Nissan Sentra 2016 - messages.columnarticles-details.Columns

Standard

Nissan Sentra 2016

Essai de la Nissan Sentra 2016

Pierre Michaud

1 août 2016

Espace de chargement
Frugalité
Console centrale bien adaptée
Aides à la conduite disponibles

Confort perfectible
Puissance limitée
Peu d'agrément de conduite
Design très conventionnel

Standard

Données techniques

Marque

Nissan

Version

SL

Options

Peinture 3 couches

Échelle de prix

26 298$ + 1 600$ (transport et préparation) = 27 898$

Version à l’essai

SL

Marque

Moteur

4 cylindres de 1,8 litres 130 ch @ 6 000 tr-min, 128 lb-pi @ 3 600 tr-min

Transmission

Automatique à variation continue

Autre conduite

Roues motrices avant

Consommation annoncée (ville)

Ville: 8,0 litres aux 100 kilomètres.

Consommation annoncée (route)

Route: 6,1 litres aux 100 kilomètres

Consommation enregistrée

8,0 litres aux 100 kilomètres

Garantie de base

3 ans / 60 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / 100 000 km

Nissan a tenté de se donner un élan de jeunesse avec sa nouvelle Sentra. C’est la mode dans le segment des compactes. Pensons aux Corolla, Focus et Civic. Depuis son apparition au Canada, la Sentra a eu des périodes plus populaires que d’autres. Ce modèle redessiné en 2013 a certes plusieurs qualités, mais peine à camoufler son manque d’extravagance. Si l'on avait tendance, à une certaine époque, de qualifier la Corolla de "beige", c'est maintenant au tour de la Sentra de reprendre cet adjectif pas très flatteur.

 

Design conservateur, mais pas raté
Il est évident que son look assez sage ne fait pas tourner les têtes. Mais soyons positifs, ses phares à diodes électroluminescentes – de série à partir de la déclinaison SR – ainsi que sa calandre chromée charment.

L’habitacle, pour sa part, est composé de matériaux corrects pour la catégorie. On s’est donné la peine d’agrémenter l’intérieur des portières avec un certain relief. Sur la plan pratique, la console centrale présente un bel équilibre entre touches tridimensionnelles et commandes accessibles via l’écran tactile de 5,8 pouces. Cet écran est offert en option sur les déclinaisons SV ainsi que SR et est de série sur la SL. De plus, les sous-menus s’apprivoisent aisément.


Espace impressionnant et équipement équivalent à une intermédiaire
Le plus gros avantage de la Nissan Sentra demeure le volume disponible sur la banquette arrière. Pour le chargement, elle se démarque encore. Si on la compare à l’une de ses compétitrices, la Mazda 3, la Sentra offre 75 litres de plus derrière les sièges avant.

Et ce ne sont pas les options qui manquent. Certes, la longue liste de technologies fait grimper le prix. La version toute équipée à l’essai, soit la SL Tech, frôlait les 28 000$, frais de transport compris. Malgré cette facture assez salée pour le segment, il est intéressant d’avoir la possibilité d’y ajouter les détecteurs d’angles morts, le système pré-collision et même le régulateur de vitesse adaptatif. À moins de rechercher plus de confort, de puissance et de raffinement, la Sentra possède certains avantages face à ses grandes sœurs, soit les berlines intermédiaires.

La version de base, affichant un prix sous la barre des 16 000$, inclut le bluetooth, le télédéverouillage des portières sans clé ainsi que les phares intelligents automatiques.


Motorisation déficiente et agrément de conduite limité
En lisant les premières lignes, on pourrait croire que la Sentra est à la hauteur de la compétition. Malheureusement, elle se trouve encore légèrement derrière, malgré les améliorations qui ont été apportées à cette nouvelle génération.

Toutes les déclinaisons sont munies du moteur 4 cylindres de 1,8 litre. Les versions S et SL sont livrées d’emblée avec la transmission manuelle à six rapports tandis que la CVT est disponible en option. Cette dernière plutôt bruyante a l’avantage de faire diminuer la consommation de carburant d’environ 0.5 litre/100 kilomètres en ville et de 0.9 litre/100 kilomètres sur l’autoroute. Pendant l’essai, j’ai obtenu une cote de 8 litres/100 kilomètres sur un parcours mixte. Malheur à ceux qui seraient intéressés par un niveau d’équipement plus complet (SR ou SL) et la boite manuelle : ce duo n’est tout simplement pas offert.

Ne cherchez pas les performances, elles n’y sont pas. Les 130 chevaux s’avèrent très justes pour mouvoir près de 3000 livres. On le ressent encore plus avec la boîte CVT. L’agrément de conduite n’est pas fameux non plus. On doit composer avec beaucoup de roulis, un freinage décevant, une direction floue et un confort très limité. Les sièges avant sont fermes. L’assise est plutôt longue et même en désactivant le support lombaire, on sent une pression dans le bas du dos.
En fait la position de conduite en général laisse à désirer. La Sentra est munie d’un volant télescopique. Par contre, même avec mes petites jambes, le volant était tiré au maximum, ce qui embêtera probablement les grands conducteurs.

Heureusement, les commandes au volant sont ergonomiques et faciles à utiliser.

En bref, cette compacte a du potentiel et réussit à plaire à certains. Par contre, en comparant ce qui se fait sur le marché, il est difficile de la classer parmi le Top 3 des berlines compactes.

Marque

Nissan

Version

SL

Options

Peinture 3 couches

Échelle de prix

26 298$ + 1 600$ (transport et préparation) = 27 898$

Version à l’essai

SL

Marque

Moteur

4 cylindres de 1,8 litres 130 ch @ 6 000 tr-min, 128 lb-pi @ 3 600 tr-min

Transmission

Automatique à variation continue

Autre conduite

Roues motrices avant

Consommation annoncée (ville)

Ville: 8,0 litres aux 100 kilomètres.

Consommation annoncée (route)

Route: 6,1 litres aux 100 kilomètres

Consommation enregistrée

8,0 litres aux 100 kilomètres

Garantie de base

3 ans / 60 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / 100 000 km

RPM est fière de vous livrer des opinions 100% indépendantes. Nos essais routiers et nos essais comparatifs ne sont pas exigés ni commandités par les constructeurs automobiles.

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer