Ford Explorer 2016 - messages.columnarticles-details.Columns

Standard

Ford Explorer 2016

Benoit Charette

20 septembre 2015

Équipement des plus complets
Confort et douceur de roulement
Chaîne audio de qualité supérieure
Moteur puissant

Prix
Dépréciation importante à prévoir
Rapport prix/prestige inexistant


Standard

Données techniques

Marque

Ford

Version

Platinum

Échelle de prix

58 599 $

Version à l’essai

Platinum

Marque

Moteur

V6 EcoBoost de 3,5 litres

Transmission

Automatique à 6 rapports

Autre conduite

Traction intégrale à prise temporaire

Consommation annoncée (ville)

14,4 litres aux 100 kilomètres

Consommation annoncée (route)

10,4 litres aux 100 kilomètres

Consommation enregistrée

11,5 litres aux 100 kilomètres

Garantie de base

3 ans / 60 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / 100 000 km

L’Explorer est une véritable vache à lait pour Ford. Le succès que reporte ce dernier depuis sa dernière refonte, en 2011, permet au constructeur d’engranger des profits à un rythme tel que le richissime Donald Trump en aurait l’écume à la bouche.

Concrètement, il se vend un Explorer à toutes les deux minutes en Amérique du Nord. À titre comparatif, un F-150 passe aux mains d’un nouveau propriétaire toutes les 43 secondes. Le principal pourvoyeur, c’est lui, mais on comprend que l’Explorer n’est pas loin.

Depuis 1991, ce sont sept millions d’unités qui ont été fabriquées, un chiffre qui nous rappelle à quel point le VUS est devenu et demeure roi.

C’est donc sans surprise qu’on assiste à l’arrivée d’une nouvelle variante au sein de la gamme, une qui repousse les limites en matière de luxe pour un produit Ford.

Vous allez rapidement comprendre pourquoi en lisant la suite.

Retouches
Deux choses ici. D’abord, après cinq années sur le marché, toutes les versions de l’Explorer sont légèrement retouchées. On parle surtout de changements au niveau de la grille, des phares, des feux, des coloris, etc.

Le fait saillant, c’est l’arrivée de cette version Platinum. Cette dernière, on la reconnaît à ce faciès qui reprend, sans subtilité, la recette Range Rover. Elle possède également des jantes de 20 pouces au design unique et à l’arrière, des embouts d’échappement qui s’intègrent au bas de caisse.

Elle est distincte, donc, mais c’est surtout grâce à son habitacle et à son niveau d’équipement qu’elle se démarque.

Stratégie
Depuis une dizaine d’années, le niveau d’équipement des véhicules a été rehaussé de façon spectaculaire. Les sièges chauffants, la caméra de recul, le volant chauffant, les écrans multifonctions, les chaînes audio, tout semble désormais accessible sur la plupart des modèles.

Et encore, c’est souvent livré de série à bien des adresses que l’on n’associe pas nécessairement au luxe. Jetez un coup d’œil à n’importe quel produit coréen pour vous en convaincre.

Ainsi, quantité de produits s’endimanchent et trouvent une clientèle qui ne souhaite pas nécessairement s’afficher avec une marque de luxe.

Le cas de l’Explorer est patent. Jusqu’à l’an dernier, la version la plus chère de la gamme était la Sport, offerte à quelques poussières au-dessus des 50 000 $. À travers ses enquêtes, Ford a découvert que ceux qui se payaient cette version possédaient auparavant un véhicule d’une marque de luxe. Un filon à exploiter, clairement.

Voilà pourquoi l’entreprise décide de repousser les limites avec cette version Platinum.

Tout
Et comment prend forme cette repousse des conventions? Avec une liste d’équipement que l’on n’a jamais vue dans un produit Ford. Diable, même chez Lincoln on ne barde pas ses véhicules de la sorte.

Des exemples : les sièges avant ne sont pas seulement chauffants et ventilés, ils vous offrent un massage thérapeutique sur demande. Une caméra à angle d’action de 180 degrés s’invite à l’avant et permet des sorties sécuritaires en tout temps d’endroits à visibilité réduite. Cette dernière est même lavable, tout comme la caméra de recul.

Les prises USB, quant à elles, sont dotées d’une capacité de recharge rapide.

Ensuite, nommez une des aides à la conduite existante sur le marché, elle est montée à bord de l’Explorer. À défaut d’en offrir trop, les constructeurs n’ont pas le choix de suivre la parade dans ce domaine.

Enfin, autre élément qui rend princière cette édition : la qualité des matériaux recouvrant certaines surfaces. Là, Ford y a mis le paquet afin de titiller les sens. Au toucher, le tableau de bord, l’intérieur des portières et les sièges, pour ne nommer que ces éléments, respirent la qualité.

Tout ça est livré dans un Explorer que Ford dit mieux insonorisé que jamais. Ça nous permet de profiter de la nouvelle chaîne audio de 500 Watts que Sony a mis à quatre années à concocter pour ce modèle.

Impressionnés? Étonnés? Il y a de quoi.

Sous le capot
À l’avant est réservé à cette variante le moteur le plus puissant de l’Explorer, soit le V6 EcoBoost de 3,5 litres. Avec ses 365 chevaux et son couple de 350 livres-pieds, il n’a aucune difficulté à déplacer cette bête qui fait, il faut le dire (voire le décrier), près de 5000 livres.

Puissance et souplesse, donc, de ce V6 qui ne cesse de m’étonner. Au niveau de la consommation, une moyenne de 11,5 litres a été conservée lors de ce court essai qui ne comportait que très peu de déplacement en milieu urbain, il faut le souligner. Il faut s’attendre à plus, conséquemment.

Au niveau de la boîte, c’est une transmission automatique à six rapports qui est de série. Son travail se fait oublier. Quant aux capacités hors route du véhicule, elles sont assurées par le dispositif Terrain Management System. Ce dernier propose différents modes que l’on sélectionne à l’aide d’une molette selon le type de surface sur laquelle on se trouve (neige, boue, roche, etc.).

En somme, le système travaille pour vous, comme le font les nombreuses aides à la conduite présentes à bord de cette livrée Platinum.

Au volant
Aux commandes, bien que Ford affirme avoir retravaillé le châssis, la sensation de conduite demeure très similaire à ce qu’elle était auparavant, c’est-à-dire axée sur le confort et somme toute très rassurante.

On se laisse dorloter lorsqu’on passe quelques heures à bord et le confort des sièges est à noter. Ceux du modèle Platinum sont plus minces, ce qui se traduit par un tantinet plus d’espace pour les jambes au niveau de la deuxième rangée. Il n’y a qu’à la troisième rangée que l’espace demeure plus restreint. Ça fera pour les plus jeunes.

Bien entendu, cette dernière se rabat à la simple pression d’une commande.

Les dommages
À la lecture de tout ça, une question vous brûle les lèvres, j’en suis certain; combien?

C’est là que ça fait mal. Cette version Platinum est à vous en échange de 58 599 $, soit 8100 $ de plus que coûte la version Sport. Ajoutez les taxes, les frais de transport et de préparation et vous frôlez les 70 000 $.

C’est là que tout va se jouer.

Qui est prêt à payer cette somme pour rouler en Ford, aussi équipé soit-il, et vivre avec la dépréciation qui sera supérieure à celle d’un produit équivalent appartenant à une marque de prestige?

Ce qui va pour le F-150 n’ira pas nécessairement pour l’Explorer.

Nous aurons la réponse au cours des prochains mois.

Conclusion
Chose certaine, Ford ne manque pas d’audace en proposant cette édition. En même temps, qu’a-t-elle à perdre? De la crédibilité? En fait, elle risque d’en gagner au passage. N’empêche, au passage, j’ai une pensée pour Lincoln…

Une histoire à suivre.

Marque

Ford

Version

Platinum

Échelle de prix

58 599 $

Version à l’essai

Platinum

Marque

Moteur

V6 EcoBoost de 3,5 litres

Transmission

Automatique à 6 rapports

Autre conduite

Traction intégrale à prise temporaire

Consommation annoncée (ville)

14,4 litres aux 100 kilomètres

Consommation annoncée (route)

10,4 litres aux 100 kilomètres

Consommation enregistrée

11,5 litres aux 100 kilomètres

Garantie de base

3 ans / 60 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / 100 000 km

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer