Ford Escape 2018 - messages.columnarticles-details.Columns

Standard

Ford Escape 2018

Ford Escape 2,0T EcoBoost Titanium 2018 : si seulement

Luc-Olivier Chamberland

14 février 2018

Design intéressant

Puissance du moteur

Agrément de conduite

Fiabilité

Consommation

Qualité dynamique de sécurité

Standard

Données techniques

Marque

Ford

Version à l’essai

2,0T Titanium

Marque

Moteur

L4, 2,0 litres turbo de 245 ch à 5 500 tr/min, 275 lb-pi à 3 000 tr/min

Transmission

Automatique à 6 rapports

Réservoir d’essence

57 litres

Capacité de remorquage

1 587 kg (3 500 lb)

Le Ford Escape revient en 2018 sans changement, suivant les quelques améliorations esthétiques de 2017. Déjà avec nous depuis 2013, il continue sur sa lancée et sa très grande popularité au Canada ne se dément pas avec des ventes de près de 50 000 unités au pays l’an dernier. Bien qu’il demeure très compétent à plusieurs points de vue, il commence à avoir besoin d’un peu plus de modernité puisque ses fondations européennes remontent à maintenant 10 ans. Pourtant, malgré cette décennie d’expérience, l’Escape conserve ses plus importantes lacunes : une forte consommation de carburant et une piètre fiche de fiabilité.

Pratiquement identique au modèle de lancement en 2013, Ford n’a pas jugé bon d’aller en profondeur l’an dernier pour son rafraichissement. On se contenta de légèrement transformer les extrémités. Rien de très sérieux, il s’aligne sur le reste de la gamme en matière de configuration de sa calandre. Ma version d’essai optait pour l’ensemble « Sport » avec toutes les appliques de chrome remplacées par du plastique noir. À des fins d’obscurantisme, on ajoute des jantes peintes en noir du plus bel effet tout comme les boitiers des blocs optiques. Tout de noir vêtu, il se salit rapidement avec tout le calcium que l’on met sur les routes du Québec.

J’ai toujours adoré sa présentation intérieure. À ce chapitre, Ford fait un sans-faute, autant avec la qualité des matériaux qu’avec l’assemblage. Très moderne malgré les années, on obtient une planche de bord à deux niveaux, la plus haute intègre l’écran de navigation et ses commandes alors que plus bas, on retrouve les touches qui gèrent la climatisation. C’est simple et facile d’usage. L’instrumentation se lit assez aisément, même si les cadrans pourraient être un peu plus grands. Ford a amélioré l’intuitivité de son programme MyFord Touch tout comme la reconnaissance vocale SYNC qui commence à comprendre le langage québécois.

 

Pour l’espace intérieur, là aussi, Ford réussit sur toute la ligne. On obtient des dégagements amples partout et pour tous. L’aire cargo va de 971 à 1 920 litres ce qui le place en milieu de peloton dans la catégorie. Le seuil de coffre assez bas permet une exploitation facile lors du chargement. De plus, Ford intègre l’ouverture par le mouvement du pied sous le parechoc… quand ça fonctionne, ce qui n’arrive pas souvent.

L’Escape ne s’est jamais limité à une seule offre mécanique. Certaines sont très compétentes, d’autres, comme le 1,6T, ont été de véritables catastrophes. Le moins que l’on puisse dire c’est que Ford essaie de nous impressionner et dans le cas du 2,0 litres turbo à l’essai, c’est réussi. Ce moteur se veut l’un des plus intéressants du segment d’un point de vue du rendement. Avec sa puissance de 245 chevaux et un couple généreux de 275 lb-pi, il se déplace sans effort. Les reprises sont aussi vives, surtout si l’on accepte de jouer avec le pseudo mode manuel de la transmission à 6 rapports. Au-delà des fleurs, il y a quelques pots qui tombent sur ce 2,0 litres et l’Escape en général. En effet, sa consommation de carburant est beaucoup trop élevée avec une moyenne observée de 11,7 litres. Pour ajouter aux couts, ce moteur demande du « Super » donc l’indice d’octane 91 et + si possible. Comble de malheur, la fiabilité générale de l’Escape est l’une des pires de tout le segment et l’une des moins intéressantes de toute la famille Ford.

Même si la compétition se fait de plus en plus féroce, l’Escape demeure l’un des plus plaisants à conduire. La direction se fait communicative tout en étant directe. Le travail des suspensions permet un comportement routier sans reproche où l’on peut même se laisser aller à un certain dynamisme. Toutefois, on doit être conscient que les conditions doivent être maximales, car dès l’arrivée de mauvaises températures, plusieurs systèmes, du moins la gestion, montrent des signes d’essoufflement technologique. On peut intégrer tous les gadgets d’aide à la conduite et de sécurité, mais sachez que ceux-ci ne sont pas les plus performants du segment. Cette réalité s’exprime plus particulièrement au freinage. La sensation au pédalier est spongieuse et l’on n’obtient pas de sentiment de sécurité en cas d’arrêt prompt.

Marque

Ford

Version

42 939 $

Options

Groupe Apparence Sport (1 200 $)

Échelle de prix

28 089 à 39 189 $

Version à l’essai

2,0T Titanium

Transport et préparation

1 890 $

Marque

Moteur

L4, 2,0 litres turbo de 245 ch à 5 500 tr/min, 275 lb-pi à 3 000 tr/min

Transmission

Automatique à 6 rapports

Autres moteurs

L4, 1,5 litres turbo de 179 ch à 6 000 tr/min, 177 lb-pi à 2 500 tr/min L4, 2,5 litres de 168 ch à 6 000 tr/min, 170 lb-pi à 4 500 tr/min

Consommation annoncée (ville)

11,5 litres/100km

Consommation annoncée (route)

8,8 litres/100km

Consommation enregistrée

11,7 litres/100km

Volume du coffre

971/1 920 litres

Longueur (mm)

4 524 mm

Largeur (mm)

2 077 mm

Hauteur (mm)

1 683 mm

Empattement (mm)

2 690 mm

Poids à vide

1 709 kg

Réservoir d’essence

57 litres

Capacité de remorquage

1 587 kg (3 500 lb)

Garantie de base

3 ans/60 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans/100 000 km

À 42 939 $, mon Ford Escape Titanium ne figure pas dans le rayon des aubaines de la catégorie. Le pire, c’est quece n’est même pas la version la plus équipée livrable dans cette gamme. On peut donc dire que l’Escape est cher, très cher. Si la qualité mécanique et la fiabilité étaient au rendez-vous nous pourrions lui pardonner des défauts, mais comme ce n’est pas le cas, impossible de le recommander. La seule option viable pour sa possession, en ce qui me concerne, passe par la location. Vous le gardez quelques années et le retournez à terme, et espérez que ce soit avant les problèmes de fiabilité. 

RPM est fière de vous livrer des opinions 100% indépendantes. Nos essais routiers et nos essais comparatifs ne sont pas exigés ni commandités par les constructeurs automobiles.

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer