Nissan Juke 2016 - messages.columnarticles-details.Columns

Standard

Nissan Juke 2016

Essai du Nissan Juke 2016

Pierre Michaud

9 janvier 2016

Conduite fort amusante
Style unique et distinct
Versions NISMO et NISMO RS encore plus tranchées
Position de conduite

Espace arrière très restreint
Espace cargo limité
Boîte CVT perfectible
Impossible de marier la boîte manuelle et la traction intégrale

Standard

Données techniques

Marque

Nissan

Version

SL AWD

Échelle de prix

30 178 $

Version à l’essai

SL AWD

Marque

Moteur

4-cyl, turbo, 1,6 litre, 188 ch @ 5600 tr-min, 177 lb-pi @ 1600 à 5200 tr-min

Transmission

Automatique à variation continue

Autre conduite

Traction intégrale à prise temporaire

Consommation annoncée (ville)

8,8 litres aux 100 kilomètres

Consommation annoncée (route)

7,5 litres aux 100 kilomètres

Consommation enregistrée

7,6 litres aux 100 kilomètres

Garantie de base

3 ans / 60 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / 100 000 km

Dans les pages de notre Annuel de l’automobile 2016, vous trouverez quelque chose comme 270 véhicules neufs, sans compter les variantes et déclinaisons.

C’est dément, lorsqu’on y pense.

Du lot, combien se démarquent réellement? 25? 50? 75, vraiment?

Ce qui est clair, c’est qu’il y a plus de véhicules génériques (intéressants) qu’uniques (excitants) sur le marché. Triste constat.

Heureusement, certains nous font oublier cette réalité et le quadrupède en forme de grenouille que Nissan avance depuis 2011, ou le Juke, si vous préférez, est du nombre.

Quelle est sa recette? Un ensemble d’ingrédients en fait. Voyons ça de plus près. 


L’audace
Pour présenter un véhicule aussi différent de ses contemporains, à une époque où le conformisme dicte trop souvent le travail des stylistes, il faut une bonne pincée d’audace. Nissan y est allé avec une main pleine. Est-ce laid, est-ce beau, un Juke? Est-ce que cela importe vraiment? C’est distinct. Voilà ce qui compte, dans son cas, qu’on se comprenne bien.

Car offrir une Nissan Altima qui serait hideuse au possible ne serait peut-être pas l’idée du siècle. Mais un véhicule qui se destine à un marché restreint et dont la prérogative est d’offrir de l’agrément, là, c’est autre chose.

À ce titre, le Juke a tout pour lui.

Pour 2016, il est reconduit tel quel. C’est l’an dernier qu’il profitait de petites retouches esthétiques.

Utile, inutile?
Même s’il a l’allure d’un VUS, il ne faudrait pas croire que le Juke peut servir comme tel. Son volume de chargement est à des lunes de celui des autres véhicules qu’il côtoie dans sa catégorie. Pire la ligne de toit limite le type d’objet qu’on peut y entasser.

Pour les sacs d’épicerie et la cage de minou, ça va.

À l’arrière, il y a une banquette capable de recevoir trois personnes. Si vous réussissez à convaincre trois de vos amis de s’y installer pour un aller-retour Montréal-Québec, considérez une carrière dans la vente. Le niveau de confort est inexistant et l’espace est aussi généreux que celui d’une cabine téléphonique.

Ainsi donc, comme utilitaire, le Juke est... inutile.

Dans les faits, ses qualités sont ailleurs et elles relèguent au second plan les irritants ci-haut mentionnés.

Le plaisir
La qualité première d’un véhicule varie d’un produit à l’autre. On ne demande pas à un Ram 1500 ce qu’on exige d’une Lamborghini Huracan, et vice versa.

Dans le cas du Juke, puisqu’on a déterminé qu’il n’était pas très « utile », sa qualité principale doit être cherchée ailleurs. Lorsqu’on en prend le volant, on comprend tout.

Cette chose — on ne sait plus comment la définir — propose un agrément de conduite supérieure à la moyenne. En s’installant aux commandes, on apprécie d’abord l’excellente position de conduite qui nous donne l’impression d’être installés dans le cockpit d’une voiture de course tellement tout est à portée de main. Un volant télescopique et on évoquerait la perfection.

Une fois en marche, on découvre un véhicule gâté d’une caisse rigide qui permet d’attaquer agressivement chaque sinuosité que la route daigne nous offrir. La direction propose une très belle précision et la manipulation du volant nous met en contact avec le bitume, une sensation qu’on recherche sur trop de véhicules.

Puis, il y a ce petit moteur 4-cylindres de 1,6 litre et 188 chevaux duquel on n’attend pas grand-chose et qui réussit à nous coller le sourire aux lèvres chaque fois qu’on réclame un élan additionnel. La présence d’un turbo aide grandement, il va sans dire, alors que le couple, établi à 177 livres-pieds de couple, est prêt à l’attaque dès les 1600 tr/min. 

En prime, on retrouve à bord des réglages qui permettent de, soit maximiser l’économie d’essence, soit pousser le plaisir au maximum. Vous devinez qu’avec ce véhicule, l’utilisation du mode Sport, qui chatouille l’orgueil de chaque cheval-vapeur, rehausse le niveau des prestations... et de plaisir.

Le non-sens
Si le Juke est un des véhicules intéressants sur le marché, il n’est pas parfait. L’une des tares qu’il doit traîner est ce non-sens qui fait que la traction intégrale ne peut être mariée à la boîte de vitesse manuelle.

On ne vous donne pas le choix; c’est la CVT (hautement perfectible) et la traction intégrale ou la boîte manuelle et la traction avant.

Souhaitons qu’on corrige ce faux pas à la prochaine génération, prévue pour l’horizon 2018.

Conclusion
Pourquoi un Juke? En fait, pourquoi pas, si vous n’avez pas de famille ou n’avez nullement besoin de transporter de charges encombrantes?

Les véhicules différents sur le marché sont une espèce en voie d’extinction. Simplement pour ça, le Juke est un vent de fraîcheur, une éclaircie à travers un ciel gris.

On critique trop souvent les constructeurs pour leur conservatisme. Il faut savoir les applaudir lorsqu’ils osent, qu’on aime ou pas ce qu’ils avancent.

Marque

Nissan

Version

SL AWD

Échelle de prix

30 178 $

Version à l’essai

SL AWD

Marque

Moteur

4-cyl, turbo, 1,6 litre, 188 ch @ 5600 tr-min, 177 lb-pi @ 1600 à 5200 tr-min

Transmission

Automatique à variation continue

Autre conduite

Traction intégrale à prise temporaire

Consommation annoncée (ville)

8,8 litres aux 100 kilomètres

Consommation annoncée (route)

7,5 litres aux 100 kilomètres

Consommation enregistrée

7,6 litres aux 100 kilomètres

Garantie de base

3 ans / 60 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / 100 000 km

RPM est fière de vous livrer des opinions 100% indépendantes. Nos essais routiers et nos essais comparatifs ne sont pas exigés ni commandités par les constructeurs automobiles.

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer