Ford F-150 2015 - messages.columnarticles-details.Columns

Standard

Ford F-150 2015

Benoit Charette

4 octobre 2014

Plus léger et maniable
Capacités accrues
Meilleure finition intérieure
Moteur 2,7 litres impressionnant

Prix une fois équipé
Trop de technologies ?
Consommation du moteur 3,5 litres EcoBoost (rien sous les 13,5 litres aux 100 km)


Standard

Données techniques

Marque

Ford

Version

Toutes

Version à l’essai

Toutes

Transmission

Automatique à 6 rapports

San Antonio, Texas – Dire que la compétition est forte dans le segment des camionnettes est un euphémisme. Elle est plutôt féroce, brutale, sans merci. Chaque part de marché se gagne au prix d’efforts herculéens alors qu’il ne faut qu’un rien pour la perdre au profit de la concurrence.

Vraiment, la lutte est impitoyable.

Vous en connaissez les principaux acteurs : le Ram, le duo Chevrolet Silverado/GMC Sierra ainsi que le F-150. Oui, le Toyota Tundra et le Nissan Titan existent, mais ce sont des acteurs de soutien.

La semaine dernière, le dernier rond de ce combat s’est joué avec la présentation du nouveau Ford F-150.

Repousser les limites

Depuis des décennies, la marque à l’ovale bleu occupe le haut du pavé au chapitre des ventes avec son F-150. Aux États-Unis, il se vend un modèle toutes les 43 secondes. Grosso modo, un million de modèles sont écoulés en Amérique du Nord chaque année. Au Canada, plus de 120 000 acheteurs se sont manifestés l’an dernier.

C’est gigantesque comme exploit lorsqu’on prend le temps de le mesurer.

Cependant, la compétition directe est compétente et au cours des dernières années, on l’a vu prendre du galon. En conséquence, Ford n’avait d’autres choix que de réagir avec éclat pour conserver son avance.

Pour se faire, il fallait repousser les limites, tout simplement.

De quelle manière?

Voyons voir.

L’aluminium

Si vous avez suivi l’actualité automobile au cours des derniers mois, vous savez peut-être que la carrosserie du nouveau F-150 est entièrement composée d’aluminium. C’est de loin LE principal changement apporté au véhicule et il est majeur.

En gros, l’usage de ce matériau soustrait quelque 700 livres au modèle. C’est énorme. Il en résulte des gains au niveau de la consommation, de toute évidence, mais aussi au niveau de la maniabilité; le F-150 est plus agile, plus maniable et il est plus facile à stopper.

Plus compétent, aussi, aux dires de Ford. En fait, alors qu’on serait porté à croire qu’un camion plus léger en offrirait moins côté capacités, c’est plutôt l’inverse qui se produit. Le poids qu’il compte en moins peut être chargé ou attelé à l’arrière, tout ça nous permettant d’en arriver avec la même charge utile.

D’ailleurs, notez que le châssis est toujours fait d’acier et que ce dernier a été renforcé et amélioré afin que le véhicule ne perde rien de ses capacités légendaires. Aussi, ce châssis contient-il plus d’acier à haute résistance que celui du modèle remplacé.

Les moteurs

Le cœur d’une camionnette, c’est son moteur. Ford en offre quatre pour animer les différentes versions de son F-150 et si l’on connaît bien certains d’entre eux, nous avons fait connaissance avec un nouveau venu fort impressionnant, soit le V6 EcoBoost de 2,7 litres.

Un 2,7 litres dans un F-150, vraiment? Êtes-vous sceptiques? Je l’étais aussi, un tantinet, avant d’en faire l’essai.

Même certains des ingénieurs ayant travaillé sur le projet du nouveau F-150 nous ont avoué avoir eu leurs doutes.

Des doutes qui disparaissent en quelques secondes lorsqu’on écrase le champignon. Cette mécanique livre une puissance de 325 chevaux et 375 livres-pieds de couple et se montre capable de remorquer jusqu’à 8500 livres. Selon Ford, c’est suffisant pour combler les besoins de 90 % des acheteurs.

À l’accélération, la poussée est puissante et linéaire; jamais on ne se doute qu’un moteur d’une si petite cylindrée repose à l’avant. Le moteur passe le test.

D’ailleurs, parlant de ça, c’est 10 millions de kilomètres auxquels a été soumis le nouveau F-150 avant de recevoir son approbation finale. C’est deux millions de plus que ce qu’avait dû subir le modèle de la précédente génération.

Autrement, le F-150 peut toujours profiter du V8 de 5 litres et de ses 385 chevaux et 387 livres-pieds de couple, tout comme du V6 de 3,5 litres EcoBoost qui propose 365 chevaux et un couple de 420 livres-pieds. Le V6 de 3,7 litres qui était de la partie laisse sa place à un V6 de 3,5 litres (283 chevaux et 255 livres-pieds de couple), plus économe et plus performant en raison de la perte de poids du véhicule. Tellement que pour la première fois, ce moteur d’entrée de gamme pourra être livré sur des variantes à cabine d’équipe (Crew Cab).

Et pour ceux qui se posent la question, il n’est pas nécessaire d’avoir recours à de l’essence super pour garder les versions EcoBoost en santé.

Notez qu’il n’y a pas de version Diesel qui aurait pu venir jouer dans les platebandes du Ram EcoDiesel. Chez Ford, on nous répond : « pas pour l’instant ».

Enfin, partout, une boîte automatique à six rapports sert le F-150. En regard de ce qui se fait ailleurs, on se doit d’être un peu déçu. Ram offre une transmission à huit vitesses, par exemple. Chez Ford, on nous explique préférer y aller avec une valeur sûre plutôt que d’offrir des rapports supplémentaires pour le simple plaisir de le faire.

Aussi, il faut en tenir compte, la compagnie travaille en collaboration avec GM sur le développement d’une boîte auto à 10 engrenages. Oui, 10!

Raffinement

Bon, c’est bien beau la mécanique, mais pour demeurer au sommet dans ce segment, ça prend plus qu’un camion capable, surtout qu’en toute franchise, il faut reconnaître qu’autant le Ram que les produits GM peuvent faire le travail.

Ainsi, Ford, très consciente de ce fait, s’est attardée à raffiner son F-150, tant du dedans que du dehors.

À l’extérieur, outre de nouvelles lignes sérieusement rafraîchies, on remarque la présence de phares et de feux aux DEL. Le hayon est rabattable électriquement sur certaines versions et propose toujours une marche amovible qui facilite la montée à bord. Dans la caisse, de nouveaux points d’ancrage fixés sur les parois multiplient les possibilités d’arrimage. En option, des rampes pouvant être solidement fixées au hayon rendront plus facile le chargement de motocyclettes ou de VTT. Chacune peut supporter un poids de 800 livres.

À l’intérieur, la liste d’option s’est enrichie et se veut plus complète que jamais. Qu’on parle de la nouvelle caméra à 360 degrés qui transforme les manœuvres de stationnement en jeu d’enfant ou des prises d’alimentation qui permettent aux appareils de demeurer fonctionnels, tout a été mis en œuvre pour servir le client.

Quant au confort, il n’a pas, lui non plus, été laissé pour contre. Les baquets sont plus confortables que jadis et on retrouve même des sièges chauffants à l’arrière sur les versions plus huppées. Certaines variantes peuvent même profiter d’un immense toit panoramique; on n’a plus les camionnettes qu’on avait.

En matière de sécurité, de nouvelles aides à la conduite s’invitent à bord comme le régulateur de vitesse adaptatif, un mode de remorquage plus « intelligent », des avertisseurs de collision et de changement de voie, le système Curve Control (qui entre en action pour stabiliser le véhicule si on amorce un virage avec trop d’enthousiasme) de même qu’une aide à la descente.

Les ceintures de sécurité arrière gonflables de Ford sont aussi sur la liste des nouveautés.

Pour ce qui est des versions, on nage en terrain connu avec les moutures XL, XLT, Lariat, King Ranch et Platinum.

Comportement

Aux commandes, trois choses retiennent l’attention. La maniabilité du véhicule, meilleure que jamais; l’insonorisation, supérieure à ce qu’elle n’a jamais été; la consommation, repoussée à un autre niveau. C’est particulièrement vrai sur la version à moteur 2,7 litres. Lors de notre parcours, notre ordinateur de bord indiquait 22.3 miles au gallon, soit 10.5 litres aux 100 kilomètres.

Il y a 10 ans, certaines sous-compactes offraient ce genre de moyenne.

Au niveau du remorquage, la version EcoBoost de 3,5 litres demeure la référence, elle qui est capable d’accueillir des charges allant jusqu’à 3300 livres et peut tracter jusqu’à 12 200 livres. Quant à la version de 2,7 litres, elle n’est pas en reste; elle peut recevoir jusqu’à 2250 livres et remorquer l’équivalent de 8500 livres.

Conclusion

Nous pourrions nous étendre longtemps sur tout ce qui est nouveau à propos du F-150. En fait, ce qu’il faut retenir, c’est que Ford n’a ménagé aucun effort au cours des quatre dernières années afin d’accoucher d’un produit hautement raffiné et certain de devancer la concurrence.

Parlant d’elle, il sera intéressant de voir sa réaction.

Une nouvelle mesure étalon se pointe sur le marché.

Marque

Ford

Version

Toutes

Version à l’essai

Toutes

Transmission

Automatique à 6 rapports

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer