Mazda Mazda6 2016 - messages.columnarticles-details.Columns

Standard

Mazda Mazda6 2016

Benoit Charette

8 juin 2015

Agrément de conduite
Qualité d'assemblage
Belle silhouette
Mécanique souple

Une seule mécanique
Groupe technologie non disponible avec la boîte manuelle



Standard

Données techniques

Marque

Mazda

Version

GT

Options

Groupe Technologie (3000$)

Échelle de prix

35 695$

Version à l’essai

GT

Marque

Moteur

4 cyl. 2,5-litres, 184 chevaux @ 5700 tr/min, 185 lb-pi @ 3250 tr/min

Transmission

Automatique à 6 rapports

Autre conduite

Roues motrices avant

Consommation annoncée (ville)

8,5 L

Consommation annoncée (route)

5,9 L

Consommation enregistrée

7,9 L

Garantie de base

3 ans / kilométrage illimité

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / kilométrage illimité

Introduite à l’hiver 2013 en tant que modèle 2014, la Mazda6 a su rapidement faire oublier sa devancière qui partageait plusieurs organes mécaniques avec la Ford Fusion de l’époque. Sa nouvelle silhouette a été accueillie avec beaucoup d’enthousiasme de la part des consommateurs et même de la presse écrite, tandis que la nouvelle philosophie SkyActiv venait confirmer le sérieux de la marque pour la suite des choses.

Si, du côté américain, les ventes continuent de progresser – elle a encore beaucoup de chemin à parcourir avant d’atteindre le niveau des meneuses de la catégorie –, chez nous, les chiffres de ventes ne sont pas très reluisants. À preuve, il s’est vendu six fois plus de Ford Fusion au Canada en 2014. Comment expliquer ce phénomène au sujet de l’une des meilleures berlines intermédiaires au pays?

Toujours aussi belle
Il n’y a pas à dire, la 6 est l’une des plus jolies voitures actuellement en vente sur le marché. Le design KODO, contrairement à l’ancienne philosophie « souriante », s’avère plus mature, voire plus sophistiqué et risque de mieux vieillir au fil du temps. Par rapport à l’édition 2015, la Mazda6 2016 reçoit une grille de calandre légèrement modifiée ainsi qu’un pare-chocs redessiné, tandis que cette barre métallisée qui fait office de lien central à l’avant est dorénavant agrémentée – du moins sur la version GT – d’un éclairage « distinctif » qui longe la partie inférieure de la grille.

À l’arrière, les feux de position proposent une nouvelle signature visuelle aux diodes électroluminescentes. Quant à elles, les jantes de 19 pouces de diamètre ont également été assombries. Finalement, notre voiture à l’essai portait fièrement l’une des nouvelles couleurs de 2016, soit Titane flash mica.

Une évolution à l’intérieur
L’apparence de la 6 ne change pas beaucoup, mais l’habitacle voit apparaître une nouvelle planche de bord afin de mieux se différencier de celle installée à bord du multisegment CX-5. Dans le cas qui nous intéresse, la version GT essayée était munie de l’ensemble en cuir noir avec contraste auburn foncé. Ces appliqués brunâtres, jumelés à cette bande métallisée, donnent plus de vie à cet habitacle. D’ailleurs, cette console centrale séparant les deux occupants à l’avant est surélevée cette année comme si on avait voulu rehausser le caractère sportif de la berline. À ce niveau, la molette située derrière le levier de vitesse facilite la navigation à travers les nombreuses applications du système de divertissement.

Les sièges de la première rangée mélangent confort et support, tout comme ceux de la deuxième rangée, celle-ci pouvant également être repliée vers l’avant pour le transport d’objets plus longs dans le coffre. Mentionnons également que quatre des cinq occupants pourront bénéficier de la sellerie chauffante en hiver.

Une seule mécanique
Sous le capot, Mazda limite toujours son offre à un choix, soit le 4-cylindres de 2,5-litres déjà utilisé dans le CX-5 et la Mazda3. Ce bloc à injection directe livre une puissance appréciable de 184 chevaux et un couple de 185 lb-pi. Comme vous pouvez le voir sur les photos, la 6 GT équipée du Groupe Technologie (radio satellite XM, système d’aide au freinage, système d’avertissement d’obstruction frontale, régulateur de vitesse intelligent, système de commande des feux de route, système d’avertissement de sortie de voie et système i-ELOOP) est équipée d’une boîte automatique à six rapports, celle-ci étant munie de palettes montées derrière le volant. À ce sujet, sachez que Mazda est l’un des seuls sur le marché à offrir une boîte manuelle à six rapports sur toutes les livrées, et ce, malgré une vaste majorité de voitures vendues avec l’unité à deux pédales.

Au risque de tourner le fer dans la plaie, nous n’avons pas perdu espoir de voir une mécanique turbodiesel dans la Mazda6 d’ici un an ou deux, mais il serait grandement temps de l’amener, question de grossir la gamme, et même d’ajouter un peu plus de performance à la berline.

Au volant
Outre le fait que la 6 ne soit offerte qu’avec une seule mécanique, c’est peut-être au niveau de l’agrément de conduite que celle-ci perd des points. Non pas qu’elle soit monotone à conduire – même que la 6 a toujours été au sommet à ce chapitre –, mais c’est peut-être à cause de ce côté plus sportif que les consommateurs la boudent.

La direction est sans contredit plus précise que la moyenne, tandis que les suspensions plus fermes donnent à cette voiture un comportement tout de même plus agressif que celui d’une Nissan Altima, par exemple. La position de conduite est excellente, surtout à cause des nombreux ajustements du siège électrique et la colonne de direction.
 

Même si 184 chevaux peuvent paraître un peu juste dans cette catégorie – d’autant plus qu’il s’agit de la seule option disponible –, le 4-cylindres livre la marchandise, la boîte automatique étant à souligner pour son efficacité à changer les rapports. Évidemment, ceux-ci ne sont pas aussi rapides que ceux d’une boîte à double embrayage, mais tout de même, il est possible de s’amuser au volant de la 6.

Conclusion
Donc, à la réponse lancée en début de texte, je me dois de rappeler que plusieurs facteurs expliquent ce demi-succès canadien. Premièrement, les consommateurs optent de plus en plus pour des véhicules utilitaires, au détriment des berlines. Deuxièmement, ne l’oublions pas, les voitures compactes sont plus populaires chez nous, ces petites étant aussi bien équipées que les berlines intermédiaires. Troisièmement, cette concurrence féroce pousse les constructeurs à adopter une stratégie de prix agressive. Quant au fait que la 6 soit limitée à une seule motorisation – du moins pour l’instant –, eh bien, cette situation à sens unique n’aide pas. Pourtant, elle mérite réellement un meilleur sort cette 6. Si vous lorgnez du côté des intermédiaires, elle mérite au moins un essai. Elle pourrait changer votre perception.
 

Marque

Mazda

Version

GT

Options

Groupe Technologie (3000$)

Échelle de prix

35 695$

Version à l’essai

GT

Marque

Moteur

4 cyl. 2,5-litres, 184 chevaux @ 5700 tr/min, 185 lb-pi @ 3250 tr/min

Transmission

Automatique à 6 rapports

Autre conduite

Roues motrices avant

Consommation annoncée (ville)

8,5 L

Consommation annoncée (route)

5,9 L

Consommation enregistrée

7,9 L

Garantie de base

3 ans / kilométrage illimité

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / kilométrage illimité

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer