Infiniti QX50 2016 - messages.columnarticles-details.Columns

Standard

Infiniti QX50 2016

Des capacités routières surprenantes

Antoine Joubert

5 mars 2016

Fiabilité
Mécanique
Design agréable


Coffre restreint
Direction
En décallage avec le reste de la gamme


Standard

Données techniques

Marque

Infiniti

Version

QX50

Options

Ensemble Technologie, Ensemble Navigation

Échelle de prix

50 180$

Version à l’essai

QX50

Marque

Moteur

V6, 3,7 litres, DACT, 325 ch @ 7 000 tr/min, 267 lb-pi @ 5 200 tr/min

Transmission

Automatique à 7 rapports

Autre conduite

Traction intégrale à prise temporaire

Consommation annoncée (ville)

12,7 litres/100km

Consommation annoncée (route)

9,7 litres/100km

Consommation enregistrée

N/D

Garantie de base

4 ans / 100 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

6 ans / 110 000 km

Le monde automobile nous réserve parfois des mystères impénétrables. Le cas de l’Infiniti EX35 et depuis 2014, le QX50 est un bel exemple. Alors qu’il s’agit de l’un des tout premiers véhicules à avoir fondé le segment des utilitaires sport sous-compacts de luxe, il se trouve être complètement ignoré par les consommateurs. En fait, le QX50 figure parmi les produits qui se vendent le moins au Canada. Étonnant. 

Il est certain que des facteurs pouvaient expliquer cette réalité, mais pas au point d’être boudé à ce point. Quoi qu’il en soit, pour 2016, il nous revient avec quelques nouveautés dont une qui aidera sa cause, il est maintenant étiré de quelques pouces.

En effet, la principale critique que l’on pouvait lui adresser était son manque endémique d’espace pour les passagers arrière. Avec cette transformation, la chose est réglée et l’on doit remercier les Chinois et leur grand appétit pour les versions allongées.

Le moindre que l’on puisse dire est qu’Infiniti a joué de réserve pour 2016. En effet, outre l’empattement plus long, la seule distinction est au niveau du parechoc avant. On intègre maintenant des DEL au bouclier au sein d’une structure argentée. On ajoute à l’équation de nouvelles jantes et voilà le résumé de ce qui est inédit pour 2016.

Il faut toutefois comprendre qu’il y a une raison à cette retenue. Lors d’un entretien fort agréable avec Alfonso Albaïsa, le directeur du design chez Infiniti, les questions se sont bousculées quant à l’avenir et l’orientation de la marque, mais aussi face au QX50. À la lumière de cette enrichissante conversation, on doit mettre en perspective le fait que ce QX50 ne sera pas avec nous encore très longtemps. Il sera effectivement remplacé d’ici deux ans tout au plus.

Le QX30 qui sera introduit au Salon de Los Angeles fait de la pression quant à la taille du QX50. Il sera donc appelé à grossir et mieux se placer entre le QX30 et le QX60. Il était trop couteux et de lui donner la nouvelle signature visuelle d’Infiniti avec les DEL en crochet et les autres éléments que l’on reconnaît de la marque depuis l’avènement de la Q50. On peut dire que le QX50 2016 est là en attendant.


.



  


 

À l’ouverture de la portière, il n’est pas surprenant de découvrir exactement la même présentation que l’on connaît depuis 2008. On apporte quelques petits ajustements ici et là, mais rien de significatif. 

Il n’en demeure pas moins que le QX50 est un produit de luxe et il le rend bien. On obtient une cabine à allure toujours moderne et à la finition sans reproche. Les matériaux utilisés sont dignes du segment. On retrouve différentes textures agréables à l’œil et au touché.

L’habitacle reste relativement étroit. On est donc assez intime avec le passager avant. Il faut aussi souligner que les réglages du siège ne sont pas évidents, au terme de l’essai après plusieurs heures derrière le volant, il est possible que l’on cherche encore une posture confortable. À cela, on ajoute que le dégagement pour la tête est relativement restreint, tout particulièrement pour les personnes de grandes tailles.
 
Au niveau des assises arrière, c’est presque une révolution par rapport au QX50 2015. Les individus y prenant place auront enfin de l’espace pour les jambes alors que précédemment l’amputation était envisageable. Il reste que l’on rejoint les standards du segment sans les dépasser. Pour ce qui est du coffre, c’est le statu quo avec une aire de 527 litres

Le QX50 est assis entre deux chaises. Sa grosseur le place parmi les plus volumineux des sous compacts, mais des plus petits des compacts. Dans un cas comme dans l’autre, il vient toutefois avec l’une des plus puissantes mécaniques
grâce à son V6 de 3.7 litres. 

Ce moulin développe une cavalerie plus que décente à 325 chevaux et 267 lb-pi de couple. Les accélérations sont vives tout comme les reprises qui se montrent toujours sur un pied d’alerte. Ce V6 est juxtaposé à une unique boite automatique à sept rapports. Cette dernière est efficace et se veut tout particulièrement souple et discrète. Bien qu’il ne fut pas possible d’obtenir en observation une moyenne de consommation, Infiniti avance pour la route de 9,7 et 12,7 litres /100km.

Au Canada, on jouit d’une seule offre en matière de rouage. On reçoit ainsi une traction intégrale éprouvée depuis des années. Il est certain que l’on ne doit pas aller jouer trop loin dans la forêt, mais pour un usage de tous les jours et l’hiver, le travail se fait avec aisance. 

Le QX50 est un petit véhicule qui a tout pour nous faire sourire derrière le volant. La puissance est au rendez-vous, les suspensions donnent une belle fermeté et les freins sont solides. Là où une réserve se pointe, c’est au niveau de la direction. Elle se montre très lourde et demande que l’on exagère les mouvements pour obtenir l’angle désiré. Sur l’autoroute, ça passe, mais sur un chemin sinueux, c’est plus exigeant.

Marque

Infiniti

Version

QX50

Options

Ensemble Technologie, Ensemble Navigation

Échelle de prix

50 180$

Version à l’essai

QX50

Marque

Moteur

V6, 3,7 litres, DACT, 325 ch @ 7 000 tr/min, 267 lb-pi @ 5 200 tr/min

Transmission

Automatique à 7 rapports

Autre conduite

Traction intégrale à prise temporaire

Consommation annoncée (ville)

12,7 litres/100km

Consommation annoncée (route)

9,7 litres/100km

Consommation enregistrée

N/D

Garantie de base

4 ans / 100 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

6 ans / 110 000 km

L’Infiniti QX50 est toujours un produit intéressant, mais le fait que l’on ait montré autant de retenue dans sa « transformation » pour 2016, nous laisse présager que sa longévité sera de courte durée. Il n’en demeure pas moins qu’il est compétent sur presque tous les points d’évaluation que l’on puisse faire à l’exception peut-être de la direction. Pour le reste, ceux qui veulent de bonnes performances seront servis.

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer