Jeep Wrangler 2016 - messages.columnarticles-details.Columns

Standard

Jeep Wrangler 2016

Benoit Charette

8 décembre 2015

Style unique
Passe-partout
Excellente valeur de revente
Accès à la différence

Prix des modèles
La climatisation en option, vraiment ?
Comportement routier qui exige un niveau de prudence accru
Complexité du toit rigide rétractable

Standard

Données techniques

Marque

Jeep

Version

Unlimited Willys Wheeler

Options

Ensemble éclair 24W (2900 $), ensemble remorquage (575 $), toit rigide (1645 $), sacs gonflables latéraux (400 $), transmission automatique (1495 $), climatisation (1200 $), marchepieds latéraux tubulaires (200 $), radio/écran tactile (775 $), chaîne audio Alpine (695 $)

Échelle de prix

44 480 $

Version à l’essai

Unlimited Willys Wheeler

Marque

Moteur

V6, 3,6 litres, DACT, 285 ch @ 6400 tr-min, 260 lb-pi @ 4800 tr-min

Transmission

Automatique à 5 rapports

Autre conduite

4 roues motrices avec gamme basse

Consommation annoncée (ville)

14,8 litres aux 100 kilomètres

Consommation annoncée (route)

11,7 litres aux 100 kilomètres

Consommation enregistrée

13,5 litres aux 100 kilomètres

Garantie de base

3 ans / 60 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / 100 000 km

Dans un univers automobile où les constructeurs retouchent constamment leurs produits afin de leur faire suivre le rythme imposé par la concurrence (ou est-ce l’inverse?), ce qu’il est rafraîchissant d’en trouver un qui n’a pratiquement pas changé depuis la chute de l’Empire romain.

OK, depuis 2007…

Concrètement, c’est l’année où le Jeep Wrangler a été sérieusement revu pour la dernière fois, ce qui représente une éternité dans la réalité d’aujourd’hui.

Ce genre d’immobilisme aurait suffi pour tuer bien des produits, mais pas le Wrangler. En fait, c’est un peu comme si on avait peur de le retoucher chez Jeep.

On ne défait pas une combinaison gagnante, dit-on.

En principe, l’année 2017 sera celle de grands changements, mais on nous a déjà fait des promesses du genre dans le passé.

En attendant, le revoici, vêtu de la robe qu’on lui connaît bien.

Recette gagnante
L’ancêtre du Wrangler, l’utilitaire conçu par la firme Willys-Overland en 1941, a eu beau évoluer au fil des décennies, son pendant contemporain porte toujours les traits de famille et il est reconnaissable au premier coup d’œil. Faites le tour de l’industrie et vous ne trouverez aucun produit de 75 ans présentant cette caractéristique.

À bien y penser, existe-t-il un produit vieux de 75 ans?

Voilà qui nous met en contexte concernant ce Jeep. Son parcours est extraordinaire, la tradition qu’il porte avec lui, légendaire.

D’ailleurs, l’exemplaire qui nous est tombé entre les mains est une version hommage aux premiers modèles. On peut y lire l’inscription Willys sur le capot et quant à la couleur, elle parle d’elle-même.

Quant au style, tout repose sur la grille avant, composée de sept lamelles placées à la verticale, aujourd’hui tout comme hier, bien que les premières éditions en comptaient davantage. Le charme du Wrangler lui vient aussi de ses formes très carrées, de son toit dur rétractable, de son immense pneu de secours greffé à la portière arrière, à ses attaches de capot, à ses ailes uniques, etc.

Bref, on parle ici d’un produit singulier. Et à constater à quel point il se vend toujours bien, il faut croire que le public aime bien.

En tout, neuf versions figurent au catalogue pour 2016, dont quatre issues de la série Unlimited, celle qui regroupe les unités à quatre portières. Notre édition : Unlimited Willys Wheeler. Cette dernière se caractérise, notamment, grâce à ses pneus hors route de 17 pouces et un rapport de pont de 3.73.

À bord
Si le Wrangler se distingue foncièrement à l’extérieur, il en est de même à l’intérieur. La présentation est d’une grande simplicité, un élément apprécié. Il ne faut pas oublier que ce véhicule est d’abord conçu pour l’aventure hors route, non pour dorloter ses occupants avec une présentation soignée ou une grande richesse au niveau de l’équipement.

Cela dit, la qualité à bord a été rehaussée au cours des dernières années, si bien qu’on se désole moins sur ce plan, compte tenu de la facture exigée.

Là où le Wrangler montre son âge, c’est au niveau de l’instrumentation. On a toujours droit à des éléments que l’on trouvait dans les véhicules de la marque à la fin des années 2000, soit avant le rachat du groupe Chrysler par Fiat.

Une révision de ce côté sera des plus bienvenues.

Autrement, on se plaît au volant de ce véhicule différent et bourré de caractère qui a le pouvoir de réveiller notre bonne humeur.

Ça, c’est séduisant en soi.

Mécanique
Toutes les versions du Wrangler sont animées par le V6 Pentastar de 3,6 litres de l’entreprise. Ce moteur titré fait de l’excellent boulot pour traîner la carcasse lourdaude de ce vrai VUS, mais n’arrive pas à faire des miracles au niveau de la consommation. Si on s’en tire mieux qu’avec l’ancien moteur V6 de 3,8 litres qui a équipé le Wrangler jusqu’en 2011, on fait encore le saut lorsqu’on jette un coup d’œil à la consommation.

Dans le cas qui nous intéresse, elle fut de 13,5 litres aux 100 kilomètres.

Voilà qui fait mal, mais en considérant l’absence de caractéristiques aérodynamiques, la présence d’immenses pneus offrant beaucoup de résistance au roulement et un poids de quelque 2000 kilos, on en vient à la conclusion qu’on ne fait pas d’omelettes sans casser des œufs.

Et puis, ce n’est pas comme si on ne le savait pas ou qu’on nous promettait autre chose chez Jeep.

Le Wrangler, c’est le Wrangler; on le prend tel quel ou on prend la porte.

Notez qu'au niveau des boîtes de vitesse, on retrouve l'automatique à cinq rapports en option, alors que la transmission manuelle à six rapports est toujours d'office. Ces organes montrent un beau dossier de fiabilité depuis quelques années.

Conduite unique
Règle générale, la critique d’un véhicule donné prendrait un ton méprisant s’il fallait qu’elle se résume aux quelques expressions suivantes : comportement sautillant, tenue de route approximative, insonorisation déficiente, consommation élevée et niveau de confort moyen.

Pourtant, même si ces caractéristiques définissent le Wrangler, on se sent incapable de critiquer. La raison en est bien simple; c’est exactement ce à quoi on s’attend. Le produit est conçu comme tel et c’est ce qui fait son charme.

On ne reproche pas à un film d’Arnold Schwarzenegger de manquer de romantisme.

Ainsi, même si on doit composer avec ces éléments, même si on doit y penser deux fois afin de freiner brusquement, et même si on doit corriger la trajectoire constamment au volant du Wrangler, on le fait avec le sourire aux lèvres.

Puis, si nos parcours nous mènent hors des sentiers battus, là, le charme opère encore plus. À ces endroits, on découvre toutes les capacités de ce véhicule et on comprend davantage pourquoi il présente quelques faiblesses lorsqu’il se trouve avec des surfaces nivelées sous ses roues.

Une chose à retenir, toutefois; la prudence. Sa conduite mérite un niveau de concentration supérieur.

L’avenir
Lorsque Jeep ira de l’avant avec la refonte du Wrangler, elle aura le loisir de l’améliorer en tout point, spécialement au niveau de la conduite et du rendement énergétique. C’est cependant là que repose son plus grand risque.

Car ce qui a fait la renommée du Wranger, c’est tout ce qu’on vient de vous décrire, tout ce qui est imparfait. Améliorer sa consommation ne déplaira à personne. Modifier l’expérience de conduite, ça, c’est une autre paire de manches. C’est ce qui le définit.

Voilà d’ailleurs pourquoi il se vend encore très bien, et ce, malgré une facture salée. Si le prix de base oscille autour des 22 000 $, il grimpe rapidement au-delà des 30 000 $ pour la plupart des versions et l’édition Ulimited Rubicon se vend plus de 40 000 balles.

Ce qui est rassurant, toutefois, c’est qu’on est conscient de tout ça chez Jeep. Si le passé est garant de l’avenir, le prochain Wrangler sera modernisé dans la plus pure des traditions.

Conclusion
Ainsi, c’est en toute connaissance de cause qu’on se procure un Wrangler. Ses imperfections font son charme, même si le temps de peaufiner certains éléments, notamment au niveau de la conduite et de la présentation intérieure, est venu.

Le Wranger prouve l’importance de l’émotion dans le choix d’un véhicule.

Et de l’émotion, il en génère à la tonne.

Voilà pourquoi il est intouchable… enfin presque.

Marque

Jeep

Version

Unlimited Willys Wheeler

Options

Ensemble éclair 24W (2900 $), ensemble remorquage (575 $), toit rigide (1645 $), sacs gonflables latéraux (400 $), transmission automatique (1495 $), climatisation (1200 $), marchepieds latéraux tubulaires (200 $), radio/écran tactile (775 $), chaîne audio Alpine (695 $)

Échelle de prix

44 480 $

Version à l’essai

Unlimited Willys Wheeler

Marque

Moteur

V6, 3,6 litres, DACT, 285 ch @ 6400 tr-min, 260 lb-pi @ 4800 tr-min

Transmission

Automatique à 5 rapports

Autre conduite

4 roues motrices avec gamme basse

Consommation annoncée (ville)

14,8 litres aux 100 kilomètres

Consommation annoncée (route)

11,7 litres aux 100 kilomètres

Consommation enregistrée

13,5 litres aux 100 kilomètres

Garantie de base

3 ans / 60 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / 100 000 km

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer