Volvo V60 2015 - messages.columnarticles-details.Columns

Standard

Volvo V60 2015

Benoit Charette

31 décembre 2014

Ligne sublime
Performances routières surprenantes
Confort des sièges
Équipement complet

Direction peu communicative
Fiabilité incertaine
Boîte automatique pourrait être plus performante


Standard

Données techniques

Marque

Volvo

Version

Polestar

Options

aucune

Échelle de prix

66 895 $

Version à l’essai

Polestar

Marque

Moteur

L6, 3,0 litres, turbo, DACT, 345 ch @ 5 250 tr-min, 369 lb-pi @ 3 000 tr-min

Transmission

Automatique à 6 rapports

Autre conduite

Traction intégrale à prise constante

Consommation annoncée (ville)

12,8 l aux 100 km

Consommation annoncée (route)

8,0 l aux 100 km

Consommation enregistrée

13,1 l aux 100 km

Garantie de base

4 ans / 80 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

4 ans / 80 000 km

Contre toute attente, c’est la Volvo V60 Polestar 2015 qui remportait cet automne le titre de la meilleure voiture de performance de plus de 50 000$, devant la toute nouvelle Ford Mustang, aux essais annuels de l’AJAC (Association des Journalistes Automobiles du Canada). Que l’on soit d’accord ou pas avec cette nomination, force est d’admettre qu’une majorité de journalistes, dont moi, ont été séduits par cette très voyante familiale.

Bien sûr, cette voiture se vendra tout de même au compte-goutte, et n’aura jamais le succès de la légendaire sportive américaine. Mais pour une première fois en plus de dix ans, le constructeur suédois a su se placer sous les projecteurs en s’illustrant avec une voiture dont la plupart des gens ne connaissaient même pas l’existence. Pour M. Tout-le-Monde, cela signifie donc qu’on peut peut-être à nouveau considérer l’achat d’une Volvo. Car entre vous et moi, le constructeur suédois qui se trouve depuis 2011 dans les mains d’intérêts chinois a su avec brio se faire oublier du grand public…

Polestar?
Essentiellement, Polestar consiste en une entreprise fondée en 1996, dans l’optique principale de devenir le partenaire officiel de Volvo pour la course automobile. Et si cette division s’est faite jusqu’ici discrète de ce côté-ci de l’Atlantique, elle a notamment su se faire connaître du côté de l’Europe et de l’Australie pour ses efforts soutenus dans les championnats de World Touring Car. Naturellement, marketing oblige, on souhaite maintenant recréer avec Polestar l’équivalent du pendant AMG chez Mercedes-Benz, ou de la division M chez BMW. À plus petite échelle, bien sûr.

Fort heureusement, Volvo ne se contente pas  de proposer que de belles roues de 20 pouces et cette peinture bleue rebelle exclusive qui, au demeurant, peut être remplacée par un noir un peu plus classique. On s’est notamment attardé au groupe motopropulseur, à la suspension, aux freins et à l’aérodynamisme, pour en faire une voiture plus performante et amusante.

D’entrée de jeu, mentionnons que le six-cylindres en ligne de 3,0 litres, offert dans les différentes versions T6 de la famille Volvo, passe ici à 345 chevaux, notamment grâce à la révision du turbocompresseur, du refroidisseur d’air de suralimentation et du système d’échappement. D’ailleurs, en plus d’une sonorité mécanique accentuée par un turbocompresseur plus intrusif, on dénote une acoustique plus agressive émanant du pot d’échappement, particulièrement en mode sport. Il faut dire que l’échappement comporte ici un clapet d’ouverture qui s’active passé le cap des 4000 tr-min, et qui demeure ouvert en tout temps lorsque le mode sport est activé.

À cela vient s’ajouter une boîte automatique à six rapports révisée pour des passages de vitesse plus rapides, mais qui entre vous et moi, demeure tout de même moins efficace qu’une authentique boîte séquentielle à double embrayage.

Une vraie sportive
Agressive, la V60 Polestar est bien sûr très rapide. Il ne faut d’ailleurs que 5,2 secondes pour effectuer le traditionnel 0-100 km/h, ce qui est loin d’être négligeable. Cependant, c’est sur belles routes sinueuses que l’on en découvre toutes les vertus. D’abord, le rouage intégral reprogrammé pour acheminer davantage de couple aux roues arrière élimine efficacement l’effet de couple souvent ressenti au volant des voitures Volvo, même lorsqu’elles sont dotées du rouage intégral. L’appui en virage, comme la stabilité à haute vitesse, est également accentué par ces pneus Michelin Pilot Super Sport qui collent littéralement au bitume, ainsi que par des ressorts hélicoïdaux raffermis de 90% à l’avant, et de 72% à l’arrière. Il en résulte une conduite réellement sportive, extrêmement dynamique et super amusante, qui incite d’ailleurs à franchir trop souvent les limites de la légalité…

Au quotidien, la voiture laisse néanmoins sentir son poids considérable, et déçoit par une direction qui n’est hélas pas à la hauteur des autres éléments mécaniques, pour offrir l’ultime expérience de conduite. On constate également que la suspension très ferme, jumelée aux roues de 20 pouces, compose parfois mal avec l’état de notre chaussée. Mais à ce compte, il en va de même pour n’importe quelle sportive du genre.

Telle une botte de ski…douillette !
Bien sûr, la V60 Polestar affiche constamment ses aptitudes sportives par la fermeté de sa suspension, mais aussi par sa puissance et sa sonorité. Toutefois, cela n’empêche pas la voiture d’offrir un confort remarquable, presque ouaté, notamment en raison d’une excellente insonorisation, mais aussi grâce à ces sièges sport exclusifs, aussi confortables qu’enveloppants. L’environnement habitable de la Polestar est d’ailleurs caractérisé par une finition unique qui marie à merveille le cuir, l’Alcantara, les surpiqûres bleues, la fibre de carbone et les accents métalliques, le tout pour une expérience sensorielle inoubliable.

Comme chez la plupart des Volvo, la position de conduite est fantastique. L’ajustement du siège et de la colonne de direction offre toute la latitude pour convenir à la plupart des conducteurs, et le bloc d’instruments récemment retravaillé, et qui prend place dans la plupart des modèles de la marque, constitue un modèle d’efficacité. Hélas, comme tout n’est pas parfait, vous constaterez que les places arrière ne sont pas aussi spacieuses qu’on le souhaiterait. Bien sûr, le volume de charge est généreux et la banquette est repliable en sections, mais le manque de dégagement aux jambes risque de déplaire à certains ados…

Des options?
Non. Aucune. En fait, la voiture est livrée avec tout l’équipement rêvé, qui serait évidemment trop long à énumérer. Pour 66 895$, auxquels s’ajouteront 1 715$ de frais de transport et de préparation, vous aurez droit à une familiale ultra performante, et fardée de gadgets de luxe. Il ne vous restera qu’à choisir parmi les deux teintes disponibles, et entre la berline et la familiale. Car effectivement, vous pourriez préférer la S60 Polestar, identique à notre sujet, mais sans le hayon.

Faites vite…
En terminant, sachez que la stratégie de relance de Volvo réside ironiquement dans l’abandon de tous ses moteurs à cinq et six cylindres, pour ne faire place qu’à des quatre cylindres turbocompressés. La V60 Polestar, qui n’est bien sûr offerte qu’en édition limitée, pourrait ainsi n’exister que l’espace d’une année. Et qui sait ce que Volvo nous servira comme modèles Polestar dans les années à venir. Mais en attendant, voilà une occasion aussi unique qu’agréable de se démarquer avec une voiture qui ne possède aucune rivale  directe. Surtout pas…la Mustang !

 

Marque

Volvo

Version

Polestar

Options

aucune

Échelle de prix

66 895 $

Version à l’essai

Polestar

Marque

Moteur

L6, 3,0 litres, turbo, DACT, 345 ch @ 5 250 tr-min, 369 lb-pi @ 3 000 tr-min

Transmission

Automatique à 6 rapports

Autre conduite

Traction intégrale à prise constante

Consommation annoncée (ville)

12,8 l aux 100 km

Consommation annoncée (route)

8,0 l aux 100 km

Consommation enregistrée

13,1 l aux 100 km

Garantie de base

4 ans / 80 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

4 ans / 80 000 km

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer