Jeep Cherokee Trailhawk 2015 : au prix d'un Grand? - messages.columnarticles-details.Columns

Standard

Jeep Cherokee Trailhawk 2015 : au prix d'un Grand?

Benoit Charette

25 mars 2015

Look singulier
Plaisant à conduire
Une tonne d'équipements à bord


Transmission automatique inquiétante
Volant peu agréable



Standard

Données techniques

Marque

Jeep

Version

Trailhawk

Échelle de prix

43 455$

Version à l’essai

Trailhawk

Marque

Moteur

V6 3,2L, 271 [email protected] tr/min, 239 [email protected] tr/min

Transmission

Automatique à 9 rapports

Autre conduite

4 roues motrices avec gamme basse

Consommation annoncée (ville)

12,2 L

Consommation annoncée (route)

9,0 L

Consommation enregistrée

11,9 L

Garantie de base

3 ans / 60 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / 100 000 km

Le retour du nom Cherokee dans le giron de Jeep aura été bénéfique. Depuis son lancement ô combien médiatisé – ce dernier a dû être retardé à cause de problèmes de transmission –, les ventes vont très bien. Il semble que ce retard combiné aux nombreuses critiques du museau peu orthodoxe n’ait pas miné les débuts de ce multisegment américain aux origines italiennes.

Au sommet de la gamme de ce dernier, l’édition Trailhawk se démarque non seulement par son look de 4x4 de brousse, mais également par son équipement généreux. Maintenant, la seule question qui demeure en suspend, c’est : vaut-il les 43 455$ exigés à l’achat?

Quel nez
Bon d’accord, réglons tout de suite la fameuse question du bouclier avant. Il est vrai que ce capot enveloppant le radiateur peut ne pas plaire à la majorité, mais en constatant les ventes, il semble que ce détail ait été oublié. Oui, ces trois rangées de phares à l’avant suscitent également des réactions. Même l’auteur de ces lignes a du mal à concevoir que ces minces feux de jour au DEL ne sont pas ceux qui éclairent la route. Toutefois, on ne peut qu’applaudir l’audace du département de design d’avoir osé dans une catégorie aussi importante que celui des VUS compacts. Disons seulement qu’à côté d’un Toyota RAV4, le Cherokee surprend.

Dans cette livrée Trailhawk – n’est-ce pas un nom idéal pour ce véhicule –, le véhicule est agrémenté d’une grille de calandre couleur carbone, de feux assombris à l’avant, d’un pare-chocs exclusif en plus de crochets d’arrimage rouges, tandis que tout ce qui est chromé dans les versions Limited a été peint en noir. Et n’oublions surtout pas ce capot recouvert d’un autocollant noir mat et ces jantes pouvant être peintes en noir également. Bref, il a de la gueule ce Trailhawk!

Vous vous souvenez du Liberty?
Si le groupe FCA (Fiat Chrysler Automobiles) a encore quelques éléments à améliorer à long terme, comme l’assemblage extérieur ou la fiabilité de certains produits, ce n’est plus autant le cas à l’intérieur, les plus récents modèles ayant corrigé le tir à ce niveau. La qualité des matériaux est en hausse, tout comme l’ergonomie, tandis que le confort général est encore l’un des points forts de ce véhicule. L’assemblage de certaines composantes pourrait être amélioré, mais règle générale, ce Cherokee respire la qualité à l’intérieur, une caractéristique qui ne s’appliquait pas nécessairement à l’ancien Liberty.

La planche de bord présente un design simple et moderne à la fois, les principales commandes de la ventilation étant regroupées sous l’écran du système de navigation. À défaut de me répéter, le système UConnect constitue l’un des plus faciles à utiliser de l’industrie.

La position de conduite se trouve aisément – il est même possible de mémoriser deux positions différentes – grâce au siège du conducteur électrique et à la colonne de direction également électrique. Toutefois, je dois encore mentionner que ce volant n’est pas le plus inspirant à tenir en main.

À la deuxième rangée, l’espace réservé aux passagers est dans la bonne moyenne de la catégorie, mais la présence de ce toit panoramique handicape quelque peu le dégagement pour la tête. Les grands n’apprécieront pas.

Mécanique : le V6 à tout prix!
Bien que le Cherokee Trailhawk puisse être livré avec le moteur 4-cylindres de 2,4-litres, c’est réellement le V6 Pentastar de 3,2-litres qu’il faut choisir, surtout que cette option ne commande que 1595$ additionnels. Le 6-cylindres est connecté à la même transmission automatique à neuf rapports utilisée à plusieurs sauces au sein du groupe. Celle-ci offre la possibilité de changer soi-même les rapports, mais n’améliore en rien le caractère sportif du véhicule.

Mentionnons également la possibilité de changer les paramètres du système à quatre roues motrices selon le type de revêtement (Automatique, Neige, Sport, Sable/Boue et Roche). L’édition Trailhawk, en plus de ses plaques de protection sous la caisse, voit sa garde au sol augmenté d’un pouce supplémentaire, tandis que son système Active Drive Lock ajoute un différentiel arrière à glissement limité pour les manœuvres à basse vitesse en conduite hors route. Mais bon, il est permis de se demander si les propriétaires de Trailhawk iront vraiment s’aventurer loin des sentiers battus.

Au volant
Que vous soyez un adepte de la conduite hors route ou non, le Jeep Cherokee Trailhawk est avant tout un véhicule conçu pour le bitume. D’ailleurs, ses origines proviennent d’Alfa Romeo ou, si vous préférez, d’une plateforme modifiée de la Dodge Dart. Contrairement au Jeep Wrangler, qui repose sur un châssis à échelle, le Cherokee est beaucoup plus civilisé en matière de confort. Les suspensions, bien que robustes, n’ont rien à voir avec l’incroyable fermeté d’un Jeep Wrangler Rubicon. La direction n’est ni trop lourde ni trop légère, mais en matière de précision, sachez qu’il se fait mieux dans l’industrie. Remarquez, la mission première de ce VUS n’est pas de se mesurer à une Dodge Viper, vous en conviendrez.

Le V6 Pentastar s’avère une mécanique bien adaptée au véhicule, les accélérations étant franches, idem pour les reprises. Le seul bémol concerne la boîte de transmission qui semble glisser lors des changements de rapports. En fait, certains passages semblent plus laborieux que d’autres.

Conclusion
En délaissant son vieillissant Jeep Liberty au profit d’une architecture plus moderne et d’un nom qui plaît aux amateurs, le constructeur américain a bien fait. Les réactions négatives du début se sont transformées en ventes au fil des mois, ce que recherche toute division automobile. Quant à la question du début, le Trailhawk peut être apprécié sans toutes les options embarquées. À 43 455$, ce jouet est loin d’être abordable. Mais, en choisissant judicieusement, il est possible de réduire ce montant de beaucoup.
 

Marque

Jeep

Version

Trailhawk

Échelle de prix

43 455$

Version à l’essai

Trailhawk

Marque

Moteur

V6 3,2L, 271 [email protected] tr/min, 239 [email protected] tr/min

Transmission

Automatique à 9 rapports

Autre conduite

4 roues motrices avec gamme basse

Consommation annoncée (ville)

12,2 L

Consommation annoncée (route)

9,0 L

Consommation enregistrée

11,9 L

Garantie de base

3 ans / 60 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / 100 000 km

RPM est fière de vous livrer des opinions 100% indépendantes. Nos essais routiers et nos essais comparatifs ne sont pas exigés ni commandités par les constructeurs automobiles.

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer