Lamborghini Huracán EVO Spyder 2020, comment devenir une vedette en cinq minutes - messages.columnarticles-details.Columns

Standard

Lamborghini Huracán EVO Spyder 2020, comment devenir une vedette en cinq minutes

Nous avons eu la chance de faire l’essai routier de la Lamborghini Huracán EVO Spyder 2020, une voiture exotique qui vous transforme instantanément en véritable vedette.

23 juillet 2020

- Sonorité du moteur
- Performances relevées
- Impossible de passer inaperçu

- Prix démesuré (surtout les options)
- Peu de confort à bord
- Freins carbone céramique bruyants

Standard

Données techniques

Marque

Lamborghini

Version à l’essai

Huracán EVO Spyder 2020

Marque

Moteur

V10 5,2 litres - 640 chevaux

Pas facile de garder la tête froide quand on a la chance de faire l’essai d’un bolide exotique comme la Lamborghini Huracán EVO Spyder, surtout que les occasions sont assez rares au Québec. Après tout, ces voitures sont issues de constructeurs qui nous ont font rêver depuis notre tout jeune âge. Je me souviens encore des affiches posées un peu partout sur les murs de ma chambre qui mettaient en vedette une Lamborghini Countach ou une Ferrari Testarosa. Poser ses mains sur le volant, démarrer le moteur V10 atmosphérique et quitter le stationnement demeure une expérience en soi. Tout le reste n’a presque plus d’importance.

Je me suis donc dirigé vers la concession Lamborghini Montréal afin de prendre livraison d’une Huracán EVO Spyder 2020 pour quelques jours. À ma sortie du stationnement au volant de la Huracán peinte en bleu Sideris, une option de 18 900 $, c’en était terminé de mon anonymat. Je suis devenu une vedette en l’espace de cinq minutes et je faisais soudainement l’envie de bien des gens. Je savais que les prochains jours seraient hauts en couleur, et que mes déplacements pourraient être suivis de près sur les réseaux sociaux, surtout dans mon petit patelin.

Afin de vous situer, la Lamborghini Huracán a été introduite en 2014 ; elle succédait à la Gallardo, le modèle le plus populaire de la marque avec un peu plus de 14 000 exemplaires vendus dans le monde en dix ans. La Huracán représente donc la voiture sport d’entrée de gamme de la marque, et ce, même à un prix de base de 336 258 $. Beaucoup moins excessive que l’Aventador, elle permet d’attirer à la marque une plus large clientèle. 

La Lamborghini Huracán EVO 2020 est, comme son appellation l’indique, une évolution de la Huracán, un rafraîchissement de mi-cycle. Le véhicule est en fait basé sur la Huracán Performante, une version introduite il y a deux ans. En matière de style, le bolide profite de quelques changements esthétiques, dont des retouches aux pare-chocs avant et arrière. C’est surtout la partie arrière qui profite des changements les plus marquants, les échappements ayant été placés plus en hauteur, à l’instar de la Huracán Performante. Dans le cas de la livrée Spyder, elle se distingue par sa capote qui peut être retirée en 17 secondes grâce à une commande électrique, et ce, même si la voiture roule jusqu’à une vitesse de 50 kilomètres/heure.

 



L’exotisme, c’est la grande force de Lamborghini, et la Huracán est simplement spectaculaire. Elle vous sort instantanément de l’anonymat et vous transforme en véritable vedette, impossible de ne pas croiser un amateur qui vous montre un pouce en l’air, qui veut une photo de la voiture ou simplement en jaser avec vous. Lamborghini, c’est un statut particulier et pratiquement incomparable. Dommage que le constructeur ne réserve l’ouverture des portes vers le haut qu’à l’Aventador, la Huracán se contente de portières classiques, c’est moins spectaculaire mais, en revanche, plus pratique.

Cliquez sur Vie à bord pour la suite de l'essai.

L’habitacle profite d’un agencement de matériaux nobles ou règnent la fibre de carbone et le tissu d’alcantara. Tout y est pour procurer l’effet bolide, à commencer par le bouton démarreur positionné derrière un clapet rouge. Chaque élément nous rappelle l’aménagement d’une voiture de course, tant par l’instrumentation numérique colorée que par les nombreuses commandes à bascule, certaines peintes en rouge. Il faut un moment pour comprendre le tout et s’y habituer, surtout que leurs fonctions sont inversées ; il faut, par exemple, basculer la commande vers le bas pour monter les vitres. Ah ! Ces Italiens !

Puisque Lamborghini appartient au groupe Volkswagen, on sent l’inspiration de la famille dans l’aménagement à bord. Certaines commandes sont directement dérivées des modèles Audi, mais Lamborghini a corrigé le tir dans le cas de l’EVO en faisait appel à un nouvel écran tactile de 8,4 pouces positionné à la verticale dans la console centrale, qui permet de contrôler plusieurs fonctionnalités à bord. Il vient remplacer l’interface classique dont les commandes étaient directement issues d’Audi, une bonne chose quand on est au volant d’un bolide qui se veut unique.

Puisque tout ne peut être parfait, même dans une voiture de ce genre, il manque une commande classique pour contrôle le volume de la radio ; en effet, il faut d’abord sélectionner le menu Volume et, ensuite, régler le niveau au moyen d’une commande à glissière, ce qui n’est pas très rapide et convivial. Si jamais vous voulez y brancher votre téléphone intelligent et profiter de l’application Apple CarPlay, vous devrez vous procurer cette option moyennant un léger supplément de 4 800 $ ; un non-sens même quand on a de l’argent à ne plus savoir quoi en faire.

Cliquez sur Technique pour la suite de l'essai.

Dans la pure tradition des exotiques, la voiture profite d’un moteur V10 atmosphérique de 5,2 litres placé en position centrale et développant une puissance de 640 chevaux à 8 000 tours/minute et produisant un couple tout aussi impressionnant de 442 livres-pieds. C’est d’ailleurs cette mécanique qui lui vaut son nom de code LP-640 qui fait référence à sa puissance et au fait qu’il s’agit d’une version à rouage intégral ; dans le cas de la Huracán à propulsion, elle dispose de 30 chevaux de moins, d’où son appellation LP-610.

Dans le cas de notre modèle d’essai, la puissance est envoyée aux quatre roues par l’entremise d’une boîte de vitesses automatique à 7 rapports à double embrayage, la seule offerte depuis la disparition de la manuelle, il y a quelques années.

Le véhicule hérite également de roues arrière directionnelles contrôlées par un nouveau dispositif central baptisé LDVI (Lamborghini Dinamica Veicolo Integrata) qui a aussi la mainmise sur nombre de paramètres optimisant la performance du véhicule en tout temps et anticipant même vos mouvements et vos besoins. Toutes ces technologies rehaussent encore plus le degré de performance de la Huracán, mais elles minimisent également les chances de vous retrouver dans la section des exotiques accidentées d’une chaîne YouTube.

Cliquez sur Au volant pour la suite de l'essai.

Impossible de ne pas être impressionné par la puissance et, surtout, par la sonorité du V10 à l’accélération. Bien entendu, j’ai eu l’occasion de faire faire quelques balades à des amis ; on pouvait suivre chacune de mes accélérations sur mon petit trajet, et ce, à bonne distance tant la sonorité du bolide est marquante. J’ai même décidé de varier l’itinéraire à un certain moment afin d’épargner le voisinage. La Huracán c’est avant tout une expérience multisensorielle.

Aussi impressionnante soit-elle, la Huracán n’exige pas que vous soyez un véritable pilote. Merci à tous ces systèmes de contrôle de sécurité et, surtout, à sa boîte de vitesses automatique à 7 rapports à double embrayage, affectueusement baptisée Doppia Frizione (LDP) par le constructeur. Cette boîte se révèle fort efficace tout en vous laissant un bon degré de contrôle grâce à ses leviers de sélection situés derrière le volant. Elle fait passer n’importe qui pour un pilote chevronné, notamment en haussant le régime du moteur pour rétrograder, le tout accompagné d’une pétarade dans l’échappement, un délice pour les oreilles.

Une commande située sur le volant vous offre le choix entre le mode Strada (autoroute), Sport et Corsa (Course), ce qui modifie notamment la réaction de la direction et de la boîte de vitesses, tout en réduisant l’assistance électronique dans le cas du mode Corsa, à vos risques bien entendu. Les changements sont aussi accompagnés d’une signature visuelle distincte du groupe d’instrumentation ; et si le mode Corsa est celui qu’on préconise, le mode Strada permet d’acheter la paix avec vos voisins puisqu’il réduit fortement la sonorité de l’échappement.

Cliquez sur Conclusion pour la suite de l'essai.

Marque

Lamborghini

Échelle de prix

336 258$

Version à l’essai

Huracán EVO Spyder 2020

Marque

Moteur

V10 5,2 litres - 640 chevaux

Transmission

Automatique à double embrayage à 7 rapports

Longueur (mm)

4,520 mm

Largeur (mm)

1,933 mm

Hauteur (mm)

1,180 mm

Empattement (mm)

2,620 mm

Poids à vide

1 542 kg

Réservoir d’essence

83 litres

Au-delà des performances qu’on ne peut exploiter véritablement que sur un circuit, la Lamborghini Huracán EVO Spyder 2020 fait vivre une expérience hors du commun. Elle attire indéniablement l’attention et vous élève au statut de vedette en un instant. 

C’est ce qu’apprécient les acheteurs, et ce, peu importe la fiabilité, le prix de la voiture ou des options. Pour plusieurs, c’est l’expérience qui importe, et Lamborghini sait y faire depuis des décennies.

RPM est fière de vous livrer des opinions 100% indépendantes. Nos essais routiers et nos essais comparatifs ne sont pas exigés ni commandités par les constructeurs automobiles.

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer