Honda Odyssey 2016 : tournage et escapade - messages.columnarticles-details.Columns

Standard

Honda Odyssey 2016 : tournage et escapade

Benoit Charette

7 décembre 2015

Aménagement intérieur
Fiabilité
Qualité générale


Prix
Pas de traction intégrale
Plusieurs plastiques bon marché à bord


Standard

Données techniques

Marque

Honda

Version

Touring

Échelle de prix

50 560 $

Version à l’essai

Touring

Marque

Moteur

V6, 3,5 litres SOHC, 248 ch @ 5 700 tr/min, 250 lb-pi @ 4 800 tr/min

Transmission

Automatique à 6 rapports

Autre conduite

Roues motrices avant

Consommation annoncée (ville)

12,3 l/100km

Consommation annoncée (route)

8,5 l/100km

Consommation enregistrée

10,8 l/100km

Garantie de base

3 ans / 60 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / 100 000 km

Lorsque nous avons appris à RPM que nos collègues et amis français de l'émission Turbo allaient nous rendre visite pour une semaine, nous avons immédiatement pensé qu’un véhicule de soutien pour leurs nombreuses prises de vue serait un atout. Après tout, ce n'est pas tous les jours qu'on a l'occasion de donner un coup de main à la plus importante émission de la télé française entièrement dédiée à l'automobile, pour un tournage au Québec.  Dans ce contexte, instinctivement, notre réflexion s’est orientée vers une fourgonnette, en l'occurence la Honda Odyssey Touring 2016.

Nous avions besoin d'espace pour trois adultes et surtout, d’un volume cargo de la taille d’une caverne pour y mettre tout l’équipement. Comble de bonheur, votre fidèle serviteur quittait dès la fin du tournage pour une escapade à New York avec six de ses «amigos». Là encore, les mêmes besoins de grandeur et de bien-être se faisaient sentir.

Est-ce que l’Odyssey a accompli sa tâche? Évidemment et nous en sommes encore impressionnés. C’en est d’autant plus vrai que l’Odyssey n’est plus tout à fait une petite jeunesse. C’est tout dire de la grande qualité de ce produit, pensé et conçu pour la famille.

Un peu de style dans la fonction
On ne se le cachera pas. Dessiner un "monospace" pleine grandeur esthétiquement agréable l’œil, n’est pas une tâche facile. Honda est malgré tout parvenu à concocter un produit qui n’est pas vilain et surtout qui vieillit bien. À ce titre, l'Odyssey date de 2011, elle a donc cinq ans bien sonnés, et n’a pas encore pris de rides. Il faut dire qu’en 2014, on apportait de menus changements à son apparence pour la maintenir au goût du jour.

Les principaux éléments distinctifs sont le nez court et plongeant, son cadre de fenestration brisé derrière les portes coulissantes et une large lentille en fait de feux arrière. Pour le reste, on brille par le conservatisme.


Incroyablement pratique
Dans l’Odyssey, il ne manque absolument rien. La version Touring offre de la place pour sept personnes, même si six y sont mieux traités. C’est tout particulièrement vrai  pour la deuxième rangée qui vient avec des assises de type capitaine. On obtient des dégagements amples à un point tel qu’entre les pauses, les passagers s'obstinaient littéralement pour prendre siège sur la troisième rangée, c’est tout dire du confort.

On bénéficie d’un aménagement pratique avec de multiples rangements et un coffre gigantesque, peu importe le nombre d’individus dans la cabine. Avec trois princesses pour un week-end à New York, on ne voyage pas léger. Aucun problème, l’Odyssey a tout engouffré sans même devoir jouer à « Tetris » avec les valises.

Avec nos amis de Turbo, le fait de pouvoir complètement rabattre la troisième rangée dans le plancher leur permettait d'obtenir d’exceptionnelles prises de vue. L’apport du pratique hayon électrique nous permettait de l’ouvrir du poste de pilotage à notre guise en tout facilité.

Pour ceux qui veulent du luxe comme dans la Touring, l’équipement est complet. On obtient un système de navigation pour se retrouver dans les dédales de Brooklyn, une sellerie de cuir, des sièges chauffants. Pour les enfants, une collection de connexions pour toutes les "bébelles" imaginables. Deux accessoires forts pratiques:  un compartiment réfrigéré à l’avant et un écran double à l’arrière pour le divertissement.

L'ergonomie du poste de pilote est dans l'ensemble sans reproche. Il est préférable de bien organiser ses besoins avant le départ, car certaines commandes s'atteignent à bout de bras. Pour le reste, étant à l’école de Honda, les boutons sont généralement petits, ce qui demande un supplément de concentration. En fait de confort, aucune plainte malgré les 10 heures de route consécutives. 
   
Rendement et économie
Sous le capot, un seul choix. Un compétent V6 de 3,5 litres produisant 248 chevaux, avec un couple de 250 lb-pi. Jumelé à une boite automatique à six rapports, on arrive avec un produit qui a une belle maturité mécanique. On n’introduit pas encore de la technologie EarthDream, mais c’est efficace pour la tâche.

Au compte de ce périple de deux semaines, sans ménagement pour l’Odyssey, l'essai s'est terminé avec une moyenne de seulement 10,8 litres aux 100 km. Considérant le nombre d’accélérations vives lors des tournages, la conduite urbaine new-yorkaise et le poids constant, c’est impressionnant.

Une routière aguerrie
L’Odyssey n’est pas une sportive, loin de là, ce qui ne lui empêche pas d'offrir une expérience de conduite intéressante. Elle se positionne d'ailleurs de façon avantageuse face aux Dodge Grand Caravan et Toyota Sienna. Le seul produit qui pourra lui tenir tête à ce chapitre consiste en la Kia Sedona.

Lorsque vide, l'Odyssey se cherche ironiquement des amis, en ce sens qu'elle est nettement plus stable et plantée sur le pavé avec du poids à bord. Dans cette catégorie, on ne parle pas encore de précision pour la direction, mais c’est malgré tout bien fait. Au niveau du freinage, on s’adapte en fonction du nombre de passagers. Dans l’ensemble, c’est endurant et rassurant. Les suspensions travaillent toujours bien, peu importe la situation.

Conclusion
Il n’y a pas de doute, l’Odyssey est une familiale d'exception. Il est certes plus coûteux que la concurrence, mais l'acheteur y gagne à long terme (fiabilité, rendement, économie de carburant, dépréciation). Le seul bémol demeure l’absence d'une traction intégrale, qui pourrait à tout le moins être offerte en option. Du reste, l'Odyssey demeure le produit à battre.

À lire également :
Essai du Honda Pilot 2016,
Essai du Mercedes-Benz Metris 2016  
  

Marque

Honda

Version

Touring

Échelle de prix

50 560 $

Version à l’essai

Touring

Marque

Moteur

V6, 3,5 litres SOHC, 248 ch @ 5 700 tr/min, 250 lb-pi @ 4 800 tr/min

Transmission

Automatique à 6 rapports

Autre conduite

Roues motrices avant

Consommation annoncée (ville)

12,3 l/100km

Consommation annoncée (route)

8,5 l/100km

Consommation enregistrée

10,8 l/100km

Garantie de base

3 ans / 60 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / 100 000 km

RPM est fière de vous livrer des opinions 100% indépendantes. Nos essais routiers et nos essais comparatifs ne sont pas exigés ni commandités par les constructeurs automobiles.

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer