Ford F-150 2017 - messages.columnarticles-details.Columns

Standard

Ford F-150 2017

ESSAI DU FORD F-150 2017

Benoit Charette

13 mars 2017

Moteur/Transmission impressionnant
Équipement généreux
Confort de roulement


Certains matériaux intérieurs
Prix
Consommation?


Standard

Données techniques

Marque

Ford

Version

SuperCrew 4X4

Options

Ensemble Lariat (4900$), Moteur EcoBoost (1650$), Toit panoramique (1750$), Régulateur de vitesse adaptatif (1500$), Ensemble Sport (2400$), Ensemble technologie (1250$)

Échelle de prix

74 169 $

Version à l’essai

SuperCrew 4X4

Marque

Moteur

V6 3,5 litres, 375 ch @ 5 000 tr/min, 470 lb-pi @ 3 500 tr/min

Transmission

Automatique à 10 rapports

Autre conduite

4 roues motrices avec gamme basse

Consommation annoncée (ville)

13,6 litres/100km

Consommation annoncée (route)

10,3 litres/100km

Garantie de base

3 ans / 60 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / 100 000 km

Le Ford F-150 est plus populaire que jamais. Il se vend grosso modo 125 000 unités de la Série F au Canada annuellement, les ventes sont constamment en progression et il s’agit du véhicule le plus vendu au pays depuis plus de 50 ans, toutes catégories confondues. C’est aussi la première camionnette à pleinement intégrer l’utilisation de l’aluminium dans sa confection, un fait généralement réservé aux voitures de luxe.

Est-ce que Ford a droit à l’erreur avec le F-150? Non, et c’est précisément pour cette raison que Dearborn le renouvèle constamment. On sait que l’édition 2018, dévoilée au Salon de Détroit en janvier dernier, aura droit à un léger rafraichissement. Or, cela n’empêche pas Ford d’arriver avec une série de changements mécaniques dès 2017. On découvre la deuxième génération du V6 EcoBoost de 3,5 litres et par le fait même, la toute première transmission à 10 rapports dans une camionnette.

 

Le Ford F-150 est plus populaire que jamais. Il se vend grosso modo 125 000 unités de la Série F au Canada annuellement, les ventes sont constamment en progression et il s’agit du véhicule le plus vendu au pays depuis plus de 50 ans, toutes catégories confondues. C’est aussi la première camionnette à pleinement intégrer l’utilisation de l’aluminium dans sa confection, un fait généralement réservé aux voitures de luxe.

Est-ce que Ford a droit à l’erreur avec le F-150? Non, et c’est précisément pour cette raison que Dearborn le renouvèle constamment. On sait que l’édition 2018, dévoilée au Salon de Détroit en janvier dernier, aura droit à un léger rafraichissement. Or, cela n’empêche pas Ford d’arriver avec une série de changements mécaniques dès 2017. On découvre la deuxième génération du V6 EcoBoost de 3,5 litres et par le fait même, la toute première transmission à 10 rapports dans une camionnette.

Toujours aussi beau!
On propose depuis 2015 des traits uniques et originaux, notamment à la configuration de la forme des blocs optiques. L’intégration de bandes de DEL aux phares et aux feux lui donne un aspect premium, sinon excentrique. La ceinture de fenestration « brisée » se montre agréable à l’œil, mais aussi indéniablement pratique en contribuant grandement à la visibilité.

La version à l’essai dotée du groupe Apparence Sport avec ses décalques à la carrosserie, n’est pas sans rappeler la Mustang Boss 302. C’est un ajout totalement superflu, mais qui lui donne une personnalité propre dans l’infinité des versions livrables du F-150.

Inconfort, gadgets et bébelles
Contrairement à mes collègues Antoine et Benoît qui encensent l’habitacle du F-150, je ne suis personnellement pas impressionné par ce dernier. Oui, la présentation se montre à la hauteur, mais les matériaux déçoivent toujours. Les plastiques y règnent en roi et maitre, malgré la tentative d’un recouvrement de cuir sur le tableau de bord qui, après analyse, s’avère aussi fait de pétrole.

Ford met le paquet pour la présentation. On offre à la version Sport des appliques rouges un peu partout dans la cabine, notamment à la sellerie de cuirs des sièges et aux nombreuses surpiqures qui décorent et vivifient l’ensemble autrement noir. L’ayant conduit sur quelques centaines de kilomètres, j’en suis venu à un constant, les assises ne sont pas confortables. Malgré la multitude d’ajustements possibles, je ne suis jamais parvenu à trouver une posture parfaitement intéressante pour plus de 15 minutes. Malgré cet irritant, la position est superbe avec une excellente vue et des dégagements extrêmement généreux.

+ 10, + 50, + 4
Suivant le très grand succès de sa motorisation EcoBoost, Ford introduit une deuxième génération de son V6 de 3,5 litres. Le bloc moteur demeure essentiellement le même, mais on apporte des améliorations qui le rendent plus frugal tout en majorant les performances. Dans le lot de transformations, on arrive avec une injection directe plus poussée, des turbocompresseurs de taille plus généreuse et équipée d’une meilleure gestion électrique. Au compte, on obtient une cavalerie supérieure de 10 chevaux pour un total de 375 ch. Au chapitre du couple, on fait encore mieux avec un gain de 50 lb-pi. Ford annonce 470 lb-pi, un chiffre qui le met en tête dans la catégorie.

Le « vieux » moteur Ecoboost fonctionnait déjà très bien, mais réussit tout de même à s’améliorer. Il se veut plus doux, avec une superbe sonorité. Vives, les accélérations se montrent bien tout comme les reprises. Il faut dire que l’apport de la nouvelle transmission à 10 rapports, développée en partenariat avec GM, fait un excellent travail. À peine 4 livres plus lourdes que l’ancienne boîte à six rapports, la hausse du poids est imperceptible. Et les changements de rapports sont pratiquement indétectables. Selon le mode que l’on utilise, les liens s’étireront pour de belles montées en régime.

Toujours plus utilitaire
Les camionnettes se raffinent de plus en plus. Chef de file, le F-150 se veut un modèle dans le genre. Plus ça va, plus le comportement s’apparente à celui d’un utilitaire. Il demeure très gros, mais on perd cette sensation imposante que l’on observe souvent ailleurs. La direction se montre intéressante tout en étant peu communicative. À ce titre, le diamètre de braquage reste important. Pour le travail des suspensions, on obtient un comportement exceptionnel. Fini les sautillements à la moindre imperfection. Elles absorbent tout avec une belle fermeté sans concession au confort. Même dans un virage plus serré et à bonne vitesse, on détecte peu de mouvement prononcé de l’assiette. Le F-150 demeure donc très stable.

Conclusion
Cette brève incursion dans l’univers du Ford F-150 2017 nous donne une intéressante première impression. Évidemment, nous devrons y aller plus en profondeur pour réellement mettre à l’épreuve la mécanique, mais au premier regard, l’EcoBoost de deuxième génération et la boite à 10 rapports revitalisent le véhicule.
 

Marque

Ford

Version

SuperCrew 4X4

Options

Ensemble Lariat (4900$), Moteur EcoBoost (1650$), Toit panoramique (1750$), Régulateur de vitesse adaptatif (1500$), Ensemble Sport (2400$), Ensemble technologie (1250$)

Échelle de prix

74 169 $

Version à l’essai

SuperCrew 4X4

Marque

Moteur

V6 3,5 litres, 375 ch @ 5 000 tr/min, 470 lb-pi @ 3 500 tr/min

Transmission

Automatique à 10 rapports

Autre conduite

4 roues motrices avec gamme basse

Consommation annoncée (ville)

13,6 litres/100km

Consommation annoncée (route)

10,3 litres/100km

Garantie de base

3 ans / 60 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / 100 000 km

RPM est fière de vous livrer des opinions 100% indépendantes. Nos essais routiers et nos essais comparatifs ne sont pas exigés ni commandités par les constructeurs automobiles.

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer