Fiat 500X 2016 : l'inconnu de Melfi - messages.columnarticles-details.Columns

Standard

Fiat 500X 2016 : l'inconnu de Melfi

Benoit Charette

30 décembre 2015

Habitacle polyvalent
Silhouette séduisante
Moteur de 2,4 L performant
Sièges baquets confortables
Design intérieur réussi
Servodirection perfectible
Visibilité arrière réduite
Transmission intégrale coûteuse
Moteur de 1,4 L peu attrayant

Standard

Données techniques

Marque

Fiat

Version

500X Trekking 4RM

Options

Transmission intégrale (incluant le 4-cyl. Tigershark Multiair de 2,4 L et BVA9) : 3 695 $; peinture Rosso Perla triple couche (rouge) : 995 $; ensemble Commodités : 1 295 $; ensemble Aide au conducteur : 1 250 $; ensemble Navigation : 1 100 $; toit ouvrant à commande électrique à doubles panneaux : 1 295 $; chaîne audio Beats : 995 $; pneu de secours compact : 295 $; roues en alliage d’aluminium de 18 po à alvéoles peintes : 575 $.

Échelle de prix

39 990 $ + 1 745 $ (transport et préparation)

Version à l’essai

500X Trekking 4RM

Marque

Moteur

L4, 2,4 litres, SACT, 180 ch @ 6 400 tr/min, 175 lb-pi @ 3 900 tr/min

Transmission

Automatique à 9 rapports

Autre conduite

Traction intégrale à prise temporaire

Consommation annoncée (ville)

11,0 L aux 100 km

Consommation annoncée (route)

7,9 L aux 100 km

Consommation enregistrée

8,8 L aux 100 km

Garantie de base

3 ans / 60 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / 100 000 km

À peu près personne au Québec ne connaîtrait la petite ville de Melfi, en Italie, si ce n’était du Fiat 500X et plus encore de son jumeau, le Jeep Renegade. C’est là que Fiat Chrysler Automobiles (FCA) fabrique ces deux véhicules depuis peu, dans une usine bâtie en 1991. De petits utilitaires qui ont emboîté le pas aux Nissan Juke, Chevrolet Trax, Subaru Crosstrek, Buick Encore, Mazda CX-3 et Honda HR-V, l’actuel champion de ce créneau.

JUMEAUX PAS PAREILS
Le Fiat 500X constitue un bel exemple de diversification de produits puisque sa carrosserie toute en rondeurs habille une plateforme commune au Jeep Renegade, lui qui ressemble plutôt à un petit cube sur quatre roues.

Ces deux utilitaires ont naturellement le même empattement, alors que les voies avant et arrière du Fiat sont quelques millimètres plus larges, juste pour le style. Ce dernier est aussi vaguement plus long, plus large et plus bas que le petit Jeep.

La garde au sol des 500X à quatre roues motrices atteint 202 mm comme les Renegade 4RM (exception faite du Trailhawk). La Subaru Crosstrek (toutes versions confondues) domine donc à ce chapitre du haut de ses 220 mm.

GRAND CHOIX DE VERSIONS
Offert en cinq niveaux de dotation — Pop, Sport, Trekking, Lounge et Trekking Plus — le 500X convient à deux adultes et deux personnes de petite taille à l’arrière. Sa dotation de série est satisfaisante avec, entre autres, un climatiseur, un volant inclinable et télescopique, des lève-glaces électriques, de même que des connexions USB et auxiliaire pour la chaîne audio.

L’interface Bluetooth et la chaîne multimédia Uconnect (à écran tactile de 5 po), de série pour les quatre versions plus chères, figurent toutefois parmi les options du modèle de base Pop. Par ailleurs, les sièges chauffants sont optionnels pour les versions Sport et Trekking et de série pour les deux versions plus cossues.

La banquette arrière à dossiers rabattables asymétriques fait partie de la dotation de série. Elle permet de moduler le volume utile du coffre de 525 à 1 440 L. Des cotes comparables à celles des utilitaires rivaux, le HR-V demeurant toutefois celui qui a le coffre le plus volumineux.

MÉCANIQUES CONNUES
Le 500X partage les deux moteurs du Renegade. Le premier, un 4-cylindres Multiair de 1,4 L à turbocompresseur servant aussi aux Fiat 500 et 500L, se veut plus éconergétique (de 10 à 15 % environ). Il est réservé aux versions à deux roues motrices (avant) et il est jumelé à une boîte de vitesses manuelle à 6 rapports.

Le second, un 4-cylindres Multiair Tigershark de 2,4 L, se veut plus pimpant. Bénéficiant de 20 ch additionnels, d’un couple généreux produit à bas et moyen régime et d’une boîte automatique à 9 rapports, il permet au 500X d’accélérer de 0 à 100 km/h en 8 secs environ. Il figure parmi les options des versions Sport et Trekking, alors qu’il fait partie de la dotation des deux versions plus chères.

La transmission intégrale réactive, enfin, est offerte pour toutes les versions, sauf la 500X Pop. Pour l’obtenir, il faut cependant opter pour le moteur Tigershark et débourser un supplément de 1 600 à 2 200 $ selon la version.

CE QU’ON AIME ET CE QU’ON AIME MOINS
L’esthétique et le design intérieur du Fiat 500X plaisent, tout comme ses sièges baquets moulants à souhait. De plus, son coffre se transforme sans difficulté et le hayon découvre une ouverture au seuil bas.

Sur route, on aime la suspension ferme, qui impose peu de roulis, et les freins faciles à moduler. De plus, le 4-cylindres de 2,4 L et sa boîte automatique constituent le duo désirable pour la souplesse et la douceur de fonctionnement qu’on ressent, surtout avec la transmission intégrale. Ce groupe motopropulseur n’impose pas d’effet de couple gênant, comme le moteur de 1,4 L qui, de plus, manque de couple à bas régime. L’embrayage de la boîte manuelle est également désagréable à utiliser.

Le constructeur offre, par ailleurs, divers ensembles de dispositifs d’aide à la conduite, mais c’est l’ensemble « Aide à la conduite » (1 250 $) qui est offert pour les versions Sport et Trekking qui est le plus attrayant. Il procure un système de surveillance des angles morts et une alarme de circulation transversale arrière, de même que la caméra arrière. Curieusement, pour les versions Lounge et Trekking Plus, toutes deux plus cher, cette caméra fait partie de la dotation de série, mais ces deux dispositifs d’aide à la conduite demeurent optionnels (500 $) !

Par ailleurs, le 500X a une servodirection électromécanique qui manque cruellement de précision et impose de fréquents changements de cap. Plus irritante encore est la boîte automatique qui ne cesse de « chercher » le rapport optimal, sans doute pour optimiser la consommation. Une « errance » perceptible qui devient agaçante à la longue. Le mode manuel de cette boîte automatique est d’ailleurs difficile à exploiter à cause du grand nombre de rapports. Il faut rétrograder au hasard pour trouver le rapport donnant l’effet de frein moteur souhaité. Ça aussi c’est irritant, surtout lorsqu’on conduit un véhicule de 40 000 $ !

TRISTE SORT
Le Fiat 500X est pratique et élégant. Ses dimensions sont idéales pour affronter la faune urbaine et sa garde au sol convient aux rues parsemées de nids de poule. Il est donc prêt pour le printemps québécois ! Malheureusement, ses options sont coûteuses, à commencer par la transmission intégrale.

Si les stratèges de FCA pensent faire du 500X un modèle haut de gamme dans sa catégorie, la cible semble ratée, comme le suggère l’insuccès actuel de ce modèle (c’est le moins vendu de sa catégorie). D’ailleurs, la marque Fiat n’a pas la notoriété justifiant des prix élevés. Pas encore. De plus, les acheteurs de produits Fiat semblent plutôt considérer le 500X comme une alternative à la 500, plus petite et moins spacieuse, ou à la 500L, moins élégante et qui n’a pas quatre roues motrices. Comme le disait mon voisin Mario, qui possède un 500X : « e questo è triste ! » Oui, c’est dommage. À croire que ce modèle restera l’inconnu de Melfi.

 

Photos originales : Luc Gagné

Marque

Fiat

Version

500X Trekking 4RM

Options

Transmission intégrale (incluant le 4-cyl. Tigershark Multiair de 2,4 L et BVA9) : 3 695 $; peinture Rosso Perla triple couche (rouge) : 995 $; ensemble Commodités : 1 295 $; ensemble Aide au conducteur : 1 250 $; ensemble Navigation : 1 100 $; toit ouvrant à commande électrique à doubles panneaux : 1 295 $; chaîne audio Beats : 995 $; pneu de secours compact : 295 $; roues en alliage d’aluminium de 18 po à alvéoles peintes : 575 $.

Échelle de prix

39 990 $ + 1 745 $ (transport et préparation)

Version à l’essai

500X Trekking 4RM

Marque

Moteur

L4, 2,4 litres, SACT, 180 ch @ 6 400 tr/min, 175 lb-pi @ 3 900 tr/min

Transmission

Automatique à 9 rapports

Autre conduite

Traction intégrale à prise temporaire

Consommation annoncée (ville)

11,0 L aux 100 km

Consommation annoncée (route)

7,9 L aux 100 km

Consommation enregistrée

8,8 L aux 100 km

Garantie de base

3 ans / 60 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / 100 000 km

RPM est fière de vous livrer des opinions 100% indépendantes. Nos essais routiers et nos essais comparatifs ne sont pas exigés ni commandités par les constructeurs automobiles.

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer