Le Nissan Murano 2018-2019 est-il un bon achat? - Chroniques

Question du jour

Le Nissan Murano 2018-2019 est-il un bon achat?

Un lecteur voudrait faire l’achat d’un Nissan Murano 2018-2019. Il veut savoir si c’est un bon véhicule.

Nissan

J'ai présentement un Mazda CX-5 en fin de location. Je regarde pour le Nissan Murano 2018-2019. Est-ce un bon achat en général?

- Alain

À LIRE AUSSI : Acura RDX Elite 2018 ou Nissan Murano Platinum 2018?

Bonjour. Le Nissan Murano commence sérieusement à montrer des signes du temps. Du point de vue du design, il demeure très intéressant avec ses lignes audacieuses. Cependant, sur le plan technique, il affiche un grand retard face à la compétition. Personnellement, je pense que Nissan devrait lui donner un sérieux coup de barre pour le moderniser et améliorer son rendement général.

Si je commence par l’aspect esthétique du produit : la finition extérieure laisse à désirer. Considérant le prix demandé, les ajustements des panneaux de carrosserie devraient être plus sérieux. Encore une fois, cette réalité s’applique en fonction de ce que la compétition offre. Une fois à l’intérieur, la déception se poursuit. On retrouve des matériaux de qualité douteuse et une finition digne d’une voiture de 20 000 $... et encore. L’ergonomie n’est pas un point fort. On retrouve encore les vieux systèmes de Nissan avec des boutons très petits difficiles à manipuler. Il n’est pas rare, en roulant, d’appuyer sur la mauvaise commande pour cette raison. De plus, le système d’infodivertissement date et se montre de moins en moins intuitif.

L’espace se montre, pour sa part, correct pour 4 personnes. En revanche, oubliez l’idée d’avoir un 5e passager ; il sera très inconfortable. Le volume du coffre impressionne avec une aire de plus de 1 100 litres. Notez toutefois que le seuil est passablement élevé.

Sur le plan technique, on retrouve dans le Nissan Murano le vieux, mais fiable, V6 de 3,5 litres VQ utilisé depuis des années. Même s’il n’est pas un exemple de modernité, on obtient une mécanique solide et éprouvée. Par contre, la consommation est une source de déception. Lors de mes derniers tests avec le Murano, l’hiver dernier, j’ai eu de la difficulté à aller sous les 10 litres/100 km, et ce, même en étant très vigilant et en roulant surtout sur l’autoroute. À cela, ajoutons une boite automatique à variation continue (CVT) qui râle en permanence dès que vous touchez l’accélérateur. Le mariage moteur/transmission n’est pas très invitant. Le dernier point qui m’a franchement déçu : le rouage intégral. Minimaliste est le mot qui me vient à l’esprit. Il n’offre pas un bon rendement lorsque nous en avons besoin. Pour être capable d’en tirer un minimum dans des conditions dégradées, on doit impérativement désactiver le système de contrôle de traction et de stabilité.

En gros, le Nissan Murano n’est plus dans le coup en ce qui me concerne. Je vous suggère d’aller voir la concurrence, plus intéressante à tous les points de vue. Sur cette liste, on retrouve le Ford Edge et, prioritairement, la Subaru Outback.  

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer