Hyundai Elantra Berline 2017 - messages.columnarticles-details.Columns

Standard

Hyundai Elantra Berline 2017

Essai du Hyundai Elantra Berline 2017

Pierre Michaud

18 décembre 2017

Silence de roulement
Bonne rigidité structurelle
Qualité de l’habitacle à la hausse
Toujours beaucoup d’équipement pour le prix

Style un peu quelconque
Performances ordinaires



Standard

Données techniques

Marque

Hyundai

Version

GLS

Version à l’essai

GLS

Marque

Moteur

L4, 2,0 l, DACT, 147 ch @ 6 200 tr-min, 132 lb-pi à 4 200 tr/min

Transmission

Automatique à 6 rapports

Autre conduite

Roues motrices avant

Consommation enregistrée

7,7 litres aux 100 km

Garantie de base

5 ans / 100 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / 100 000 km

Sans faire de bruit, la Hyundai Elantra en est déjà à sa 6e génération. Nous sommes loin des premiers modèles qui rouillaient à vue d’œil. En fait, l’Élantra se place tout juste derrière la toujours populaire Honda Civic au chapitre des ventes nationales dans la catégorie des voitures compactes. Elle fait aussi particulièrement bien au Québec qui revendique 50 % des ventes canadiennes. L’Elantra s’est aussi distinguée, l’an dernier, comme le meilleur choix dans la catégorie des véhicules compacts et sous-compacts, d’après un sondage sur la qualité initiale de J.D. Power. Cette nouvelle génération a été présentée pour la première fois au Salon de l’auto de Los Angeles en novembre 2015.

 

Une approche prudente

Hyundai n’a pas joué la carte de la provocation avec la nouvelle Elantra. Si vous regardez rapidement, vous pourriez vous méprendre avec une Ford Focus. La grille avant a été refaite incluant des phares à DHI adaptatifs et des phares de jour à DEL verticales en option, une première pour l’Elantra. De plus, des plaques sous le châssis, un becquet aérodynamique sous le parechoc arrière et intégré au couvercle de coffre contribuent à lui procurer un coefficient de traînée très bas de 0,27. Le constructeur coréen souligne que la proportion d'acier à haute résistance contenue dans le châssis est passée de 21 % à 53 %, ce qui augmente la rigidité torsionnelle de 29 %.


Intérieur beige ou noir

Le communiqué de presse annonce un habitacle inspiré d’un avion de chasse. Une Lamborghini Aventador peut-être, mais une Elantra, il ne faut pas nous prendre pour des idiots. Hyundai a bien fait les choses, mais nous sommes très loin de l’avion de chasse. Vous avez le choix de sièges beige ou noir, tissu ou cuir. Le large tableau de bord est simple et intuitif. Un nouvel écran d’affichage TFT ACL couleur de 4,2 po. réunit la majorité de l’information. Les passagers bénéficient de sièges avant chauffants de série et de sièges arrière chauffants en option avec des dossiers arrière rabattables 60/40. L’Elantra est aussi parmi les plus spacieuses de sa catégorie, deuxième derrière la Civic. En fait, selon les mesures de l’EPA, l’Elantra et la Civic sont considérés comme des berlines intermédiaires et non des compacts.

Un moteur à cycle Atkinson

Le Britannique James Atkinson a inventé le moteur à explosion qui porte son nom en 1882. C’est un moteur dit à cycle thermodynamique qui utilise une détente plus grande que la compression habituelle d’un moteur à explosion pour une économie accrue de carburant au prix d’une puissance un peu plus faible. L’Élantra profite donc d’un moteur 4 cylindres 2,0 litres à cycle Atkinson de 147 chevaux avec injection multipoints. Ce moteur est jumelé à une boîte manuelle à 6 rapports uniquement sur la version L de base. Toutes les autres versions viennent de série avec une nouvelle boîte automatique également à 6 rapports. De plus, toutes les Elantra sont dotées de la nouvelle fonction de sélection du mode de conduite: Eco, Normal et Sport.

Silencieuse avant tout

Comme bien des berlines de cette catégorie, l ‘Elantra ne vous donnera pas une expérience mémorable derrière le volant. Il faut toutefois noter une meilleure insonorisation de l’habitacle et une réduction des bruits de la route qui s’infiltrent à l’intérieur. Afin de réduire les bruits du moteur, un isolant acoustique de capot est offert en option. Les ingénieurs ont réduit également de 25 % les surfaces d’ouverture au tableau de bord, en plus d’augmenter l’épaisseur des portières avant et des glaces arrière et d’ajouter du matériau insonorisant dans tous les piliers, les ailes intérieures et le plancher. Ce plus grand silence de roulement ajoute un certain prestige à la conduite. Pour le reste, même si vous avez le choix de trois modes de conduite, il y a peu de différence entre le mode normal éco ou sport ou le moteur vire à plus haut régime. Sur les quelque 250 km de notre premier essai, nous avons obtenu une moyenne de 7,7 litres aux 100 km.

Conclusion

L’Elantra va conserver ses acquis dans ce segment avec un prix de départ qui demeure abordable à 15 999 $. Hyundai a aussi promis d’autres moutures de l’Elantra comme une version GT plus puissante d’ici l’an prochain. Une évolution dans les règles de l’art pour cette populaire berline.

À lire également :
Hyundai fabriquera une Elantra à saveur sportive

 

Marque

Hyundai

Version

GLS

Version à l’essai

GLS

Marque

Moteur

L4, 2,0 l, DACT, 147 ch @ 6 200 tr-min, 132 lb-pi à 4 200 tr/min

Transmission

Automatique à 6 rapports

Autre conduite

Roues motrices avant

Consommation enregistrée

7,7 litres aux 100 km

Garantie de base

5 ans / 100 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / 100 000 km

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer