BMW X6 2016 - messages.columnarticles-details.Columns

Standard

BMW X6 2016

Benoit Charette

9 novembre 2015

Design
Puissance du V8
Comportement routier


Encombrement
Fiabilité
Coûts d'entretien


Standard

Données techniques

Marque

BMW

Version

xDrive50i

Options

Ensemble Premium, Ensemble M Sport

Échelle de prix

83 190 $

Version à l’essai

xDrive50i

Marque

Moteur

V8, 4,4 litres 445 ch @ 5 500 tr/min, 479 lb-pi de 2 000 à 4 500 tr/min

Transmission

Automatique à 8 rapports

Autre conduite

Traction intégrale à prise constante

Consommation annoncée (ville)

16,1 l/100km

Consommation annoncée (route)

10,9 l/100km

Consommation enregistrée

12,8 l/100km

Garantie de base

4 ans / 80 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

4 ans / 80 000 km

Le moindre que l’on puisse dire est que le BMW X6 apporta une nouvelle dimension dans le monde de l’automobile lors de son introduction en 2009. Plus de 100 000 unités vendues plus tard, on arrive avec une nouvelle génération en 2014. Il faut dire que ce n’est pas un produit qui s’adresse à tout le monde, loin de là, et d’autant plus lors que l’on adopte pour l’une ou l’autre des versions avec un gros V8. BMW a compris que plusieurs acheteurs veulent se distinguer et le X6 leur permet justement ce fait.

« Douche Bag »
Dans l’univers de l’automobile, les stéréotypes sont nombreux. Dans le cas du X6, tout particulièrement lorsqu’il est blanc comme pour cet essai, on voit généralement un homme dans la quarantaine avec une ceinture et des souliers blancs en sortir.

C’est une affirmation qu’il va au gym et qu’il se préoccupe particulièrement de son apparence. Il veut de gros bras et une belle blonde platine. Son X6 reflète à la perfection son style de vie un peu superficiel!

Les liens de parenté avec le X5 demeurent évidents. Tout comme pour l’édition 2009, il vient avec de subtils petits changements, mais rien qui ne les séparent de trop loin. C’est à l’arrière que l’action se passe avec son toit fuyant et le hayon relevé. On arrive avec une vaste collection de jantes de toutes les tailles ou presque pour encore plus de personnalisation. Le X6 est gros et massif, gonflé aux testostérones. On aime ou l’on n’aime pas, mais c’est original.

Grand luxe
Somptueux, c’est le premier mot qui nous vient en tête à l’ouverture de la portière d’un X6. Ce fait est d’autant plus vrai lorsque l’on opte pour une version « loader » au bouchon comme celui de cet essai. On propose un environnement typiquement configuré « à la «  BMW.

Le choix des matériaux est merveilleusement bien fait avec une multitude de textures. L’ensemble de la cabine est habillé. On ne retrouve que très peu de plastiques et où il y en a, ils sont de bonne facture. Pour être conséquent avec la mode actuelle, le soir on offre un éclairage ambiant orangé qui valorise l’élégance de la planche de bord.

Figurant au sommet de la hiérarchie des utilitaires sport de BMW, le X6 met le parquet en fait d’équipement. On reçoit absolument tout ce que l’on peut désirer et même plus. Un des points particulièrement est le fait que l’on peut changer les modes de conduite. Sur le plan dynamique, c’est intéressant, mais au passage, l’instrumentation s’y adapte.

Le confort y est suprême. Les sièges, tout particulièrement à l’avant, offrent d’excellents supports sans être trop cintrés. La position permet une vision haute et une posture qui nous met en avantage sur la route. En matière d’espace, le X6 est gros, très gros. Les dégagements sont amples pour tout le monde. Bien que le toit s’effondre après le pilier B, on conserve malgré tout suffisamment de place pour être capable d’y intégrer deux adultes sans aucun problème.

Pour ce qui est de la malle, on joue de générosité également, il est certain que le seuil du coffre est très élevé, mais une fois l’exercice complété, on obtient une aire de 580/1 525 litres la banquette abattue.

Les gros bras
Dans le X6, on ne parle pas de demi-mesure. Ici, ne pensez pas trouver de quatre cylindres ou d’hybride, on n’y est pas. On retrouve plutôt un compétent V6 de 3,0 litres et surtout deux gros V8 dont le tonitruant de la version M avec le V8 de 4,4 litres de 575 chevaux. Heureusement, pour cet essai, on adopte la carte du juste milieu avec le X6 xDrive50i qui elle vient avec un V8 aussi de 4,4 litres, mais cette fois « restreinte » à 445 ch.

Véritable merveille d’ingénierie avec son biturbo, il se montre extrêmement brillant et surtout amplement puissant pour le commun des mortels. Le couple est plus que généreux à 479 lb-pi dès 2 000 tr/min. La vélocité est toujours au rendez-vous, et ce, peu importe la vitesse à laquelle on veut refaire une accélération vive. D’ailleurs, malgré son poids 2 345 kg, il exécute le 0-100km/h en 4,8 secondes. À ce niveau, c’est presque violent.

Il faut donner une mention d’excellence à la boite automatique à huit rapports qui enfile les embranchements avec fluidité et subtilité. Bien que l’on ait un mode manuel, il ne sert pas beaucoup et se montre plus ou moins pertinent tant l’étagement est bien fait.

Là où l’on peut s’impressionner, c’est au niveau de la consommation que l’on peut contenir malgré cette vaste cavalerie. Au terme de l’essai, la tangente s’est maintenue à  12,8 litres/100km.

Solide comme le roc
Même s’il est gros, massif, haut sur patte et particulièrement lourd, le X6 demeure un véritable BMW. Il se montre agile et agréable à conduire. Étant de l’école bavaroise, on enfile les virages avec un degré d’enthousiasme soutenu sans crainte de le voir faillir. Planter sur la route grâce à ses énormes pneus, il est imperturbable.
Les suspensions ne se dévoilent dynamiques qu’en mode Sport qui raffermit l’ensemble du X6. La direction et la gestion du couple moteur y passent également.

Dans ces conditions, c’est un véritable jouet. On peut aussi se calmer les ardeurs et opter pour le mode « ECO » qui est une utopie dans ce type de produit. Dans tous les cas, on jouit du système de traction intégrale xDrive dont la réputation n’est pas surfaite et se veut l’un des meilleurs programmes du genre au monde. De toute façon, à ces niveaux, ils sont tous excellents.

Conclusion
Le X6 est d’abord et avant tout une affirmation de ce que l’on veut projeter. Indéniablement, dans son cas, on ne désire pas passer pour une petite collégienne. On vise les gros bras obsédés par le gym ou ceux qui sont clairement en train de vivre une crise existentielle et qui ont besoin d’un véhicule à la très forte personnalité pour se définir. Il n’en demeure pas moins que le X6 est un produit exceptionnel sur tous les points de vue.

À lire également:
Essai du Mercedes-Benz GLE Coupé 2016,
Essai de la BMW Série 7 2015

Marque

BMW

Version

xDrive50i

Options

Ensemble Premium, Ensemble M Sport

Échelle de prix

83 190 $

Version à l’essai

xDrive50i

Marque

Moteur

V8, 4,4 litres 445 ch @ 5 500 tr/min, 479 lb-pi de 2 000 à 4 500 tr/min

Transmission

Automatique à 8 rapports

Autre conduite

Traction intégrale à prise constante

Consommation annoncée (ville)

16,1 l/100km

Consommation annoncée (route)

10,9 l/100km

Consommation enregistrée

12,8 l/100km

Garantie de base

4 ans / 80 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

4 ans / 80 000 km

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer