Nissan Rogue 2016 : plus attrayant que par le passé - messages.columnarticles-details.Columns

Standard

Nissan Rogue 2016 : plus attrayant que par le passé

Benoit Charette

3 décembre 2015

Confort général
Multiples espaces de rangement
Silence de roulement (à vitesse de croisière)


Transmission CVT
Direction floue



Standard

Données techniques

Marque

Nissan

Version

SL Privilège

Options

Ensemble Privilège (2800$), Peinture métallisée (135$)

Échelle de prix

35 383$

Version à l’essai

SL Privilège

Marque

Moteur

4-cyl., 2,5-litres, 170 ch @ 6000 tr-min, 175 lb-pi de couple @ 4400 tr-min

Transmission

Automatique à variation continue

Autre conduite

Traction intégrale à prise temporaire

Consommation annoncée (ville)

9,2 L

Consommation annoncée (route)

7,2 L

Consommation enregistrée

9,3 L

Garantie de base

3 ans / 60 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / 100 000 km

Lancé en 2008, le VUS compact de Nissan s’est rapidement imposé comme l’un des plus populaires de sa catégorie. Les chiffres de ventes nord-américains le confirment : il s’est vendu trois fois plus de Rogue chez nos voisins du Sud en 2015 par rapport à 2008, tandis que chez nous, cette statistique a plus que doublé depuis la première année complète du VUS sur notre marché.

Même s’il ne change pas pour 2016, il n’en demeure pas moins que ce VUS se retrouve souvent sur la liste des petites familles à la recherche d’un véhicule capable d’engouffrer la marmaille et tout l’équipement qui vient avec. Le Rogue 2016 méritait donc un autre essai, question de voir où il se situe dans cette arène des VUS compacts.

Plus « robuste » à l’extérieur?
Les modèles populaires réussissent souvent à se fondre dans la masse. Pour plaire à un vaste auditoire, le département de design d’une marque automobile doit prendre une approche plus réservée au niveau de la silhouette. De « bébé Murano » qu’il était, le Rogue est passé à une allure plus « robuste », les ailes arrondies, le bouclier un brin plus agressif ainsi que le hayon vertical contribuant tous à cette nouvelle perception. Soyons francs, le Rogue de deuxième génération est plus viril à l’extérieur, un aspect qui ne doit pas nuire aux ventes.

La livrée qui nous était confiée pour ce bref essai sur route portait l’écusson SL, un modèle qui fait grimper la facture, une fois l’ensemble optionnel Privilège et la peinture métallisée ajoutés à l’équation, à plus de 35 000$, une belle somme pour un véhicule destinée à une jeune famille. Mais bon, sachez qu’il s’agit de la version haut de gamme ultra équipée, celle-ci se distinguant par ses jantes de 18 pouces à l’extérieur.

Plus fonctionnel

À l’intérieur, les habitués des produits récents ne seront pas dépaysés, l’ambiance de la planche de bord mettant l’emphase sur l’aspect fonctionnel avant tout. Vous aurez compris que cette portion du véhicule ne remportera pas de prix de design pour son côté innovateur. En revanche, cette sobriété se traduit par une utilisation simple et efficace au quotidien. Après tout, on n’achète pas un VUS compact pour impressionner la galerie. Un petit mot au sujet du système de divertissement : il a beau être banal en apparence, il demeure très facile à utiliser, un détail qui est loin d’être maîtrisé par certains constructeurs de nos jours.

Malgré le prix demandé, le Rogue est riche en plastiques à l’intérieur, un trait assez commun au sein de cette catégorie et il n’y a rien de mal là-dedans. De toute manière, le plastique est facile à entretenir et une simple comparaison avec le modèle précédent confirme que Nissan a travaillé fort sur la qualité des matériaux et de l’assemblage. Disons seulement que le modèle précédent n’était pas une référence à ce niveau.

Sans surprise, l’espace à l’avant est idéal pour deux adultes et c’est également le cas à la deuxième rangée qui peut accueillir trois personnes, celle-ci pouvant même avancer ou reculer selon l’espace requis dans le coffre. Bien entendu, cette banquette peut également se replier vers l’avant, question de faciliter le chargement d’objets plus longs, tandis que le siège du passager à l’avant se replie pour les planches de surf et autres objets irréguliers.

Le moteur de l’Altima
De nos jours, les VUS compacts sont tous propulsés par des motorisations empruntées à d’autres modèles au sein des gammes respectives. Sous le capot du Rogue, c’est le bloc 4-cylindres de 2,5-litres de l’Altima qui s’occupe de mouvoir le VUS, le tout via une transmission automatique de type CVT, tandis que cette livrée SL peut compter sur la traction intégrale à temps partiel.

Au volant
S’il y a un aspect qui manque au Nissan Rogue – pour certains d’entre nous du moins –, c’est son agrément de conduite. La première mouture n’était pas très dynamique à ce chapitre et l’édition 2.0 ne fait guère mieux. Remarquez, elle se reprend plutôt bien au niveau du confort et c’est assurément là-dessus que doivent mettre l’emphase les vendeurs de la marque. Encore une fois, il n’y a rien de négatif à prioriser cet aspect. Pour ceux et celles qui aiment vraiment conduire, Nissan propose le coupé 370Z et l’exotique GT-R!

La boîte de transmission à variation continue est heureusement mieux étagée que par le passé, même si le régime moteur grimpe de manière exponentielle lorsque le pied droit est enfoncé au plancher. Toutefois, lorsque la vitesse envisagée est atteinte, le son de la motorisation est à peine perceptible. Avec ses 170 chevaux de puissance, le moteur du Rogue n’est pas le plus musclé de la catégorie, mais de nos jours, c’est souvent la consommation moyenne qui dicte le choix de notre prochain véhicule. À ce niveau, le Rogue fait plutôt bien. J’ai d’ailleurs obtenu une moyenne de 9,3 L/100 km. Quant à la suspension, elle a été calibrée pour le confort avant tout et la direction, de son côté, est loin d’être la plus chirurgicale de l’industrie.

Conclusion
Il n’est pas parfait le Nissan Rogue, d’ailleurs aucun véhicule ne peut s’autoproclamer de l’être. Toutefois, les chiffres de ventes du représentant de Nissan doivent, à mon humble avis, vouloir dire quelque chose! Son agilité n’est pas sa plus grande force, idem pour son agrément de conduite, mais en revanche, il offre un confort enviable, tandis que sa consommation d’essence est exemplaire. Et, comme si ce n’était pas assez, il est beaucoup plus attrayant que par le passé. Voilà qui explique son succès.
 

Marque

Nissan

Version

SL Privilège

Options

Ensemble Privilège (2800$), Peinture métallisée (135$)

Échelle de prix

35 383$

Version à l’essai

SL Privilège

Marque

Moteur

4-cyl., 2,5-litres, 170 ch @ 6000 tr-min, 175 lb-pi de couple @ 4400 tr-min

Transmission

Automatique à variation continue

Autre conduite

Traction intégrale à prise temporaire

Consommation annoncée (ville)

9,2 L

Consommation annoncée (route)

7,2 L

Consommation enregistrée

9,3 L

Garantie de base

3 ans / 60 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / 100 000 km

RPM est fière de vous livrer des opinions 100% indépendantes. Nos essais routiers et nos essais comparatifs ne sont pas exigés ni commandités par les constructeurs automobiles.

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer