Acura TLX 2015 : un quatre cylindres à la rescousse - messages.columnarticles-details.Columns

Standard

Acura TLX 2015 : un quatre cylindres à la rescousse

Benoit Charette

3 septembre 2014

Groupe motopropulseur exceptionnel
Agrément de conduite impressionnant
Confort et position de conduite
Technologie de pointe

Pas de traction intégrale avec quatre cylindres
Aucune version sport (Type S)
Choix de couleurs et garnitures intérieures


Standard

Données techniques

Marque

Acura

Version

Tech

Options

aucune

Échelle de prix

38 690 $ + 1850 $ (transport et préparation)

Version à l’essai

Tech

Marque

Moteur

4 cyl, 2,4 litres, DACT, 206 ch @ 6 800 tr-min, 182 lb-pi @ 4 500 tr-min

Transmission

Automatique (séquentielle à double embrayage) à 8 rapports

Autre conduite

Roues motrices avant

Consommation annoncée (ville)

9,6 l aux 100 km

Consommation annoncée (route)

6,6 l aux 100 km

Consommation enregistrée

8,1 l aux 100 km

Garantie de base

4 ans / 80 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / 100 000 km

Soyons francs, les stratégies de commercialisation d’Acura, principalement du côté des voitures, n’ont pas réellement fonctionné ces dernières années. En effet, entre les CSX/ILX trop peu prestigieuses et les RL/RLX trop discrètes, se trouvaient jusqu’ici des TL et TSX, inchangées depuis trop longtemps. Par conséquent, on s’est retroussé les manches du côté d’Acura pour créer un modèle capable de remplacer la TL, mais également pour attirer une clientèle perdue au fil des ans, en raison d’une TSX trop peu convaincante.

L’entre-deux
Ainsi, les stylistes de la marque, maintes fois critiqués ces dernières années, ont accouché d’une TLX dont les dimensions se situent à mi-chemin entre celles de ses deux devancières. La ligne de la voiture se veut donc plus racée, notamment en raison de ces hanches élargies, de son pavillon abaissé et de sa partie arrière tronquée, mais aussi parce que l’empattement demeure identique à celui de la TL. Toutefois, difficile d’affirmer que le résultat est au final aussi impressionnant que celui de certaines rivales, comme la Lexus IS ou la Mercedes-Benz de Classe C. Sans doute, les accessoires esthétiques disponibles en option permettront de lui donner une gueule plus dynamique, mais dans les faits, la voiture demeure un peu timide sur le plan esthétique.

Heureusement, les stylistes ont joué davantage d’audace en concevant l’habitacle, dont la présentation est à la fois moderne et soignée. Certes, les fausses boiseries auraient pu laisser place à des matériaux un peu moins classiques, et il est vrai que l’offre unique d’un habitacle tout en noir, avec certaines teintes extérieures, est un brin décevante. Toutefois, la qualité de finition, tout comme le dessin de la planche de bord et de la console centrale, est splendide. Qui plus est, Acura s’est mis à jour en matière d’équipement, proposant les toutes dernières technologies en matière de gestion informatique, d’équipement multimédia et de connectivité. Et heureusement, cela n’affecte aucunement l’ergonomie, qui se voit d’ailleurs améliorée par rapport aux précédents modèles. Le conducteur profite donc de deux écrans superposés, d’une multitude d’espaces de rangement, et même de caractéristiques exclusives au marché canadien, tels le pare-brise dégivrant, les lave-phares et le volant chauffant.

Au volant, la position de conduite est irréprochable. Le siège est non seulement confortable, mais propose beaucoup de latitude au niveau des ajustements. Acura admet cependant ne pas avoir priorisé l’espace arrière, mais si ce dernier est plus généreux que chez la plupart des berlines sport allemandes. On s’est plutôt concentré à offrir un coffre offrant une plus grande ouverture et un meilleur volume de charge, ce qui est tout à fait logique lorsqu’on sait que moins de 20% des acheteurs utiliseront les places arrière sur une base régulière.

En plus de son V6 ultra performant, Acura propose cette année un nouveau moteur à quatre cylindres de 2,4 litres, proposant 206 chevaux de puissance. Doté de l’injection directe de carburant et d’un système d’admission variable, ce moteur fait également équipe avec une toute nouvelle boîte séquentielle à double embrayage, développée spécifiquement pour ce modèle. Qui plus est, à défaut de proposer la traction intégrale offerte avec le moteur V6, la TLX à moteur quatre cylindres se dote de la technologie P-AWS, à quatre roues directionnelles. Ainsi, les roues arrière pivotent sur un angle maximal de 1,8 degré afin d’améliorer la maniabilité. Par exemple, les roues arrière pivotent à basse vitesse dans l’angle opposé aux roues avant, pour faciliter les manœuvres en milieu urbain ou de stationnement, alors qu’à grande vitesse, l’inverse se produit, encore une fois pour améliorer l’agilité de la voiture.

La conduire, c’est l’adopter
Sur la route, le comportement est par conséquent exceptionnel, résultant également d’une grande amélioration en matière de rigidité structurelle. La voiture, dont le poids demeure inférieur à 1 600 kilos, démontre une maniabilité insoupçonnée et une nervosité digne d’une voiture sport. Il faut dire que la TLX propose également une conduite à la carte, ce qui permet au conducteur de choisir parmi quatre différents modes de conduite, pour un comportement plus sportif ou plus axé sur le confort. Cette fonction permet donc de modifier les paramètres de la boîte séquentielle, la livraison de la puissance ainsi que la fermeté de la direction.

Extrêmement maniable, la TLX impressionne aussi en matière de confort, profitant d’une suspension magnifiquement calibrée, ainsi que d’un procédé d’isolation qui permet de réduire au minimum les bruits de roulement et les sifflements éoliens. Par conséquent, la conduite est aussi amusante qu’agréable au quotidien, ce qui constitue un net avantage par rapport à certaines rivales, incapables d’offrir un aussi bel équilibre en matière de comportement.

Avec un prix de départ d’environ 35 000$, la TLX à moteur quatre cylindres risque sincèrement de connaître un excellent succès. Acura prévoit pourtant que seulement 25% des acheteurs pencheront pour le quatre cylindres, un non-sens à la vue du marché d’aujourd’hui. Il est toutefois dommage que le constructeur ne soit pas en mesure pour l’instant de nous offrir le rouage intégral avec cette motorisation, qui séduira à coup sûr toute personne qui acceptera d’en faire l’essai. Quant à moi, je déplore le fait qu’on ait omis de proposer une version esthétiquement plus vitaminée, par exemple un modèle Type S, qui aurait pu attirer une clientèle plus jeune ou en quête d’une voiture affichant une image plus sportive. Le succès des ensembles S-Line, M, F et AMG (vendus chez Audi, BMW, Lexus et Mercedes-Benz) témoigne d’ailleurs de l’engouement de la clientèle pour les voitures esthétiquement plus dynamiques.

 

Marque

Acura

Version

Tech

Options

aucune

Échelle de prix

38 690 $ + 1850 $ (transport et préparation)

Version à l’essai

Tech

Marque

Moteur

4 cyl, 2,4 litres, DACT, 206 ch @ 6 800 tr-min, 182 lb-pi @ 4 500 tr-min

Transmission

Automatique (séquentielle à double embrayage) à 8 rapports

Autre conduite

Roues motrices avant

Consommation annoncée (ville)

9,6 l aux 100 km

Consommation annoncée (route)

6,6 l aux 100 km

Consommation enregistrée

8,1 l aux 100 km

Garantie de base

4 ans / 80 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans / 100 000 km

RPM est fière de vous livrer des opinions 100% indépendantes. Nos essais routiers et nos essais comparatifs ne sont pas exigés ni commandités par les constructeurs automobiles.

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer