Le Salon de Chicago, en trois dévoilements - Actualités

Salons

Le Salon de Chicago, en trois dévoilements

Le Salon de l'auto de Chicago bat actuellement son plein. Malgré sa grande superficie il est boudé par les constructeurs. Par contre, il y a eu quelques dévoilements intéressants.

Antoine Joubert

17 février 2018

Antoine Joubert

À découvrir, le Salon de l’Auto de Chicago passe chaque année sous le radar. Pourtant, il s’agit du plus grand, du plus agréable à visiter. Situé dans le McCormick place qui abrite plus de 1,6 million de pieds carrés de surface d’exposition, il s’agit de loin du plus grand salon automobile d’Amérique du Nord.

Les kiosques sont donc plus grands et plus élaborés qu’à Detroit, et ce même si l’aspect spectaculaire des installations est moins prononcé. Comme à Detroit, les constructeurs de véhicules exotiques brillent par leur absence. Pas de Ferrari, de Lamborghini, de Rolls-Royce, du moins de la part des constructeurs locaux. En revanche, les concessionnaires de la région ne se gênent pas pour exhiber leurs plus beaux exemplaires, dans un espace qu’on baptise Super Car Gallery. C’est à cet endroit que j’ai pu apercevoir pour la première fois l’utilitaire Lamborghini Urus, qui évidemment, faisait tourner les têtes.

Hélas, Chicago est aussi boudé des constructeurs en ce qui concerne les dévoilements médias. Chaque année, de moins en moins d’annonces y sont faites, Chicago se situant bien sûr après Detroit, mais avant New York. Cette année, les dévoilements se sont faits rares. Plusieurs constructeurs convoquaient la presse automobile pour effectuer des présentations qui, au final, se voulaient une parade de chiffres de ventes…

Heureusement, certains d’entre aux avec plus qu’un communiqué à nous lire. Voici donc les quelques nouveautés qui ont retenu mon attention au Salon de Chicago.

# 3 – Ford Transit Connect

En troisième place, le Ford Transit Connect. Un véhicule qui n’a rien d’excitant, mais qui pour 2019, se refait une beauté. Nouveau faciès, nouvelle présentation intérieure, et une capacité de remorquage maximale majorée à 2 000 livres. Or, la plus grande surprise se situe sous le capot, alors qu’on annonce l’arrivée de deux nouvelles motorisations.

Comme mécanique de base, un quatre cylindres de 2,0 litres à injection directe et système arrêt-démarrage, qui pourrait être remplacé par un tout nouveau quatre cylindres EcoBlue turbo diesel de 1,5 litre. Voilà une motorisation qui risque d’attirer les entrepreneurs qui y verront certainement une façon d’économiser à la pompe.  

#2 – Nissan

Chez Nissan, on se la joue en mode « hiver ». En effet, le constructeur présentait trois véhicules destinés à en mettre plein la vue aux amateurs de la saison froide. D’abord, le Nissan Armada Snow Patrol, passablement modifié afin de pouvoir braver les pires conditions hivernales. Au menu, des pneus de 35 po à gros crampons, des jantes Cognito de 20 pouces et un pare-chocs d’acier auquel s’intègre un treuil de 12 000 livres de capacités. À cela s’ajoute une galerie de toit un rail de feux à DEL, des marchepieds exclusifs ainsi qu’une peinture qui a pour but de faire tourner les têtes.

Nissan s’est aussi amusé à créer l’ultime voiture de sport hivernale, sur les bases d’une 370Z Roadster. Le concept est simple, puisqu’il invite cette décapotable à chausser des chenilles à l’arrière et des skis à l’avant. D’où le nom qu’on lui a attribué : 370Zki. C’est donc le toit baissé, avec 332 chevaux sous le pied droit, que Nissan nous invite à découvrir les joies de ce sport d’hiver, de façon assez originale.

Bien sûr, ces deux véhicules demeurent à l’état de concept et n’ont aucune chance d’aller en production. Toutefois, il en sera différent pour le troisième véhicule, le Nissan Titan, qui se présente avec une suspension relevée de 3 pouces, pour un look plus agressif et des capacités passablement relevées. Hélas, cet ensemble n’est pas offert au Canada. Seuls les concessionnaires Nissan américains seront autorisés à l’installer et à le garantir.

# 1 – Volkswagen Arteon

Que pouvait bien nous réserver Volkswagen à Chicago? Eh oui, l’annonce de la commercialisation de l’Arteon en Amérique du Nord. Voilà une voiture élégante, certainement inspirante, et qui a pour objectif de rivaliser avec les Buick Regal et Kia Stinger de ce monde. Reposant sur la plateforme MQB aujourd’hui si chère à Volkswagen, cette berline sera mue par un quatre cylindres de 2,0 litre turbocompressé de 268 chevaux, jumelé à une boîte automatique à huit rapports et à la traction intégrale 4Motion. Elle vient ainsi remplacer la défunte Volkswagen CC, qui tirait sa révérence l’an dernier, après une carrière de huit ans.

Volkswagen a aussi profité de ce dévoilement pour annoncer un prolongement de sa garantie de base aux États-Unis, aujourd’hui étable à 6 ans ou 72 000 miles (115 000 km). Hélas, rien n’a été confirmé concernant cette offre sur le marché canadien.

Pour plus d’informations

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer