Mazda CX-30 2020, l’ADN du CX-3, mais plus spacieux et pratique - messages.columnarticles-details.Columns

Standard

Mazda CX-30 2020, l’ADN du CX-3, mais plus spacieux et pratique

Tout nouveau pour 2020, le Mazda CX-30 se glisse entre le CX-5 et le CX-3 et vient essentiellement offrir une alternative plus pratique au CX-3.

18 mars 2020

- Style sophistiqué
- Finition intérieure
- Conduite emballante

- Opération du système multimédia
- Son style rend la vision arrière moins favorable
- Un peu moins d’espace pour les passagers arrière

Standard

Données techniques

Marque

Mazda

Échelle de prix

23 950$ - 33 850$

Avez-vous entendu parler du Mazda CX-30? C’est le dernier-né des VUS Mazda, qui se glisse tout juste entre le CX-3 et le CX-5 sur les plans du prix et des dimensions. Pourquoi alors ne pas l’avoir simplement baptisé CX-4? Mazda y a songé, mais utilise déjà cette appellation pour un autre modèle Mazda en Asie, de sorte que nous devons malheureusement utiliser une nomenclature beaucoup moins logique. Pourquoi introduire un autre VUS sous-compact sachant que Mazda vend déjà le CX-3? Tout simplement parce que ce dernier ne répond pas aux objectifs, surtout avec une concurrence de plus en plus à la page. Le CX-3 est certes l’un des plus agréables à conduire dans son segment, mais il est très petit et son manque d’espace le rend moins concurrentiel.

L’arrivée du CX-30 permet donc au constructeur de combler les lacunes du CX-3 et d’offrir un véhicule qui pourra rivaliser beaucoup mieux avec des modèles tels que le Hyundai Kona, le Kia Niro, le Subaru Crosstrek, le Nissan Qashqai et le Honda HR-V. Difficile alors de justifier l’existence du CX-3 qui sera certainement laissé de côté par les acheteurs, surtout que les deux ont pratiquement les mêmes fourchettes de prix et que le CX-30 dispose d’arguments supplémentaires incluant notamment deux choix de mécaniques. Nous venons de mettre à l’essai le Mazda CX-30 GS 2020 équipé de l’ensemble Luxe : voici nos conclusions.

Côté style, le véhicule emprunte le design des nouveaux modèles de la marque et il faut avouer qu’il est drôlement réussi. Nous pourrions affirmer qu’il est comparable à un VUS de luxe, ce qui est loin d’être le cas de plusieurs de ses rivaux. C’est ce que Mazda tente de créer comme effet pour tous ses modèles, et ce, surtout depuis l’ajout des versions haut de gamme Signature pour certains de ses véhicules. Le CX-30 offre un beau mariage de sophistication et de sportivité et l’effet est encore plus marqué lorsqu’il est équipé de jantes de 18 pouces. Seules les garnitures grises qui cerclent les ailes minent son apparence, mais c’est une mode adoptée par bon nombre de ses rivaux. Lorsque nous l’avons lavé, nous avons d’ailleurs remarqué que beaucoup de panneaux de plastique sont très mous et s’enfoncent d’une simple pression, surtout à l’avant, ce qui diminue l’impression de qualité et de durabilité.

Le Mazda CX-30 2020 est-il plus imposant? Tout à fait, il repose en fait sur la plateforme de la quatrième génération de la Mazda3 et partage les mêmes mécaniques, transmission et rouage intégral. Voici une petite comparaison côté dimensions :

Mazda CX-30 versus Mazda CX-3

Empattement : 2 652 mm  vs  2 570 mm
Longueur : 4 395 mm  vs  4 274 mm
Largeur : 2 040 mm  vs  1 767 mm
Hauteur : 1 568 mm  vs  1 542 mm
Dégagement au sol : 203,2 mm  vs  154 mm

Cliquez sur Vie à bord pour la suite de l'essai.

Si le design extérieur du CX-30 est réussi, c’est le même constat à bord avec un habitacle identique à celui de la Mazda3, ce qui n’est pas péjoratif. On aime la qualité des matériaux, l’assemblage et l’impression de prestige qui s’en dégage notamment en raison des panneaux des portes, du volant et du levier de vitesses gainés de cuir, chose peu commune dans ce créneau. La présentation de l’ensemble est assez sobre, mais bien orchestrée, le volant offre une belle apparence et procure surtout une bonne prise en main qui rehausse le sentiment de contrôle.

Plusieurs éléments sont contrôlés par le système d’infodivertissement dont l’écran est placé un peu plus haut et en retrait sur le tableau de bord afin qu’il soit plus en ligne avec notre champ de vision. Assez large (8,8 pouces), quoique très mince, il est loin d’être le plus imposant. Il se marie bien au design du tableau de bord, mais ses dimensions réduites limitent la quantité et la taille des informations affichées. L’écran n’est pas tactile et on doit donc se rabattre sur une molette pour l’opérer, ce qui n’est pas idéal surtout lorsqu'on utilise Apple CarPlay dont l’interface est normalement conçue pour une utilisation tactile. En revanche, le système audio Bose à 12 haut-parleurs procure une expérience musicale très riche. Les ingénieurs se sont attardés à bien positionner les haut-parleurs plutôt que se contenter d’utiliser l’espace restant.

Le véhicule offre amplement d’espace pour les passagers à l’avant, mais ceux à l’arrière seront un peu plus à l’étroit principalement en raison de l’espace limité entre leurs jambes et les sièges avant. Malgré son espace de chargement supérieur, le CX-30 n’est donc pas le plus familial des véhicules. Difficile de le recommander à titre de véhicule principal pour une jeune famille.

Cliquez sur Technique pour la suite de l'essai.

Le CX-30 profite d’un système de classement assez simple, mais qui comporte tout de même plusieurs choix intéressants. Trois versions sont offertes, soit le GX (23 950 $), GS (26 650 $) et GT (33 850 $), les deux premières comprenant le rouage intégral en option au coût supplémentaire de 2 000 $ alors que la livrée GT l’offre de série. Difficile de ne pas vous recommander cette dernière, puisque l’efficacité du véhicule s’en trouve grandement améliorée et pas uniquement dans la neige, mais aussi dans plusieurs autres situations, par exemple lorsqu’on le conduit sous une pluie abondante.

Le CX-30 GS est équipé d’un quatre cylindres de 2,0 litres qui développe 155 chevaux et un couple de 150 lb-pi; c’est en fait le même moteur qu’on retrouve dans le CX-3. Les autres CX-30 profitent quant à eux de plus de puissance grâce à un quatre cylindres de 2,5 litres qui développe 186 chevaux et un couple équivalent de 186 lb-pi. Cette mécanique place le CX-30 au sommet de la puissance face à ses concurrents sans que l’on obtienne une consommation démesurée. Peu importe la version, la puissance est envoyée aux roues par une transmission automatique à six rapports qui n’est certes pas la plus technologique, mais dont le comportement est beaucoup plus agréable que plusieurs boîtes à variation continue proposées par la concurrence.

Pas de version hybride ou électrique pour le moment, mais il faut se souvenir que Mazda a dévoilé le MX-30 Concept lors du dernier Salon de l’auto de Tokyo, son premier VUS 100 % électrique qui devrait être commercialisé dans tous les marchés d’ici quelques années. Il pourrait constituer une alternative très intéressante au Hyundai Kona EV, en espérant que Mazda accélère le pas vers l’électrification, car le constructeur tire de la patte à cet égard pour le moment.

Cliquez sur Au volant pour la suite de l'essai.

Afin d’être à même d’apprécier le CX-30 à sa pleine mesure, il faut prendre son volant. Mazda maîtrise depuis des années l’art de faire en sorte que ses véhicules offrent un plaisir de conduite inné et le CX-30 ne fait pas exception. Il comprend une foule de technologies et de détails qui connectent le conducteur au véhicule et à la route et c’est sans doute pourquoi la marque à toujours connu autant de succès au Québec.

Le Mazda CX-30 utilise la plateforme des petits véhicules de Mazda et possède donc tout comme le CX-3 un essieu à barre de torsion à l’arrière plutôt qu’une suspension indépendante. Les ingénieurs nous ont mentionné que ce type de suspension assure un contrôle accru en virage, notamment en minimisant les torsions vers l’intérieur. Sur les petits chemins sinueux, les transferts de poids sont réduits au minimum et le châssis est ultra rigide. En combinant le tout à une direction tout aussi précise, on obtient un véhicule que l’on prend plaisir à conduire au quotidien. Des efforts sincères ont été déployés sur le plan de l’insonorisation, les bruits extérieurs sont bien filtrés et l’habitacle est silencieux.

Le rouage intégral du CX-30 i-Active est de type réactif, c’est-à-dire qu’en conditions normales, il favorise les roues avant afin de maximiser l’économie de carburant et peut transférer le couple nécessaire aux roues arrière en cas de patinage. Non seulement le système de Mazda favorise la traction en toutes conditions, mais il découple également les roues arrière en virage afin d’aider le véhicule à effectuer une rotation. Ce sont tous ces petits détails qui rehaussent le plaisir de conduite des véhicules Mazda. Nous avons conclu notre essai avec une consommation moyenne de 8,8 L/100 km, ce qui n’est pas si mal compte tenu de la puissance du moteur. Le CX-30 GT profite pour sa part d’une technologie de désactivation des cylindres, ce qui permet de retrancher environ 0,5 L/100 km.

Cliquez sur Conclusion pour la suite de l'essai.

Marque

Mazda

Échelle de prix

23 950$ - 33 850$

Version à l’essai

Mazda CX-30 GS

Transport et préparation

1 950$

Marque

Moteur

Quatre cylindres de 2,5 litres - 186 chevaux

Transmission

Automatique, 6 rapports

Autres moteurs

Quatre cylindres de 2,0 litres - 155 chevaux

Consommation annoncée (ville)

9,9 L/100 km

Consommation annoncée (route)

7,7 L/100 km

Largeur (mm)

2 040 mm

Hauteur (mm)

1 568 mm

Empattement (mm)

2 652 mm

Réservoir d’essence

51 litres

Garantie de base

3 ans/illimité

Garantie du groupe motopropulsteur

3 ans/illimité

À notre avis, la version la plus intéressante est sans contredit la GS équipée du rouage intégral, qui vous permet d’obtenir un bon niveau d’équipement incluant les gadgets que beaucoup d’acheteurs recherchent tout en demeurant assez abordable.

Le CX-30 offre plus d’espace et même s’il se classe du côté des VUS, il offre la conduite d’une petite berline sport. Il s’inscrit parfaitement dans la tendance et pourra certainement aider Mazda à relancer ses ventes, mais surtout attirer les acheteurs qui semblent bouder la dernière Mazda3. On n’hésite pas à vous le recommander.

RPM est fière de vous livrer des opinions 100% indépendantes. Nos essais routiers et nos essais comparatifs ne sont pas exigés ni commandités par les constructeurs automobiles.

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer