres de 395 ch. à 5 500 tr/min, 406 lb-pi de 2 000 à 5 000 tr/min

Transmission

Automatique à 8 rapports

Autres moteurs

L4 turbocompressé de 2,0 litres de 296 ch. à 5 500 tr/min, 295 lb-pi de 1 500 à 4 000 tr/min V8 suralimenté de 5,0 litres de 518 ch. de 6 000 à 6 500 tr/min et 461 lb-pi. de 2 500 à 5 500 tr

Consommation enregistrée

16,5 litres/100km

Volume du coffre

972/1875 litres

Longueur (mm)

5 018 mm (avec roue de secours)

Largeur (mm)

2 105 mm (miroirs ouverts)

Hauteur (mm)

1 967 mm

Empattement (mm)

3 022 mm

Poids à vide

2 284 kg (5 035 lb)

Réservoir d’essence

90 litres

Capacité de remorquage

3 856 kg (8500 lb)

Garantie de base

4 ans/80 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

4 ans/80 000 km

RPM est fière de vous livrer des opinions 100% indépendantes. Nos essais routiers et nos essais comparatifs ne sont pas exigés ni commandités par les constructeurs automobiles.

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer