Mercedes-Benz C63 AMG et C450 AMG 2016 - messages.columnarticles-details.Columns

Standard

Mercedes-Benz C63 AMG et C450 AMG 2016

Benoit Charette

11 mars 2015

Silhouette attrayante
Niveau de performance très relevé
V8 ennivrant
Freinage impressionnant (C63 S)
Qualité de construction
Coûts d'entretien élevés à prévoir
Temps de réaction de la boîte de vitesse automatique perfectible
La version familiale demeure en Europe
Pas de boîte manuelle

Standard

Données techniques

Marque

Mercedes-Benz

Marque

Moteur

V8 biturbo de 4 litres et V6 biturbo de 3 litres

Transmission

Automatique à 7 rapports

Autre conduite

Roues motrices arrière

Consommation annoncée (ville)

8,2 litres aux 100 kilomètres (C63); 7,6 litres aux 100 kilomètres (C450)

Consommation annoncée (route)

Consommation enregistrée

11,3 litres aux 100 kilomètrs (C450)

Garantie de base

4 ans / 80 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

4 ans / 80 000 km

Il y a du nouveau dans l’écurie AMG. En effet, la division de performance de Mercedes-Benz vient de procéder au lancement d’un nouveau modèle, la C450 AMG, ainsi qu’au renouvellement d’un produit existant, la C63 AMG. Pour illustrer la chose, il faut parler de l’arrivée d’un poulain et du retour d’un étalon.

D’ailleurs, vous n’avez pas fini d’entendre parler d’AMG. Cette dernière a crû à une vitesse phénoménale au cours des dernières années. Je vous reviendrai sous peu avec plus de détails sur ses plans. En attendant, passons aux présentations d’usage des deux nouveaux modèles.

C63 AMG
La version à haut rendement de la Classe C s’est rapidement fait un nom. Dans le milieu, on parle souvent d’elle comme du compromis parfait. Elle offre un niveau de confort très appréciable, ses prestations sont très relevées et ses quatre portes rendent convivial son usage au quotidien. Qui plus est, son prix, bien qu’élevé à quelque 70 000 $, a toujours été alléchant compte tenu de l’ensemble de l’œuvre.

Il n’est donc pas surprenant de constater que depuis les débuts d’AMG, c’est elle qui détient le record des ventes au sein de la division. À ce jour, 40 000 versions AMG de la Classe C ont été fabriquées. Quant à la famille AMG, 47 000 bolides portant sa signature ont pris la route en 2014; c’est 24 000 de plus qu’en 2011.

Et voilà qu’une nouvelle C63 prend la route. En tout point, elle est plus belle, plus brutale, et parallèlement plus racée que jamais.

On doit y faire référence comme une bête de piste. Les gourous d’AMG se sont surpassés et nous avons eu l’occasion de le constater, tant sur la route que sur circuit fermé.

Compromis toujours parfait
La nouvelle venue ne nous a pas déçus, donc.

Entre les roues avant, tradition oblige, elle cache toujours un V8, ce à quoi s’attendent les amateurs selon Olivier Weich, le directeur du développement chez Mercedes-AMG. Cependant, c’est une mécanique plus compacte de 4 litres, cachant deux turbos, qui se trouve dans les entrailles de cette C63. Elle envoie aux roues arrière une puissance totale de 469 chevaux et 479 livres-pieds de couple. C’est suffisant pour permettre au bolide d’effacer le 0-100 en 4.1 secondes.

Mais ce n’est rien. Une version encore plus incisive de la C63, simplement baptisée C63 S, est aussi au catalogue. La cavalerie de cette dernière est poussée à 503 chevaux et 516 livres-pieds de couple, assez pour retrancher un dixième de seconde au temps référence du 0-100.

L’équipement de cette variante met l’accent sur la performance extrême. Par exemple, en option, des freins au carbone peuvent être sélectionnés à l’avant. Le différentiel autobloquant électronique offre quant à lui un rendement plus incisif. Un mode course rend ses réglages hystériques. Bref, l’acheteur en a pour son argent.

Mais en fait, bien qu’impressionnante, la C63 est bien plus que cela. Car, outre sa capacité à détruire des pneus arrière et à enfiler les virages d’un circuit d’une façon déconcertante, cette voiture offre un équilibre hautement impressionnant. Grâce aux réglages de suspension dont nous pouvons profiter, on peut lui demander d’être civilisée ou carrément délinquante, selon ce que la situation devant nous prescrit.
 
Sur les routes, autant que sur le circuit Autodromo Internacional do Algarve de Portimao, dans le sud du Portugal, j’ai eu l’occasion de constater l’étendu de ses compétences.

Sur la route, d’abord, cette berline propose toujours une expérience aussi agréable. On peut la conduire tout en douceur en laissant le moteur ronronner et la boîte Speedshift MCT à sept rapports œuvrer dans la plus grande discrétion. Si on la pousse, elle ne fait qu’obtempérer. Si vous êtes familier avec le terme « sleeper », vous savez à quoi je fais référence.

Une fois attaché dans une version C63 S avec un casque sur la tête, on découvre une autre dame. Mis à part sa puissance, son freinage saisissant nous permet d’attaquer les virages avec assurance. Rendu là, le châssis travaille brillamment pour nous permettre de remettre les gaz rapidement afin d’attaquer les lignes droites qui s’offrent à nous. Si la dérobade guette, elle n’est jamais inquiétante alors qu’on sent chaque pas de danse, ce qui nous permet de contrebraquer avant que la situation ne devienne critique. Au pire, les aides à la conduite peuvent corriger notre indiscipline.

J’ai aussi saisi la chance de faire quelques tours de piste à la droite de Bernd Schneider, le pilote le plus titré de la série DTM. Ce dernier m’a permis de constater jusqu’où pouvaient être repoussées les limites de cette C63 AMG. Il l’a soumise à une correction dont plusieurs bagnoles ne se seraient jamais remises. Jamais la C63 n’a bronché.

Finalement, une voiture de compromis qui n’offre pas de compromis.

L’autre AMG
Le rehaussement du niveau de performance de la C63 laisse un écart important entre cette dernière et la Classe C régulière. Voyant qu’un trou béant séparait les deux, on n’a pas hésité un instant chez AMG pour le combler avec une nouvelle venue, la C450 AMG.

À ne pas en douter, cette dernière s’inscrit dans l’esprit de la bannière. Elle offre le style AMG et une bonne partie de la technologie du groupe. Mercedes-Benz fait référence à cette dernière comme d’un modèle AMG Sport. Cette C450 est la deuxième à emprunter cette philosophie après le GLE 450 AMG.

Sur la route, elle colle comme du velcro, est maniable comme un go-kart et offre le même niveau de confort. Sous le capot, elle cache cependant un V6 biturbo de 3 litres plutôt qu’un V8. Les prestations demeurent tout de même fort respectables. Avec 362 chevaux et 384 livres-pieds de couple à notre disposition, la barrière des 100 km/h s’atteint en seulement 4,9 secondes. C’est 0,4 seconde de moins qu’avec l’ancienne C63 AMG.

Quand même.

En fait, il ne lui manque que ce côté brutal qui fait que la C63 brasse nos tripes d’une façon inexplicable. Cependant, au quotidien, la C450 AMG se veut plus sympa; plus raisonnable, aussi. Quoique lorsqu’on parle de la C63 AMG, laisser la raison de côté s’avère thérapeutique.

Misère!

Plus de détails sur cette C450 AMG très prochainement.

En vrac!
La C63 S, plus pointue, s’adresse à ceux qui possèdent un abonnement sur un circuit. Sur la route, cette bagnole en offre beaucoup trop pour le commun des mortels. Faut-il se rappeler que sur nos routes, les limites de vitesse sont fixées à 100 km/h? En revanche, j’ai eu un plaisir fou à la maltraiter (ou est-ce l’inverse?) sur le circuit de Portimao. Son freinage et la musique qui émane de l’échappement me donnent encore des frissons.

La C450 est proposée avec la traction intégrale 4MATIC. La C63 demeure une propulsion.

Au niveau de la consommation d’essence, les chiffres qu’annonce Mercedes-Benz sont franchement impressionnants; 8,2 litres aux 100 pour la C63, 7,6 litres pour la C450. Bon, d’accord, mais pour les atteindre, il faudrait manquer de respect aux mécaniques et ne jamais les exploiter. Parlons d’eux comme théoriques, donc. N’empêche, avec le pied droit passablement agressif, une médiane de 11,3 litres aux cent a été conservée au volant de la C450. Je ne pense pas que l’acheteur de ce type de bolide s’en formalise. Il en va de même pour les coûts d’entretien...

Les prix pour les versions canadiennes nous seront transmis un peu plus tard. Les modèles seront sur nous routes au cours des prochains mois.

Marque

Mercedes-Benz

Marque

Moteur

V8 biturbo de 4 litres et V6 biturbo de 3 litres

Transmission

Automatique à 7 rapports

Autre conduite

Roues motrices arrière

Consommation annoncée (ville)

8,2 litres aux 100 kilomètres (C63); 7,6 litres aux 100 kilomètres (C450)

Consommation annoncée (route)

Consommation enregistrée

11,3 litres aux 100 kilomètrs (C450)

Garantie de base

4 ans / 80 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

4 ans / 80 000 km

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer