Mazda CX-9 2016 - messages.columnarticles-details.Columns

Standard

Mazda CX-9 2016

Essai du Mazda CX-9 2016

Pierre Michaud

26 mai 2016

Tenue de route
Souplesse de la mécanique
Insonorisation
Qualité en hausse

Pas de palettes montées au volant
Suspension pourrait être un brin plus ferme



Standard

Données techniques

Marque

Mazda

Version

GS-L, Signature

Version à l’essai

GS-L, Signature

Marque

Moteur

4-cyl. turbo, 2,5-litres, 227 ch @ 5000 tr/min (250 ch @ 5000 tr/min avec de l'essence indice d'octane 93), 310 lb-pi @ 2000 tr/min

Transmission

Automatique à 6 rapports

Autre conduite

Traction intégrale à prise temporaire

Consommation annoncée (ville)

11,2 L (4RM) et 10,5 L (2RM)

Consommation annoncée (route)

8,8 L (4RM) et 8,3 L (2RM)

Consommation enregistrée

10,3 L (4RM)

Garantie de base

3 ans / kilométrage illimité

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / kilométrage illimité

Kelowna, C-B – Le constructeur Mazda est surtout reconnu chez nous pour ses voitures compactes agiles et ses petits multisegments. L’omniprésence des Mazda3 et du CX-5 sur nos routes confirme cette affirmation. Malheureusement pour la division nipponne, cette popularité ne s’applique pas au plus imposant des véhicules de la gamme. Le CX-9 a beau faire partie d’une catégorie qui gagne encore des parts de marché par les temps qui courent, ça ne fait pas de lui un best-seller pour autant.

Heureusement, la direction du constructeur de la MX-5 a l’intention de remédier à cette situation avec son nouveau CX-9 2016. Les attentes sont élevées avec ce VUS phare renouvelé. Dernier véhicule à pouvoir profiter de la philosophie SKYACTIV, la dernière addition à la gamme entend même redéfinir certains paramètres du segment.


Enfin le KODO
À première vue, le CX-9 2016 conserve sa silhouette de grosse familiale surélevée. Toutefois, rien de ce que vous apercevez sur les photos au haut de la page n’est emprunté au précédent modèle, à part bien sûr le nom du modèle! Le CX-9 est plus trapu en longueur ainsi qu’en hauteur, mais son empattement a gagné quelques centimètres. En fait, cette silhouette de familiale est amplifiée par cet allongement délimité par des jantes de 18 ou de 20 pouces de diamètre.

À l’avant, la fameuse grille de calandre supportée par une bande de chrome trapézoïdale vient s’insérer à l’intérieur des blocs optiques de part et d’autre, un trait également employé à l’arrière. Comme c’est le cas sur la berline Mazda6, un éclairage au DEL relie les deux phares sur la nouvelle livrée Signature. Le capot semble plus long grâce à ce pare-brise reculé de manière à améliorer la vision périphérique à l’intérieur. Règle générale, le nouveau CX-9 présente des proportions beaucoup plus réussies que son prédécesseur.

Quatre niveaux de finition
Mazda entend proposer quatre livrées différentes (GS, GS-L, GT et ainsi qu’une nouvelle appellation Signature). Avis aux intéressés, seul le CX-9 GS peut être commandé avec les roues avant motrices, ce qui veut dire que toutes les autres viennent d’office avec le rouage intégral i-Activ, le GS pouvant aussi être muni des quatre roues motrices moyennant un supplément. Même s’il s’agit d’un modèle de base, le CX-9 GS n’est pas dépouillé pour autant, le niveau d’équipement étant assez complet. Le GS-L risque d’être le plus populaire à cause justement de plus de contenu, mais aussi par son prix raisonnable... si la somme de 41 500 $ vous paraît raisonnable bien sûr! Plus haut, le GT ajoute les jantes de 20 pouces qui emplissent de manière plus adéquate les arches de roues. Quant à cette version Signature, les designers de marque espèrent que le souci du détail ainsi que les matériaux plus nobles à l’intérieur sauront séduire quelques consommateurs qui lorgnent du côté de l’Infiniti QX60 ou de l’Acura MDX.

Un moteur pas comme les autres
Contrairement à l’ancien modèle – et à plusieurs concurrents d’ailleurs –, le CX-9 2016 laisse tomber son vétuste V6 de 3,7-litres d’origine Ford au profit d’un nouveau bloc 4-cylindres turbo de 2,5-litres de cylindrée. Si cette idée de faire appel à « petit » moteur dans un si gros véhicule semble farfelue, détrompez-vous, le concept fait du sens!

Non seulement l’économie d’essence est grandement améliorée – l’ancien 6-cylindres était loin d’être un modèle à ce niveau –, mais les performances du VUS sont égales ou même supérieures à celles de la concurrence. Accouplée à ce nouvel engin, une transmission automatique à six rapports s’occupe d’acheminer les 227 chevaux de puissance et les 310 lb-pi de couple (!) aux roues motrices sur de l’essence régulière. Ajoutez de l’essence à indice d’octane 93 et la puissance grimpe à 250 chevaux.

Une diète SKYACTIV
Comme c’est la tendance au sein de Mazda depuis quelques années, le nouveau membre de la famille a été soumis à la recette SKYACTIV. C’est donc de dire que ce dernier a subi une diète importante – 90 kg et 130 kg respectivement pour les versions traction avant et intégrale – qui s'avère bénéfique pour les prestations du véhicule sur la route. En procédant ainsi, les ingénieurs de la marque ont tout de même réussi à rigidifier le châssis en plus d’ajouter 24 kg de matériel insonorisant à la caisse. Avec des fenêtres plus épaisses, le CX-9 devient l’un des plus silencieux de l’industrie et ça paraît sur la route.

Au volant
Malgré tout ce qu’affirme la fiche technique du CX-9 2016, c’est sur le bitume que ces améliorations peuvent être observées. Et à ce niveau, le VUS n’a pas déçu. Le silence de roulement promis est au rendez-vous, le son du moteur étant à peine perceptible à vitesse de croisière.

Une pression sur la pédale de droite et le CX-9 laisse entendre un grondement qui n’est pas sans rappeler celui des autres modèles de la gamme. La réponse du turbo est fort impressionnante, tandis que la boîte de transmission automatique est bien étagée. Ne cherchez pas de palettes montées au volant, il n’y en a pas. Pourtant, avec cette direction précise et une agilité surprenante pour un véhicule de cette taille, il serait intéressant de changer soi-même les rapports à l’aide d’une paire de palettes, l’option du levier de vitesse n’étant pas aussi conviviale. Malgré ce détail, je me dois de féliciter les ingénieurs qui ont su développer un groupe motopropulseur très bien adapté à ce châssis.

Mazda n’a pas transformé son gros véhicule en MX-5, loin de là même, mais à travers cette jungle de VUS imposants, le CX-9 2016 se retrouve, à l’instar des autres modèles de la gamme, au sommet de la catégorie pour son agrément de conduite. C’est ce qui pousse les ingénieurs de la marque à se dépasser après tout!

Outre l’aspect conduite, le CX-9 ne déçoit pas en matière d’exécution. La qualité des matériaux est définitivement plus convaincante que par le passé, un commentaire qui s’applique aussi à l’assemblage. Les sièges sont eux aussi très confortables, bien que ceux de la troisième rangée ne soient pas aussi douillets que les autres.

Les plus sévères critiqueront le fait que Mazda n’a pas encore intégré les systèmes Apple Car Play et Android Auto à bord de leurs véhicules, mais à mon avis, pour le consommateur qui aime conduire, ce retard technologique n’est qu’un détail anodin. Heureusement, au point de vue sécurité, le CX-9 peut être équipé des nombreux dispositifs regroupés sous l’appellation i-ACTIVSENSE.

Conclusion

L’industrie automobile change ses façons de faire petit à petit. Même un petit joueur comme Mazda doit revoir ses méthodes de conception. Commercialiser un multisegment intermédiaire équipé d’une motorisation 4-cylindres turbo dans une catégorie dominée par les motorisations à six cylindres n’a rien de conventionnel. Et pourtant, le résultat général est plutôt étonnant.

Il faudra surveiller à court et moyen terme comment réagira le public face à une telle combinaison, mais également si cette mécanique turbocompressée sera fiable au fil des années. En attendant la réponse à ces deux interrogations, vous savez maintenant qu’il existe une nouvelle option dans ce marché, le CX-9 2016 ayant été rendu disponible cette semaine chez nous.
 

Marque

Mazda

Version

GS-L, Signature

Version à l’essai

GS-L, Signature

Marque

Moteur

4-cyl. turbo, 2,5-litres, 227 ch @ 5000 tr/min (250 ch @ 5000 tr/min avec de l'essence indice d'octane 93), 310 lb-pi @ 2000 tr/min

Transmission

Automatique à 6 rapports

Autre conduite

Traction intégrale à prise temporaire

Consommation annoncée (ville)

11,2 L (4RM) et 10,5 L (2RM)

Consommation annoncée (route)

8,8 L (4RM) et 8,3 L (2RM)

Consommation enregistrée

10,3 L (4RM)

Garantie de base

3 ans / kilométrage illimité

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / kilométrage illimité

RPM est fière de vous livrer des opinions 100% indépendantes. Nos essais routiers et nos essais comparatifs ne sont pas exigés ni commandités par les constructeurs automobiles.

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer