Scion iM 2016 : un best-seller en devenir - messages.columnarticles-details.Columns

Standard

Scion iM 2016 : un best-seller en devenir

Benoit Charette

24 août 2015

Beau design
Qualité de fabrication
Économie de carburant


Manque de couple
Pas aussi dynamique qu'elle en a l'air
Pas aussi pratique que la Matrix


Standard

Données techniques

Marque

Scion

Marque

Moteur

4-cylindres 1,8-litre 137 [email protected] tr/min 126 [email protected] tr/min

Transmission

Manuelle à 6 rapports

Autre conduite

Roues motrices avant

Consommation annoncée (ville)

8,6L (boîte manuelle) et 8,3L (boîte CVT)

Consommation annoncée (route)

6,6 L (boîte manuelle) 6,3 L (boîte CVT)

Consommation enregistrée

7,4 L/100 km

Garantie de base

3 ans / 60 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / 100 000 km

Affirmer que la nouvelle Scion iM 2016 prend la place de la défunte Toyota Matrix dans l’échiquier du constructeur serait un euphémisme, la nouvelle venue étant une version remaniée pour l’Amérique de la Toyota Auris distribuée ailleurs sur le globe.

Toutefois, si la nouvelle iM remplace un modèle qui était, disons-le, très apprécié des consommateurs canadiens, il n’en demeure pas moins que celle-ci arrive sur nos routes avec une tonne de pression sur les épaules. Voyez-vous, la marque « jeune » de Toyota n’a pas encore réussi à atteindre sa vitesse de croisière. Les ventes sont au beau fixe, voire même en déclin dans certains cas, ce qui oblige les stratèges de la division à revoir leur plan à moyen terme.

La bonne nouvelle dans tout cela, c’est que dans un marché où les petites compactes à hayon ont la cote, la Scion iM devrait normalement connaître passablement de succès. En attendant le verdict de la première année de commercialisation qui débute au début du mois de septembre, nous sommes allés voir ce qui en retournait dans la région de Calgary en Alberta.

Elle a un p’tit quelque chose d’Européen, n’est-ce pas?
La Scion iM a beau être un produit emprunté au catalogue européen de Toyota, certains détails ont été remaniés, question de donner un semblant d’identité propre à ce modèle nord-américain.

Par exemple, à l’avant, l’écusson Toyota a été troqué pour celui de Scion – normale me direz-vous –, tandis que la grille de calandre, ainsi que la bande noire qui la surplombe, adopte une finition propre au modèle local. De plus, le design du pare-chocs laisse tomber les blocs antibrouillard au profit d’une découpe plus agressive, une ambiance déjà aperçue sur le modèle vendu au Japon. Disons seulement que cette insertion de noir piano rajeunit le museau de la voiture.

De profil, la Scion iM conserve évidemment la même silhouette que celle de sa cousine européenne, quoique la finition noire qui ceinture la fenestration latérale soit un autre indice de l’appartenance à la famille Scion. Quant à la portion arrière, mentionnons ces feux de position en pointe qui s’intègrent assez bien à l’ensemble.

Je dois tout de même critiquer le design sur un point. Compte tenu du côté plus éclaté de la marque, il aurait été intéressant de proposer un ensemble de jantes exclusif au marché nord-américain au lieu de reprendre celles utilisées ailleurs dans le monde.

Un parfum de Corolla

À l’intérieur, les habitués de la marque ne seront absolument pas dépaysés, surtout ceux qui conduisent une Corolla au quotidien. La planche de bord ressemble à s’y méprendre à celle de la berline compacte, malgré quelques différences ici et là. La provenance de la Scion iM – elle est assemblée au Japon – ne change en rien la qualité générale de l’habitacle, que ce soit au niveau de l’assemblage ou même des matériaux.

Si certains plastiques qui recouvrent le tableau de bord s’avèrent agréables au toucher, d’autres – au niveau de la console centrale par exemple – sont un brin plus rugueux. D’ailleurs, c’est le même constat pour l’un des tissus qui recouvre la sellerie et les panneaux de portières.

Mais bon, l’achat d’une voiture ne se fait pas uniquement en fonction de la douceur des matériaux, n’est-ce pas? Revenons à la planche de bord qui, comme c’est toujours le cas chez Toyota, est tapissée de boutons de bonne grandeur, à l’exception de ceux de la chaîne audio élaborée par la firme Pioneer. Les commandes de ventilation sont faciles à lire et bien placées non loin du levier de vitesse.

Côté confort, la Scion iM ne remportera pas de prix, les sièges sport étant un brin enveloppant, mais ils demeurent durs pour les longues randonnées. De plus, je dois ajouter que la position de conduite n’est pas adéquate, du moins en ce qui a trait à la colonne de direction ajustable. À l’arrière, l’espace pour les passagers – disons deux adultes ou trois enfants – est suffisant, mais pas merveilleux : le toit est plus bas que dans l’ancienne Matrix.

Le coffre, quant à lui, offre un volume intéressant comparable aux autres voitures du segment, mais, encore une fois, je dois déplorer l’absence d’un revêtement en plastique derrière la banquette arrière et le siège du passager avant. La Matrix avait ce net avantage de pouvoir accueillir de très longs objets à cause de ce siège avant pouvant être complètement replié vers l’avant. Mais bon, la Scion iM 2016 n’est pas une remplaçante directe du modèle annulé l’an dernier aux dires du constructeur!

Une mécanique bien connue

La iM repose sur la même plateforme que la berline Corolla. Il n’y a donc rien de surprenant de constater que le groupe motopropulseur est le même. Scion fait donc confiance au 4-cylindres de 1,8-litre de cylindrée, celui-ci livrant 137 chevaux de puissance et 126 lb-pi de couple.

Livrée d’office avec une bonne vieille boîte manuelle à six rapports, l’iM peut également être commandée avec une transmission CVT qui aurait la particularité d’autoriser un comportement plus sportif, lorsque le bouton SPORT est enclenché. Cela reste à voir! Mentionnons également que cette unité permet le changement manuel des rapports – il y en a sept – à l’aide du levier de vitesse. Ah oui, ne cherchez pas de palettes derrière le volant, il n’y en a pas!

Au volant

Dotée d’une silhouette, disons-le, sportive, d’un habitacle qui laisse supposer un comportement… sportif et de quelques ajustements sensés donner à la voiture plus de « sportivité », la Scion iM est malheureusement handicapée par ce qui se trouve sous le capot. Ce 4-cylindres n’a rien d’une foudre de guerre, ce bloc étant conçu pour économiser à la pompe avant tout. Ce qui saute surtout aux yeux, c’est l’absence de couple à bas régime.

Avec la boîte manuelle, chaque arrêt abordé en deuxième vitesse est laborieux. D’ailleurs, c’est un peu la même histoire lorsqu’il est temps d’effectuer un dépassement sur l’autoroute. Disons qu’il faut manier le levier de vitesse assez souvent pour exploiter le maximum de ce groupe motopropulseur.

C’est heureusement un brin plus efficace avec la boîte CVT qui, outre le fait de faire révolutionner le moteur lorsque le pied enfonce la pédale de droite, permet des accélérations plus mordantes.

C’est dommage, car la voiture profite d’un excellent châssis. La rigidité de ce dernier ainsi que la fermeté des suspensions rendent les courbes abordées à haute vitesse plus rassurante. La direction électrique n’est pas la plus précise de l’industrie non plus, mais il se fait pire. En abordant la question sur la possibilité de voir une mécanique plus puissante sous le capot dans un avenir rapproché, la réponse de Toyota Canada fut assez claire : ce n’est pas dans les plans!

Conclusion

Malgré ce manque d’énergie, la Scion iM est vouée à un bel avenir, surtout chez nous où ce genre de voiture s’écoule plutôt bien. En fait, elle n’a pas le choix, car en jetant un coup d’œil au reste de l’alignement, on constate assez vite que l’iM ne peut que devenir un best-seller… du moins chez Scion!

Marque

Scion

Marque

Moteur

4-cylindres 1,8-litre 137 [email protected] tr/min 126 [email protected] tr/min

Transmission

Manuelle à 6 rapports

Autre conduite

Roues motrices avant

Consommation annoncée (ville)

8,6L (boîte manuelle) et 8,3L (boîte CVT)

Consommation annoncée (route)

6,6 L (boîte manuelle) 6,3 L (boîte CVT)

Consommation enregistrée

7,4 L/100 km

Garantie de base

3 ans / 60 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / 100 000 km

RPM est fière de vous livrer des opinions 100% indépendantes. Nos essais routiers et nos essais comparatifs ne sont pas exigés ni commandités par les constructeurs automobiles.

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer