Audi A4 2017 - messages.columnarticles-details.Columns

Standard

Audi A4 2017

ESSAI DE L'AUDI A4 2017

Benoit Charette

9 septembre 2016

Comportement routier exemplaire
Mariage moteur/transmission exceptionnel
Habitacle plus invitant
Technologie de haut niveau

Design timide
Version de base peu inspirante
Facture salée


Standard

Données techniques

Marque

Audi

Version

2.0T Quattro Tecknik

Options

Peinture Scuba Blue (890$), pare-soleils de glaces latérales arrière (300$), sièges arrière chauffants (350$), visualisation tête haute (1 000$), sièges confort S-Line (800$), ensemble assistance à la conduite (2 000$), ensemble sport S-Line (2 250$)

Échelle de prix

60 385$ + 2 095$ (transport et préparation) = 62 480$

Version à l’essai

2.0T Quattro Tecknik

Marque

Moteur

4 cyl, 2,05 litres turbo, DACT, 252 chevaux @ 5 000 tr/min, 273 lb-pi de 1 600 @ 4 500 tr/min

Transmission

Automatique (séquentielle à double embrayage) à 7 rapports

Autre conduite

Traction intégrale à prise constante

Consommation annoncée (ville)

11,0 l aux 100 km

Consommation annoncée (route)

7,8 l aux 100 km

Consommation enregistrée

8,9 l aux 100 km

Garantie de base

4 ans / 80 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

4 ans / 80 000 km

Quoi? Un nouveau modèle? L’A4 2017 est pourtant presque identique à celle qu’on nous offrait depuis plusieurs années. Ceux qui attendaient impatiemment un nouveau modèle révolutionnaire restent donc clairement sur leur appétit avec cette nouvelle mouture. Et il faut dire que le design stagne chez Audi, qui peine depuis quelque temps à se démarquer avec de nouvelles directions stylistiques. Qu’il s’agisse de la nouvelle TT, de la R8 ou même du Q7, ces véhicules ne sont aujourd’hui que le reflet plus moderne d’un modèle qui lors de sa sortie initiale, avait chamboulé le paysage automobile. Mais aujourd’hui, plus question de se démarquer ou même d’innover. On joue la carte de la timide évolution pour ne pas déplaire.

 

Quoi? Un nouveau modèle? L’A4 2017 est pourtant presque identique à celle qu’on nous offrait depuis plusieurs années. Ceux qui attendaient impatiemment un nouveau modèle révolutionnaire restent donc clairement sur leur appétit avec cette nouvelle mouture. Et il faut dire que le design stagne chez Audi, qui peine depuis quelque temps à se démarquer avec de nouvelles directions stylistiques. Qu’il s’agisse de la nouvelle TT, de la R8 ou même du Q7, ces véhicules ne sont aujourd’hui que le reflet plus moderne d’un modèle qui lors de sa sortie initiale, avait chamboulé le paysage automobile. Mais aujourd’hui, plus question de se démarquer ou même d’innover. On joue la carte de la timide évolution pour ne pas déplaire.

Au-delà des lignes de la nouvelle A4 qui, au passage, demeurent tout de même jolies, se trouve bien sûr une évolution technologique marquée. Celle-ci devient évidente à la minute où l’on se glisse à bord de la voiture, laquelle nous fait rapidement oublier le modèle de précédente génération. En fait, la nouvelle A4 reprend la nouvelle formule du poste de conduite d’abord lancé avec la TT, ce qui inclut une instrumentation à graphisme modulable des plus modernes. Le conducteur peut donc bénéficier d’une instrumentation où se reflète au choix une carte de navigation, des données de performance ou une instrumentation plus traditionnelle avec cadrans circulaires. À cela s’ajoute dans certains cas la visualisation tête haute, particulièrement efficace, où l’essentiel de l’information est projetée au pare-brise.

La nouvelle A4 est plus spacieuse, plus confortable et encore plus riche en matière de finition. Pour la première fois, les places arrière offrent un minimum de dégagement. Toutefois, les places avant demeurent bien sûr les plus invitantes, proposant une assise confortable et une excellente latitude au niveau des ajustements. Mentionnons également que le poste de conduite, épuré, se veut lui aussi plus élégant et de belle facture.

En attendant la S4
Sans surprise, Audi nous revient cette année avec un moteur 2,0 litres turbocompressé, optimisé à 252 chevaux. Extrêmement performant, il permet de passer de 0 à 100 km/h en 6,2 secondes, avec une incroyable facilité. En fait, il faut également accorder à l’A4 le bénéfice d’une nouvelle boîte séquentielle à double embrayage S-Tronic à sept rapports, dont la précision et le niveau de performance éclipsent pour l’heure toute compétition. Pas de doute, le mariage moteur/transmission de cette voiture est exceptionnel. Sans compter que le tout fait équipe avec le rouage intégral Quattro. Bref, côté mécanique, l’A4 a tout pour faire rougir la compétition. Sachez cependant qu’Audi a choisi la méthode BMW pour rejoindre une plus large clientèle, proposant désormais un modèle de base à roues motrices avant avec moteur dégonflé de 190 chevaux. Gageons que de nombreux acheteurs souvent plus intéressés par le logo que le produit lui-même mordront à l’hameçon. Quant à la S4, elle sera bientôt disponible et de retour avec son V6 suralimenté, dont la puissance passe de 333 à 354 chevaux.

Timide, mais athlétique
L’A4 ne fait pas tourner les têtes, mais peut en revanche faire mordre la poussière à la plupart de ses rivales. En effet, aucune autre berline comparable à moteur quatre cylindres ne se fait aujourd’hui aussi agile et performante. Plus stable, plus aérodynamique, équipée d’une suspension magnifiquement développée et d’une direction extrêmement précise, elle transmet également à son conducteur de fortes sensations routières. L’agrément de conduite est donc plus que jamais au rendez-vous, ce qui ne signifie pas pour autant qu’on perd au change en matière de confort. Évidemment, les roues de 19 pouces feront ressentir davantage les imperfections de la route, mais la rigidité structurelle jumelée à une suspension hyper efficace permet encore une fois de bien absorber les chocs.

Après un essai exhaustif, l’A4 qui me laissait préalablement indifférent est rapidement devenue pour moi, une nouvelle référence. Son comportement optimisé, sa perte de poids, sa magnifique motorisation et son habitacle plus riche font d’elle une voiture extrêmement intéressante. Une voiture que l’on se procure pour se faire plaisir, qui n’est certainement pas débordante d’originalité, mais qui aura sans doute l’avantage de mieux vieillir que la plus récente génération de la Mercedes-Benz de Classe C. Reste à voir si la fiabilité sera au rendez-vous.
 

Marque

Audi

Version

2.0T Quattro Tecknik

Options

Peinture Scuba Blue (890$), pare-soleils de glaces latérales arrière (300$), sièges arrière chauffants (350$), visualisation tête haute (1 000$), sièges confort S-Line (800$), ensemble assistance à la conduite (2 000$), ensemble sport S-Line (2 250$)

Échelle de prix

60 385$ + 2 095$ (transport et préparation) = 62 480$

Version à l’essai

2.0T Quattro Tecknik

Marque

Moteur

4 cyl, 2,05 litres turbo, DACT, 252 chevaux @ 5 000 tr/min, 273 lb-pi de 1 600 @ 4 500 tr/min

Transmission

Automatique (séquentielle à double embrayage) à 7 rapports

Autre conduite

Traction intégrale à prise constante

Consommation annoncée (ville)

11,0 l aux 100 km

Consommation annoncée (route)

7,8 l aux 100 km

Consommation enregistrée

8,9 l aux 100 km

Garantie de base

4 ans / 80 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

4 ans / 80 000 km

RPM est fière de vous livrer des opinions 100% indépendantes. Nos essais routiers et nos essais comparatifs ne sont pas exigés ni commandités par les constructeurs automobiles.

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer