Porsche 718 Cayman 2017 - messages.columnarticles-details.Columns

Standard

Porsche 718 Cayman 2017

Essai du Porsche 718 Cayman 2017

Pierre Michaud

29 juillet 2016

Mécanique sublime
Équilibre général
Comportement routier


Prix des options
Espace intérieur
Peu d'équipement de base


Standard

Données techniques

Marque

Porsche

Version

S

Options

Orange Lava (2 950$), Jantes 911 Turbo (4 070$), Intérieur en cuir (2 880$), Sièges Sport (3 960$), PDK (3 660$), Freins en céramique (8 450$), Sport Chrono (2 790 $), Système Burmester (5 360$)

Échelle de prix

127 085 $

Version à l’essai

S

Marque

Moteur

4 cyl, 2,5 litres turbo, DACT, 350 chevaux @ 6 500 tr/min, 309 lb-pi de 1 900 @ 4 500 tr/min

Transmission

Automatique (séquentielle à double embrayage) à 7 rapports

Autre conduite

Roues motrices arrière

Consommation annoncée (ville)

11 litres aux 100 kilomètres

Consommation annoncée (route)

8,4 litres aux 100 kilomètres

Garantie de base

4 ans / 80 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

4 ans / 80 000 km

Porsche a tendance à produire des véhicules sport qui frisent la perfection. L’équilibre général, le rendement, les performances, le confort et le dynamisme de conduite n’ont pas leur pareil. On se dit : « Le nirvana existe, c’est impensable d’aller plus haut, plus loin. » Chaque fois qu’une nouvelle version se pointe, les ingénieurs de Stuttgart réussissent l’impossible; ils améliorent, et de manière significative, la perfection. Cette réalité frappe encore avec la Porsche 718 Cayman 2017, qui vit une véritable révolution grâce au retour des motorisations à quatre cylindres.

 

 

Ravageuse sobriété
Si la technique subit une révolution, le design demeure fidèle. On lui donne une collection d’améliorations lui permettant de s’affirmer. Le bouclier s’assagit. Il propose des traits rectilignes, plus sévères, qui l’alignent sur l’évolution de la 911. À la silhouette, on maintient l’essentiel. La version de base vient avec des roues de 18 pouces « gratuites », 19 pouces pour la S. Sept autres designs seront livrables avec des roues de 18 à 20 pouces, moyennant 450 à 5 420 $ l’ensemble. L’arrière s’exprime. Les lentilles claires adoptent un coffret noir qui intègre des bandes lumineuses et quatre petites languettes aux DEL. Pour rehausser le tout, une applique va de part et d’autre des feux arrière avec l’inscription PORSCHE. La version de « base » propose un pot d’échappement au centre, alors que la S en obtient deux. D’ailleurs, il s’agit de l’unique véritable distinction entre les deux modèles.

Rehausser avec simplicité
À bord, pas de révolution. On s’y reconnaît. Porsche améliore la forme des buses d’aération et l’on intègre ce qui est possiblement le plus beau volant de l’industrie, récupéré de la mythique 918 Spyder! L’acheteur aura le choix parmi une vaste sélection de sièges, tous plus fermes les uns que les autres. D’entrée de jeu, ceux de série sont déjà sublimes. Il faut vouloir une touche de dynamisme supplémentaire pour prendre des sièges plus sportifs, et là, encore assurez-vous d’être physiquement compatible. Pour davantage personnaliser sa voiture, Porsche offre une multitude de textures, de matériaux et de coloris pour l’habillage. Petit conseil : en configurant, regardez les prix qui viennent avec…

Il était essentiel de se mettre à la page quant à l’intégration de technologies. L’écran tactile central se veut simple d’utilisation et l’on prend bien soin de conserver les boutons habituels à la base de la console. Leur accès se voit partiellement limité par le levier de transmission, c’est le seul « défaut » en matière d’ergonomie. Porsche introduit le PCM, le Porsche Management System, qui contrôle les interfaces du moniteur. Attention, car l’intégration d’Apple Carplay, les ports USB et l’application de gestion par téléphone intelligent Porsche, Car Connect, sont en option à partir de 1 130 $! Pour ajouter la navigation, il faut débourser 1 980 $ supplémentaires et si l’on veut l’exceptionnel système ambiophonique Burmester, on vous libère encore de 5 360 $.

718, ce n’est pas un hasard
2017 marque un virage important dans l’histoire des Cayman. On délaisse les six cylindres, deux pistons sont retranchés. Ne pensez pas qu’il s’agit d’une économie et encore moins d’un sacrifice. Dans la 718 Cayman, on obtient un 2,0 litres de 300 ch. avec un couple de 280 lb-pi alors que la 718 Cayman S pousse la note avec un 2,5 litres. Ce dernier offre 350 ch. et 309 lb-pi aux roues arrière. Dans les deux cas, la manuelle revient avec six rapports, mais aussi avec l’hallucinante boite PDK à sept liens à double embrayage. Ayant surtout fait l’essai de la S avec la PDK, le rendement de ce mariage se situe au-delà de la perfection. Le tout commence avec une sonorité grave et féroce avant le déploiement d’une cavalerie enragée. Les changements de vitesse se font plus rapidement que notre cerveau peut l’assimiler. La puissance se montre véloce et elle est au maximum de sa capacité dès 1 900 tr/min.

Bête de route et de piste
Porsche repousse les limites du dynamisme en apportant plusieurs transformations, notamment au châssis, aux barres antiroulis et aux suspensions. La direction offre une précision supplémentaire de 10 %, qui se concrétise par une réactivité sans pareil. On bouge d’un cheveu et le mouvement s’élance! Pour majorer l’aplomb dans les courbes, les pneumatiques arrière gagnent un demi-pouce. Sur la piste, on sent la différence dès le premier virage. La stabilité saisit. Nos limites se manifestent bien avant celles de la 718. Sur circuit, comme sur route, ce bolide avale le bitume avec une aisance déconcertante. Impossible de ne pas être satisfait. Selon la version et les options, le 0-100 km/h pourra se boucler en 4,2 secondes. Pour mettre un terme à ses élans d’enthousiasme, les freins prennent de l’ampleur en passant à 330 mm à l’avant et 299 mm à l’arrière.

Histoire de tirer le maximum de ses capacités, le Sport Chrono ajoute, en plus des modes Normal, Sport, Sport +, la possibilité de configurer la conduite avec une programmation « Individual ». On choisit des paramètres en fonction de ce que l’on aime. Toujours dans la section des options, on peut obtenir des suspensions adaptatives (PASM) qui abaisseront la voiture de 10 mm dans la version de « base » et de 20 mm sur la « S », le rendement devient alors agressif.

Conclusion
Sans l’ombre d’un doute, les Cayman 2017 portent honorablement le chiffre 718, à la mémoire de leurs aïeules des années 1950-1960. Encore une fois, Porsche offre un produit qui brille par ses qualités dynamiques et, je dois l’admettre, par la perfection de leur comportement tant sur route que sur piste.
 

Marque

Porsche

Version

S

Options

Orange Lava (2 950$), Jantes 911 Turbo (4 070$), Intérieur en cuir (2 880$), Sièges Sport (3 960$), PDK (3 660$), Freins en céramique (8 450$), Sport Chrono (2 790 $), Système Burmester (5 360$)

Échelle de prix

127 085 $

Version à l’essai

S

Marque

Moteur

4 cyl, 2,5 litres turbo, DACT, 350 chevaux @ 6 500 tr/min, 309 lb-pi de 1 900 @ 4 500 tr/min

Transmission

Automatique (séquentielle à double embrayage) à 7 rapports

Autre conduite

Roues motrices arrière

Consommation annoncée (ville)

11 litres aux 100 kilomètres

Consommation annoncée (route)

8,4 litres aux 100 kilomètres

Garantie de base

4 ans / 80 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

4 ans / 80 000 km

RPM est fière de vous livrer des opinions 100% indépendantes. Nos essais routiers et nos essais comparatifs ne sont pas exigés ni commandités par les constructeurs automobiles.

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer