Lexus NX 300h 2015 : quand la facture est une insulte... - messages.columnarticles-details.Columns

Standard

Lexus NX 300h 2015 : quand la facture est une insulte...

Benoit Charette

29 avril 2015

Ça ne manque pas de style
Qualité de l'environnement à bord
Douceur de roulement
Fiabilité pratiquement assurée

Prix
Version unique
Différence de consommation minime avec la version 200t, beaucoup moins chère
Style qui risque de mal vieillir

Standard

Données techniques

Marque

Lexus

Version

300h

Échelle de prix

61 694.15 $

Version à l’essai

300h

Marque

Moteur

4-cylindres de 2,5 litres à cycle Atkinson

Transmission

Automatique à variation continue

Autre conduite

Traction intégrale à prise temporaire

Consommation annoncée (ville)

7,1 litres aux 100 kilomètres

Consommation annoncée (route)

7,7 litres aux 100 kilomètres

Consommation enregistrée

7,4 litres aux 100 kilomètres

Garantie de base

4 ans / 100 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

6 ans / 110 000 km

Il y a une dizaine d’années, l’inclusion d’un véhicule utilitaire sport dans sa gamme était, pour un constructeur, une condition sine qua non à la réussite. Omettre de le faire, c’était laisser le champ libre à la concurrence.

Que voulez-vous; les consommateurs se sont entichés des VUS.

Aujourd’hui, les choses ont évolué, du moins un tantinet. Nombre de consommateurs carburent toujours à la vue d’un véhicule utilitaire, mais recherchent des produits plus socialement acceptables, c’est-à-dire moins gros et surtout, qui consomment moins.

Une nouvelle tendance est donc née; celle des VUS plus… compacts

Partout, à travers l’industrie, qu’on regarde chez les bannières plus génériques ou du côté des marques plus luxueuses, quantité de nouveaux produits ont récemment fait leur apparition pour répondre à cette nouvelle vogue.

Chez Lexus, ça a pris la forme du NX.

Et quelle forme!

Trop audacieux?
Depuis quelques années déjà, Lexus nous propose des véhicules plus définis en matière de style. La grille en forme de sablier, par exemple, fait tranquillement son chemin sur tous les modèles et on voit apparaître des lignes hyper tranchées au niveau des flancs et dans le traitement réservé aux phares ainsi qu’aux feux.

Si on a longtemps reproché à Lexus de manquer d’audace en matière de design, on ne peut plus le faire.

On peut seulement se demander si on est trop audacieux, notamment dans le cas de ce NX.

Chose certaine, le style est très affirmé, qu’on aime ou non. Le museau, pour un, est presque une caricature de la signature empruntée par la compagnie

Disons qu’on a poussé la note très loin. Trop? Ça, seul l’avenir nous le dira et les chiffres de ventes, à ce chapitre, seront très révélateurs.

Je m’avancerai en disant que le style de ce NX risque de moins bien vieillir que celui de la berline IS, dont les lignes sont plus dosées.

Ah oui, il y a deux NX au catalogue; la version 200t, munie d’un moteur turbo, puis la version hybride 300h, celle présentée ici.

C’est la facture de cette dernière que je ne digère pas.

À bord
Si le style extérieur du NX demeure discutable, la présentation intérieure, elle, risque davantage de faire consensus. Ça ne manque pas de caractère et c’est fait avec goût. À ce titre, on est loin du traditionalisme un peu ennuyeux d’Audi et de BMW.

Ce qui est plus compatible avec la façon de faire allemande, c’est la qualité, tant celle réservée aux matériaux qu’à l’assemblage.

Au volant, on trouve un siège confortable et une bonne position de conduite, sauf qu’il faut déplorer le manque de soutien. D’accord, le NX n’est pas un véhicule sport, mais en virage, on se sent souvent déporté.

Pour le niveau d’équipement, c’est hyper complet à bord de cette version hybride, mais il y a un prix à payer. Cette mouture affiche un prix de base de 61 694.15 $, soit 18 000 $ de plus que l’autre. Oui, dix-huit mille billets verts de plus.

Celle-là, elle ne passe pas!

En fait, le problème, c’est qu’il n’y a aucune marge de manœuvre pour celui intéressé par la chose hybride. S’il veut un NX écolo, il doit le prendre tel quel, entièrement équipé, avec la grosse facture.

En revanche, il est possible de choisir une version 200t et de lui ajouter des groupes d’options. Avec l’ensemble F Sport Série 2, la note peut même grimper à 55 794 $. C’est encore loin du prix de la version hybride. Surtout, l’acheteur a un choix.

Mais il y a pire. J’y reviens.

Mécanique
Le NX n’est pas, et de loin, le premier véhicule hybride avancé par le groupe Toyota. En conséquence, on connaît la chanson. L’avantage, c’est que l’on connaît aussi l’efficacité des organes qui nous sont proposés.

Ainsi, la combinaison qui nous est avancée prend la forme d’un 4-cylindres de 2,5 litres à cycle Atkinson ainsi que d’un moteur électrique. Il s’agit des organes qui animent la version hybride de la Toyota Camry, notamment.

La boîte automatique, sans surprise, est de type CVT.

Aussi, bien entendu, le NX offre-t-il la traction aux quatre roues.

Comportement
Si j’étais au volant de ce NX la semaine dernière, il est d’intérêt de vous dire que la semaine précédente, j’ai eu la chance de conduire l’autre version, la 200t; voilà qui est toujours utile aux fins de comparaison.

A priori, il n’y a pas de différences majeures entre les deux, outre le fait que la puissance et la façon dont elle est livrée diffèrent. L’expérience au volant est dominée par le confort, ce qui plaira à la clientèle visée, sans aucun doute.

Comme c’est maintenant la coutume, des modes de conduites sont proposés. Sur la version 300h, on en retrouvait trois : Eco, Normal et Sport. Nul doute, le NX est plus intéressant lorsque la molette est tournée vers cette dernière option. Quant au mode Eco, il a pour effet de restreindre la réponse de l’accélérateur, ce qui maximise l’économie d’essence. La sensation est plus frustrante qu’autre chose. Imaginez une Dodge Challenger avec le moteur d’une Chevrolet Chevette et ça va vous donner une bonne idée.

Enfin, en matière d’économie d’essence, c’est là que ça devient intéressant, ou intéressant, selon l’angle avec lequel on observe. La version hybride du NX m’a permis de maintenir une moyenne de 7,4 litres aux 100 kilomètres, ce qui n’est pas mal pour un véhicule de ce genre. Seulement, au volant de la variante turbo, la médiane fut de 9 litres aux 100 kilomètres.

Seulement 1,6 litre de différence. Ai-je besoin de vous rappeler la différence de prix entre les deux versions?

Non, mais franchement!

La goutte qui fait déborder le vase, en ce qui me concerne.

Conclusion
En conséquence, il n’y a qu’une version qui soit intéressante, soit la 200t. Mettez-lui l’équipement que vous voulez et le tour sera joué. Vous obtiendrez de bonnes cotes de consommation, un agrément de conduite supérieure en raison du surplus de puissance et en prime, vous mettrez quelques milliers de dollars dans vos poches.

Voilà!

Marque

Lexus

Version

300h

Échelle de prix

61 694.15 $

Version à l’essai

300h

Marque

Moteur

4-cylindres de 2,5 litres à cycle Atkinson

Transmission

Automatique à variation continue

Autre conduite

Traction intégrale à prise temporaire

Consommation annoncée (ville)

7,1 litres aux 100 kilomètres

Consommation annoncée (route)

7,7 litres aux 100 kilomètres

Consommation enregistrée

7,4 litres aux 100 kilomètres

Garantie de base

4 ans / 100 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

6 ans / 110 000 km

RPM est fière de vous livrer des opinions 100% indépendantes. Nos essais routiers et nos essais comparatifs ne sont pas exigés ni commandités par les constructeurs automobiles.

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer