Honda Clarity Touring 2020 : quand le rationnel triomphe - messages.columnarticles-details.Columns

Standard

Honda Clarity Touring 2020 : quand le rationnel triomphe

Sous sa robe qui ne cesse de provoquer des réactions, la Honda Clarity Plug-in Hybrid Touring 2020 cache une mécanique qui mérite d’être connue.

30 septembre 2020

- Efficacité de la mécanique
- Bon confort
- Espace habitable généreux
- Prix alléchant, subventions incluses
- Fiabilité

- Disponibilité limitée
- Style questionnable
- Agrément de conduite inexistant

Standard

La Honda Clarity de seconde génération est arrivée pour l’année modèle 2017 en sol américain, sous trois formes différentes : piles à combustible, 100 % électrique et hybride enfichable.

Même si on aurait apprécié la version 100 % électrique, seule la version hybride enfichable est alors débarquée en sol canadien. Arrivée ici en 2018, elle venait livrer une chaude lutte à une certaine Chevrolet Volt, depuis longtemps reconnue comme la pionnière – et aussi la plus novatrice – des voitures biénergies.

Depuis la disparition de la Chevrolet Volt en 2019, la Honda Clarity Plug-In Hybrid est maintenant seule dans l’arène. Est-elle toujours convaincante et pertinente, malgré la montée des véhicules électriques? Cet essai m’a permis de faire la lumière sur cette épineuse question.

Prenez une voiture à la forme particulière à la base et rajoutez-lui des éléments tirés à la fois du futur et des années 80. Le résultat : Honda Clarity.

Qui n’a pas pesté contre les arches de roues arrière de la Clarity, en raison de leur découpe qui rappelle la Mercury Sable ou le Buick Roadmaster? D’autres ont été choqués par la présence des gros crochets lumineux ancrés dans les phares et découpant le pare-chocs, mimant presque à la perfection un Stormtrooper provenant de la série iconique Star Wars.

Sont combinées à ces deux éléments frappants les proportions à nulle autre pareille de la carrosserie, avec un porte-à-faux avant allongé et une lunette presque horizontale, et vous obtenez une voiture reconnue quasiment universellement pour sa laideur. Ce n’est pas moi qui le dis, mais bien toutes les personnes que j’ai croisé au cours de ma semaine.

 



Même si je tends à être d’accord, je ne peux m’empêcher de saluer l’audace qu’a eu Honda avec cette bagnole. J’ai l’impression qu’on a volontairement dessiné une voiture qui allait être critiquée pour son apparence, pour souligner son côté différent octroyé par sa technologie unique.

Vie à bord

Le côté saugrenu de la Clarity se confirme quand on prend place à bord. Le tableau de bord très profond et à deux niveaux, gracieuseté encore une fois des proportions extérieures incongrues, prend beaucoup de place dans le champ de vision du conducteur. La visibilité demeure bonne vers l’avant et sur les côtés, même si on ne peut en dire autant de la visibilité arrière en raison de la lunette en deux sections.

On a également l’impression de faire un voyage dans le temps en raison des matériaux utilisés sur le tableau de bord, comme le faux bois de type prélart et la suédine bon marché. Même chose avec l’ancien système audio qui jette de l’ombre sur l’aspect autrement technologique de la voiture.

Pour le reste, toutefois, c’est un sans-faute. L’instrumentation entièrement numérique permet une consultation facile des différents modes de conduite, de l’autonomie restante et facilite l’exploitation de la mécanique. Même chose pour l’ergonomie sans faille; toutes les commandes sont au bon endroit, sont faciles d’accès et faciles à utiliser. Une bonne note pour les sièges qui sont confortables, autant à l’avant qu’à l’arrière, en raison de leur rembourrage bien positionné. J’ai toutefois été surpris de constater qu’ils sont à réglages manuels. Étrange.

De par sa nature à demi électrique, la Honda Clarity est particulièrement silencieuse sur la route. On a bien isolé les puits de roue pour éviter que les bruits indésirables ne pénètrent à bord. Bon point aussi pour l’espace de chargement au volume généreux, même si l’ouverture et la configuration ont une forme pour le moins particulière.

Technique

L’intérêt premier de la Clarity, tel que discuté d’entrée de jeu, ne repose pas nécessairement dans son style ou son équipement : c’est sa mécanique qui capte l’attention.

Elle est composée d’un 4-cylindres 1,5 litre de 103 chevaux et 99 livres-pieds de couple et d’un moteur électrique synchrone à aimant permanent de 181 chevaux et 232 livres-pieds de couple. Nous avons à disposition une puissance totale de 212 chevaux, jumelé à une boîte automatique à variation continue entrainant les roues avant.

Le moteur électrique est alimenté par une batterie lithium-ion de 17 kilowattheures rechargeable via un chargeur embarqué de 6,6 kilowatts permettant l’utilisation d’une borne de recharge de niveau 2. Le temps de recharge est alors de 2,5 heures, tandis qu’il monte à plus de 12 heures avec une borne de recharge fonctionnant sur le courant domestique de 120 volts.

Le plus intéressant est l’autonomie 100 % électrique : Honda annonce que la Clarity est en mesure de parcourir environ 76 kilomètres en mode électrique avant que le moteur à essence n’entre en fonction. Même après trois ans sur le marché, c’est encore l’une des plus grandes autonomies électriques à être proposée.

Au volant

La première bonne nouvelle est qu’il est facile d’atteindre la distance annoncée de 76 kilomètres en mode électrique. En fonction de ce que vous faites comme circuit et de la façon dont vous conduisez, il est même possible de parcourir environ 85 kilomètres en mode électrique. Ceci confirme que la Clarity domine toujours en matière d’autonomie électrique pour une voiture hybride enfichable.

Avec 182 chevaux et 232 livres-pieds de couple électrique, vous ne manquerez jamais de jus non plus. Le moteur électrique est vif et on retire un grand plaisir à circuler sans polluer. Le freinage régénératif, qu’on peut contrôler à l’aide de palettes placées derrière le volant, n’a toutefois pas la plus grande simplicité d’utilisation. Il faut constamment jouer avec les palettes pour tirer la plus grande régénération possible en décélération, et j’aurais préféré un mode de régénération maximal contrôlable avec l’accélérateur (conduite à une pédale). C’est plus simple et plus intuitif.

Une fois l’autonomie électrique épuisée, l’entrée en scène du moteur thermique se fait sans anicroche. On le sent à peine se mettre en marche et il ne fait sentir sa présence que lorsqu’on a le pied au plancher et qu’il rugit pour tenter d’obéir à notre empressement. La consommation en mode hybride variera entre 2,9 et 4,0 litres/100 km, en fonction de votre circuit. Superbe!

Pour ce qui est des autres aspects, la Clarity est une voiture assez ennuyante sur le plan dynamique. La direction est légère, quoiqu’assez précise, la suspension est très souple et les mouvements de caisse sont nombreux quand on presse le pas. Pas question ici de fouetter la machine; la voiture préfère être conduite avec délicatesse, et c’est d’ailleurs ce qui vous permettra de tirer le meilleur rendement de la mécanique. 

Conclusion

Mon constat est le suivant : la Honda Clarity 2020 est une voiture intelligente et rationnelle qui tasse du revers de la main des considérations plus secondaires, plus futiles comme le style et l’agrément de conduite pour laisser toute la place à l’efficacité énergétique, à l’ingéniosité mécanique et au confort.

Le produit est donc d’une logique implacable, en plus d’être fiable et offerte à un prix tout à fait raisonnable compte tenu de son efficacité. Voyez la Clarity comme une voiture de transition, qui permet de vous habituer au plaisir de rouler électrique tout en écartant toute anxiété reliée à l’autonomie.

En ce sens, elle est plus pertinente que jamais. Je vous la recommande, en autant que vous soyez en mesure d’en trouver une chez un concessionnaire.

Données techniques

Marque

Honda

Version

46 660 $

Échelle de prix

42 660 à 46 660 $

Version à l’essai

Touring

Transport et préparation

1 670 $

Marque

Moteur

4-cylindres 1,5 litre. 103 chevaux et 99 lb-pi de couple avec moteur électrique synchrone à aimant permanent de 181 chevaux et 232 lb-pi de couple. Total de 212 chevaux et 232 lb-pi de coupl

Transmission

e-CVT

Autonomie électrique annoncée

76 km

Autonomie électrique réelle

85 km

Consommation annoncée (ville)

5,3 l/100 km

Consommation annoncée (route)

5,8 l/100 km

Consommation annoncée (combinée)

5,7 l/100 km

Consommation enregistrée

3,1 l/100 km

Volume du coffre

439 litres

Longueur (mm)

4 895

Largeur (mm)

2 134

Hauteur (mm)

1 478

Empattement (mm)

2 750

Poids à vide

1 843 kg

Réservoir d’essence

26,5 litres

Capacité de remorquage

0 kg

Garantie de base

3 ans/60 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans/100 000 km

RPM est fière de vous livrer des opinions 100% indépendantes. Nos essais routiers et nos essais comparatifs ne sont pas exigés ni commandités par les constructeurs automobiles.

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer