Volkswagen Passat 2016, normalisation… - messages.columnarticles-details.Columns

Standard

Volkswagen Passat 2016, normalisation…

Benoit Charette

26 octobre 2015

Espace intérieure
Faible consommation
Comportement


Retrait du TDI
Manque de personnalité
Perception que la marque


Standard

Données techniques

Marque

Volkswagen

Version

Comfortline

Options

Ensemble Technologie (1 390 $)

Échelle de prix

30 685 $

Version à l’essai

Comfortline

Marque

Moteur

L4, 1,8 litre, DACT turbo, 170 ch @ 6 200 tr/min, 184 lb-pi de 1 500 à 4 750 tr/min

Transmission

Automatique à 6 rapports

Autre conduite

Roues motrices avant

Consommation annoncée (ville)

9,4 l/100km

Consommation annoncée (route)

6,3 l/100km

Consommation enregistrée

8,0 l/100km

Garantie de base

4 ans / 80 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / 100 000 km

2016 marque une année importante dans le monde des berlines intermédiaires. On compte sur les nouvelles Chevrolet Malibu et Kia Optima alors que les Honda Accord, Mazda 6, Nissan Altima et maintenant la Volkswagen Passat se voient rafraichies pour le millésime. À cela, on doit ajouter que les Toyota Camry, Subaru Legacy et Chrysler 200 ne datent pas plus d’une année. Il ne reste que la Ford Fusion qui fait office de « petite vieille » arrivée en 2013. On peut donc affirmer que ce segment est plus en santé et en forme que jamais. Évidemment, cette réalité signifie que la catégorie est extrêmement agressive.

Devant cette orgie de nouveautés, la Volkswagen Passat 2016 se présente à point avec une robe légèrement remaniée pour 2016. Sans le dire, l’occasion est très belle pour essayer de nous faire oublier que la berline est au cœur du scandale de Volkswagen. D’ailleurs, la Passat perd une de ses plus précieuses armes, son moteur diesel, du moins le temps que l’on trouve une solution.

Que le toit et les portes

Introduite en 2012 sous sa forme actuelle, la Passat n’a jamais brillé par son originalité ou son excentricité. Au contraire, les lignes étaient génériques et certainement trop américaines par rapport à l’offre européenne. On chercha volontairement à lui donner un sentiment de longueur à ne plus finir, histoire de séduire nos voisins du Sud qui en raffolent.

Pour 2016, on corrige avec des ajouts qui lui accordent une nouvelle expression. On ne se tire pas dans les murs à sa vue, mais on se normalise face à la compétition qui joue de plus en plus d’audace.

Volkswagen nous affirme qu’il ne demeure plus que les portes et le toit qui sont d’origine, tout le reste est passé par le salon de beauté. Honnêtement, il faut se concentrer pour y observer des changements, mais l’ensemble est plus moderne. On note que le bouclier est redessiné pour prétendre adopter une configuration plus agressive, on élargit un peu la calandre et la structure interne des blocs optiques est revisitée. On doit se tourner vers les versions plus cossues pour obtenir les phares en DEL qui sont particulièrement agréables à l’œil. On intègre aussi des plis supplémentaires au capot pour reprendre l’esprit d’un complet Armani… Volkswagen offre aussi pour 2016 un présentation R-Design qui pimente un peu plus le tout avec des appliques noires et un nouveau bouclier.

Pour le profil, l’évolution se voit avec les jantes qui sont toutes inédites selon le niveau d’équipement. À l’arrière, les designers élargissent un peu plus les feux tout en incorporant une bande de chromes transversale. Comme on le dit si bien, il faut le savoir…

Tout en subtilités

Alors que les changements extérieurs se montrent presque expressifs, dans la cabine, ce n’est qu’une petite mise à jour. Heureusement que le designer était sur place pour nous dire quelles étaient les transformations, car même un érudit ne les aurait pas vus…

On offre pour 2016 de nouvelles textures qui essaient tant bien que mal d’imiter des matériaux nobles comme une boiserie teinte à l’argent. L’effet plastique est impressionnant sinon décevant. On intègre aussi un autre pli transversal à la planche de bord dans le but de donner une sensation de largeur plus importante.

On revisite la console à laquelle on met un cadre chromé pour « célébrer » les technologies que l’on reçoit. À ce chapitre, c’est moderne puisque l’on introduit les applications Apple CarPlay et Android Auto. On est donc en mesure de ne faire plus qu’un avec notre voiture. La Passat se met à la page en matière de technologies. On obtient, en option, tous les récents ajouts en fait de sécurité comme le détecteur d'angles-morts, un système anti-louvoiement et un régulateur de vitesse adaptatif.

Pour ce qui est de l’espace, notre position est toujours agréable, malgré un manque de supports latéraux. On comprend bien que ces sièges sont faits pour le format « Super Size Me » des Américains. La bonne nouvelle est que la Passat demeure l’une des plus vastes en fait d’aire intérieure. Il est impossible de se sentir à l’étroit dans cette berline. Les places arrière se montrent d’ailleurs particulièrement généreuses en dégagements pour les jambes. Pour ce qui est du coffre, on parle d’une caverne avec une superficie de 450 litres.

Plus que deux choix

Depuis le jour 1 de la nouvelle génération de la Passat, son plus gros argument est la présence d’une motorisation diesel. Malheureusement, le scandale frappe de plein fouet la Passat. Il n’y a donc pas de L4 2,0 litres Turbodiesel sous le capot pour 2016.

On se retrouve avec deux choix. Le premier et le principal est le L4 de 1,8 litre de 170 ch et 184 lb-pi de couple. Maintenant que le gazole et ses 40 % de part sont partis, on assume qu’il représentera pas moins de 98 % des ventes. Ce moteur est excellent sur plusieurs points. Il se montre assez puissant de manière générale tout en favorisant une belle économie de carburant.

En faisant attention pour ne pas le brusquer, on peut facilement aller sous les 7 litres/100km. Il est d’ailleurs le seul livrable avec une boite manuelle à cinq rapports. On ne sait pas pourquoi il n’y en a pas six, pour en avoir autant, il faut se diriger vers l’automatique.

Viennent les 2 % restant. On revient avec le V6 de 3,6 litres de 280 chevaux et 258 lb-pi. De l’aveu même de Volkswagen, il s’agit du moteur pour les passionnés. Le seul problème est qu’il n’est livrable que dans la version la plus équipée à plus de 38 000 $. Donc, chez Volkswagen, avec la Passat pour être passionné, il faut aussi être fortuné.

Sur la route

La Passat est une vraie Volkswagen dans la mesure que la voiture est extrêmement solide. La rigidité du châssis est sans faille malgré le fait qu’elle fait près de 5 mètres. Les ingénieurs n’ont pas fait de concession à ce chapitre. Pour 2016, on améliore les suspensions qui offrent un peu plus de fermeté, elle s’en retrouve donc plus dynamique à conduire. En aucun temps, la Passat ne donne l’impression d’être une pleine grandeur.

La direction se montre agréable et pointue. On peut se permettre d’enfiler les courbes avec aplomb sans craindre de dérive. Il faut toutefois être vigilant dans nos excitations, car avec le 1,8 litre, il y a un effet de couple qui se manifeste en accélérations vives. Comme dans tous les produits de la marque, la question de l’agrément de conduite ne se pose pas, c’est une caractéristique de série.

Conclusion

Les acheteurs qui ne veulent pas de moteur diesel et qui ont besoin d’une berline spacieuse, la Passat doit rester sur le haut de la liste. Personnellement, le retrait du 2,0 litres TDI est un manque en ce qui me concerne, car elle était la seule à offrir une telle motorisation dans le segment. Quoi qu’il en soit, la Passat demeure une joueuse sérieuse dans la catégorie même si l’on s’ennuie toujours de la version européenne. 

À lire également :
Essai de la Volkswagen Jetta 1,4 litre 2016,
Essai de la Volkswagen Golf R 2016,
Essai de la Honda Accord 2016

Marque

Volkswagen

Version

Comfortline

Options

Ensemble Technologie (1 390 $)

Échelle de prix

30 685 $

Version à l’essai

Comfortline

Marque

Moteur

L4, 1,8 litre, DACT turbo, 170 ch @ 6 200 tr/min, 184 lb-pi de 1 500 à 4 750 tr/min

Transmission

Automatique à 6 rapports

Autre conduite

Roues motrices avant

Consommation annoncée (ville)

9,4 l/100km

Consommation annoncée (route)

6,3 l/100km

Consommation enregistrée

8,0 l/100km

Garantie de base

4 ans / 80 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / 100 000 km

RPM est fière de vous livrer des opinions 100% indépendantes. Nos essais routiers et nos essais comparatifs ne sont pas exigés ni commandités par les constructeurs automobiles.

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer