Jaguar XJ  2015 - messages.columnarticles-details.Columns

Standard

Jaguar XJ 2015

Benoit Charette

12 novembre 2015

Design
Comportement routier
Confort


Fiabilité toujours questionnable
Manque de hautes technologies
Valeur de revente


Standard

Données techniques

Marque

Jaguar

Version

XJ Sport

Options

Placage de fibre de carbone, Régalateur de vitesse dynamique, Chaine audio Meridian

Échelle de prix

98 000 $

Version à l’essai

XJ Sport

Marque

Moteur

V6, 3,0 litres, DACT, Suralimenté, 340 ch @ 6 500 tr/min, 332 lb-pi de 3 500 à 5 000 tr/min

Transmission

Automatique à 8 rapports

Autre conduite

Traction intégrale à prise constante

Consommation annoncée (ville)

14,6 litres/100km

Consommation annoncée (route)

9,6 litres/100 km

Consommation enregistrée

9,7 litres/100km

Garantie de base

4 ans / 80 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

4 ans / 80 000 km

Si Bentley représente Sa Majesté, la Reine d’Angleterre, on peut dire que Jaguar illustre la splendide et vibrante Kate, l’épouse de l’héritier de la couronne. Évidemment, vous avez compris à la vue de la Jaguar XJ que l’on ne parle pas de Camilla Parker Bowles, la dulcinée de Charles, mais bien de la jeune et séduisante Kate Middleton, la femme de William!

Il faut d’ailleurs admettre que l’analogie n’est pas si lointaine. La Princesse de Cambridge possède effectivement une XJ pour ses déplacements officiels, à croire qu’elle s’y reconnaît.

Quoi qu’il en soit, couronne ou pas, une Jaguar vient avec une aura que très peu d’entreprises peuvent se venter d’avoir. Rares sont les marques qui ont une histoire qui se mélange autant à la course, au sport, à l’élégance, au prestige, aux travaux d’artisans, au luxe, au confort et quant à y être qui sont carrément sexy!

La passion de Callum
Après des années de frustrations sous l’égide de Ford, le grand designer Ian Callum a réussi à déployer tout son talent lors de la reprise de la marque par le géant indien Tata. Avec la XJ 2011, il a finalement pu mettre à exécution sa vision de ce que devait être une Jaguar du XXIe siècle.

Ce ne sont pas les qualificatifs qui manquent. Bien qu’elle ait maintenant 4 ans, elle est toujours aussi élégante et sportive que le premier jour. D’ailleurs, pour 2016, on lui donne quelques changements esthétiques, mais rien de très sérieux. On conserve la pureté du design d’origine. 

La vieille école
À l’image de l’extérieur, la présentation intérieure de la XJ est certainement ce qui se fait de plus beau dans l’industrie. C’est moderne, sportif, mais on conserve malgré toute une touche classique qui lui va à merveille. Ici, ne cherchez pas de plastique, il n’y en a pas.

L’ensemble de la cabine est habillé par un fin tailleur de cuir amateur de surpiqures. On retrouve notre lot de composantes en chrome qui rehausse le tout et dans la version Sport, on troque les boiseries pour une généreuse et enveloppante applique de fibre de carbone.

Résolument de son époque, on intègre un écran en remplacement des cadrans de la nacelle d’instrumentation. La présentation fait beaucoup plus Range Rover que Jaguar, mais c’est malgré tout agréable à l’œil.

Comme il se doit, on obtient plus notre part de commodités. En fait, l’équipement est très complet, mais il faut attendre 2016 pour recevoir la fine pointe de la technologie. On retrouve bien le Bluetooth, mais pas d’AppleCar Play ou d’Android Auto. On reste avec une collection d’accessoires de pouponnage et de sécurité comme le régulateur de vitesse adaptatif, des radars tout autour et un détecteur d’angles morts. D’ailleurs, ces derniers daignent fonctionner une fois sur deux… près tout on est dans une Jaguar!

Le confort y est suprême. Malgré sa taille généreuse, on demeure très intime en raison de la largeur de la console. La position de conduite suit une optique sportive avec des assises basses et enveloppantes. Il faut aimer le genre, mais c’est nettement moins statuaire que dans une Classe S de Mercedes-Benz. Pour ce qui est de l’arrière, bien que nous avions la version « courte », les dégagements sont adéquats.

Si l’on veut plus d’espace, on doit se rabattre sur la XJ-L qui offre près de 6 pouces de plus pour les jambes. Concernant le volume du coffre, c’est ample à 520 litres. On doit toutefois composer avec une ouverture restreinte.

Six suffisent
En 2013, Jaguar arrive avec un « nouveau » V6 suralimenté de 3,0 litres de 340 chevaux avec un couple de 332 lb-pi. Pour un usage normal, c’est amplement décent tant la qualité de la motorisation est bonne. La puissance est toujours présente et si l’on en veut plus, il suffit d’appuyer sur le bouton portant le drapeau à damiers. On transforme instantanément la personnalité de la XJ.

Sans devenir brutale, elle montre son caractère en montant les régimes et raffermissant la majorité des composantes mécaniques. Plus agressive, on nous incite vivement à prendre le relais manuellement par les palettes au volant pour les changements de rapports de la boite automatique à huit embranchements. Cette dernière se veut souple et agréable, mais aime aussi de faire brasser en conduite plus dynamique.

Bien que la cavalerie soit ambitieuse, on peut assez facilement contenir la consommation à un niveau très décent. Dans le cas de cet essai sur une période de deux semaines, on confirme une tangente de 9,7 litres/100km.

Souplesse, confort et sportivité
À ce niveau dans la hiérarchie automobile, on peut difficilement se permettre des défauts. La Jaguar XJ Sport répond parfaitement. On passe d’une berline de prestige statuaire de tous les bienêtre à une brute le temps d’une accélération. Elle sait comment s’adapter à notre conduite et nous en donne toujours plus.

Sur la route, elle effleure les surfaces sans que l’on sente la moindre imperfection du pavé. Elle s’affirme comme une grande boulevardière prônant la douceur et l’abstraction de toute source d’inconfort. La direction, que l’on soit en mode « Normal » ou « Sport » se montre très précise et agréable. Même son de cloche pour la fermeté du freinage avec leur mordant. On doit aussi souligner l’apport de la traction intégrale qui rassure pour l’hiver, mais qui par une gestion complexe comprend qu’une Jaguar doit rester dynamique en tout temps.

Si seulement
La XJ est exceptionnelle. Incarnation du changement chez Jaguar, elle demeure une reine de la route. Il est difficile de lui donner une critique virulente. En fait, la seule problématique avec cette voiture est la même que toujours. La question de la fiabilité est son talon d’Achille. Le jour où l’on aura réglé cette histoire une fois pour toutes, la XJ sera plus désirable que jamais. 

À lire également :
Essai de la Mercedes-Maybach S600 2016,
Essai de la BMW Série 7 2015

 

Marque

Jaguar

Version

XJ Sport

Options

Placage de fibre de carbone, Régalateur de vitesse dynamique, Chaine audio Meridian

Échelle de prix

98 000 $

Version à l’essai

XJ Sport

Marque

Moteur

V6, 3,0 litres, DACT, Suralimenté, 340 ch @ 6 500 tr/min, 332 lb-pi de 3 500 à 5 000 tr/min

Transmission

Automatique à 8 rapports

Autre conduite

Traction intégrale à prise constante

Consommation annoncée (ville)

14,6 litres/100km

Consommation annoncée (route)

9,6 litres/100 km

Consommation enregistrée

9,7 litres/100km

Garantie de base

4 ans / 80 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

4 ans / 80 000 km

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer