Subaru Crosstrek 2016 - messages.columnarticles-details.Columns

Standard

Subaru Crosstrek 2016

Essai de la Subaru Crosstrek 2016

Pierre Michaud

8 février 2016

Design agréable
Rouage d'entrainement
Agrément de conduite


Moteur bruyant
Ergonomie
Espace intérieur


Standard

Données techniques

Marque

Subaru

Version

Tourisme

Options

Aucune

Échelle de prix

26 785 $

Version à l’essai

Tourisme

Marque

Moteur

L4, 2,0 litres DACT, 148 chevaux @ 6 200 tr/min, 145 lb-pi @ 4 200 tr/min

Transmission

Manuelle à 5 rapports

Autre conduite

Traction intégrale à prise constante

Consommation annoncée (ville)

10,5 litres/100km

Consommation annoncée (route)

7,7 litres/100km

Consommation enregistrée

8,4 litres/100km

Garantie de base

3 ans / 60 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / 100 000 km

Le succès de la Crosstrek est indéniable. On en vend maintenant plus que de « simples » Impreza. Son approche séduit. La technique est simpliste. On récupère une Impreza Sport à cinq portes, on soulève les suspensions de quelques centimètres, on ajoute des arches de roue contrastantes et voilà, le tour est joué!
L’impact de la Crosstrek pour Subaru est d’ailleurs primordial puisque le segment des utilitaires sous-compacts explose. Mais comme toujours, chez Subaru, on fait les choses différemment.

 

 

À l’aventure
C’est certain, la garde au sol supérieure est un avantage. On obtient un produit à l’allure baroudeur et dynamique. Pour 2016, on arrive avec de microscopiques changements, notamment aux parechocs et aux jantes. Vous aurez aussi remarqué qu’on abandonne aussi le préfixe XV en 2016. Du reste, on conserve ses lignes angulaires, plutôt conservatrices. Ainsi, malgré ses améliorations, avec le dévoilement à Los Angeles du Concept Impreza, le Crosstrek prend un coup de vieux.

Mur pour du changement
La présentation intérieure de le Crosstrek commence à montrer des signes d’âge. On parle difficilement de design. Subaru se fait encore une fois très conservatrice en favorisant l’ergonomie et la fonction à l’esthétisme.

On retrouve une bonne finition pour le segment. Cependant, les plastiques durs sont omniprésents. Le tout fait un peu bon marché si l’on compare à des produits comme les Honda HR-V et Mazda CX-3. Un clin d’œil à l’originalité, on intègre des surpiqures orange aux sièges.

Pour 2016, Subaru renouvèle des composantes de la cabine. Le système de divertissement est le plus pertinent. Précédemment, on devait mettre des « Post-It » pour se retrouver dans les interfaces, maintenant, c’est plus intuitif.

Le confort est notable. Subaru est une marque dynamique et on le ressent bien. Les assises sont fermes et offrent un bon niveau de support. Et pour l’espace, c’est mieux que le Mazda CX-3, mais moins bien que le Honda HR-V. À l’arrière, on jouit de dégagements intéressants. Le coffre est un handicap avec une aire de seulement 632 litres. Une fois le dossier divisible 60/40 rabattu, on atteint les 1 460 litres soit 24 litres de moins que le CX-3 et 205 de moins que le HR-V.

Où est la sixième?
Comme seule motorisation offerte, on obtient un quatre cylindres à plat de 2,0 litres produisant 148 chevaux et un couple de 145 lb-pi. Les performances sont dans la norme, mais le moteur se fait très bruyant. Et cette réalité prend de l’ampleur en considérant qu’il fonctionne constamment à haut régime.

On subit en fait ce désagrément en raison d’une boite de vitesse à seulement cinq rapports. SVP, un embranchement de plus pour la manuelle. De cette manière, on épargnerait nos tympans et la consommation d’essence serait inférieure. Ceux qui opteront pour l’automatique, le meilleur choix, auront une CVT bien construite et efficace. Au terme de l’essai, la Crosstrek obtient une moyenne de 8,4 litres/100 km.

Le plaisir selon Subaru
Ce n’est pas un secret que prendre le volant d’une Subaru est un gage d’agrément de conduite. La Crosstrek n’y fait pas exception. La direction est pointue et communicative. On prend plaisir à mettre à l’essai la traction intégrale, particulièrement sur les surfaces enneigées. Une bonne note pour la fermeté des suspensions qui nous tient solidement en place. Les virages se prennent avec aplomb et enthousiasme. Pour le freinage, c’est bien, mais plus de mordant serait sécurisant.

Conclusion
La Crosstrek est vieillissante malgré ses améliorations en 2016. Elle demeure l’un des pionniers du segment des utilitaires sport sous-compacts, en adoptant néanmoins une approche bien à elle. Et en terminant, si vos besoins en situation hors route sont réels, considérez là avant n’importe quelle rivale.

À lire également:
Essai du Mazda CX-3 2016
Essai du Honda HR-V 2016
Essai du Jeep Renegade 2015

Marque

Subaru

Version

Tourisme

Options

Aucune

Échelle de prix

26 785 $

Version à l’essai

Tourisme

Marque

Moteur

L4, 2,0 litres DACT, 148 chevaux @ 6 200 tr/min, 145 lb-pi @ 4 200 tr/min

Transmission

Manuelle à 5 rapports

Autre conduite

Traction intégrale à prise constante

Consommation annoncée (ville)

10,5 litres/100km

Consommation annoncée (route)

7,7 litres/100km

Consommation enregistrée

8,4 litres/100km

Garantie de base

3 ans / 60 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / 100 000 km

RPM est fière de vous livrer des opinions 100% indépendantes. Nos essais routiers et nos essais comparatifs ne sont pas exigés ni commandités par les constructeurs automobiles.

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer