Porsche Boxster 2016 - messages.columnarticles-details.Columns

Standard

Porsche Boxster 2016

Benoit Charette

13 décembre 2015

La plus jolie des Boxster
Toit escamotable plus facile à manipuler
Le plaisir croît avec l'usage
Le son de la mécanique boxer
Tenue de route quasi irréprochable
Vision arrière limitée




Standard

Données techniques

Marque

Porsche

Version

Spyder

Version à l’essai

Spyder

Marque

Moteur

H6, 3,8 l, DACT, 375 ch @ 6 700 tr-min, 309 lb-pi @ 4 700 tr-min

Transmission

Manuelle à 6 rapports

Autre conduite

Roues motrices arrière

Garantie de base

4 ans / 80 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

4 ans / 80 000 km

Les constructeurs possèdent tous une manière unique d’établir ce que doit être une voiture sport. Chez Dodge, le côté brutal prend souvent le dessus, tandis que chez Mazda par exemple, c’est plutôt l’efficacité calculée au kg près.

Au sein de la division la plus décorée en sport automobile du groupe Volkswagen – je parle ici de Porsche –  la définition même d’une sportive n’est pas systématiquement d’insérer une mécanique surpuissante sous le capot de ladite voiture. Non, même qu’à l’instar d'autres constructeurs de renom, Porsche préfère simplifier la formule afin de rehausser le produit final… et la facture bien entendu!

C’était d’ailleurs le cas avec la première version de la Boxster Spyder qui perdait quelques kilos ici et là tout en gagnant un peu de puissance au niveau du 6-cylindres à plat. Le succès qu’a remporté cette Boxster au toit amovible – il fallait carrément l’enlever et le replier dans le coffre – a forcé les ingénieurs maison à trouver une manière d’améliorer un produit… déjà amélioré à la base!

La nouvelle Boxster Spyder 2016 se doit donc d’être à la hauteur, sa devancière ayant placé la barre haute, très haute même!

Une silhouette unique
Les quelques mordus de la marque auront tout de suite reconnu cette Spyder de deuxième génération avec son coffre allongé à l’arrière qui se prolonge jusqu’aux arches derrière les occupants, tandis que l’aileron façon « bec de canard » ajoute ce côté unique de la voiture. À l’avant, le pare-chocs plus aéré incorpore également une trappe de ventilation supplémentaire à la base du coffre, une solution déjà observée sur la 911 GT3. Les jantes de 20 pouces sont également exclusives à la Spyder, tandis que les freins à disques proviennent directement de la 911 Carrera S. Quant au toit, il se replie désormais directement derrière les occupants, la manœuvre ayant été grandement simplifiée.

Sacrilège sous le capot
Là où la nouvelle Spyder se différencie du modèle antérieur, c’est au niveau de la mécanique! En effet, les ingénieurs ont osé piger dans le catalogue de la 911 Carrera S, une première dans l’histoire de la Boxster. En lieu et place du 6-cylindres à plat de 3,4-litres se trouve désormais le bloc de 3,8-litres de la grande sœur, celui-ci étant toutefois coté à 375 chevaux-vapeur et 309 lb-pi de couple. Autre particularité, cette nouvelle addition à la gamme Boxster ne propose qu’une seule boîte de transmission et, bonne nouvelle, celle-ci comporte trois pédales, si vous voyez ce que je veux dire!

Une balade à Hawaï
Pour ce premier contact, le constructeur m’avait invité à découvrir l’environnement assez particulier de l’État d’Hawaï dans l’Océan Pacifique. L’endroit est on ne peut plus magnifique, mais la réputation des basses limites de vitesse laissait présager un essai qui ne pouvait que mal tourner. D’ailleurs, fait à noter, la plupart des policiers de l’État américain conduisent des véhicules banalisés, ce qui complique la tâche des conducteurs enjoués.

Après avoir pris place à bord de cet habitacle familier, il ne me restait plus qu’à m’élancer sur les routes de la plus grande des îles d’Hawaï. Dès les premiers kilomètres, la Spyder s’est illustrée pour la précision de sa direction, le nouveau volant en Alcantara doté d’un diamètre 10 mm plus court ne faisant qu’augmenter cette perception. Le levier de vitesse, plus court également, est sans surprise l’un des meilleurs à manipuler de l’industrie, tandis que la position des pédales frôle la perfection.

Toutefois, une Boxster Spyder, ce n’est pas seulement une suspension abaissée, des freins plus performants ou tout simplement le fait qu’elle accuse 29,9 kg de moins qu’une Boxster GTS. Non, cette version, c’est l’ensemble de l’œuvre, tout simplement.

Les cheveux au vent, la sonorité rauque du moteur, celui-ci livrant son couple d’une manière linéaire au possible, et la tenue de route presque irréprochable de la voiture, tout est calibré pour faire mieux paraître le plus novice des pilotes. À haute vitesse – parce que nous avons trouvé un tronçon de route désert –, la Boxster Spyder inspire tellement confiance qu’il aurait été intéressant d’avoir un authentique circuit à notre disposition pour découvrir tout son potentiel. Il n’y a que le train avant qui a tendance à se soulever à quelques reprises, mais règle générale, cette Spyder - malgré le fait qu'elle va changer de nom d'ici quelques semaines - est sans l’ombre d’un doute la Boxster parfaite!

Marque

Porsche

Version

Spyder

Version à l’essai

Spyder

Marque

Moteur

H6, 3,8 l, DACT, 375 ch @ 6 700 tr-min, 309 lb-pi @ 4 700 tr-min

Transmission

Manuelle à 6 rapports

Autre conduite

Roues motrices arrière

Garantie de base

4 ans / 80 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

4 ans / 80 000 km

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer