Volkswagen Jetta GLI 2019, la berline GTI qui vit dans l’ombre - messages.columnarticles-details.Columns

Standard

Volkswagen Jetta GLI 2019, la berline GTI qui vit dans l’ombre

Parmi les voitures compactes à vocation plus sportive, la Volkswagen Jetta GLI n’est pas la plus réputée, mais elle mérite tout de même l’attention.

Sylvain Raymond

27 novembre 2019

Bon équilibre au quotidien
Belle sonorité du moteur
Bon niveau d’équipement pour le prix

Habitacle terne
Moins flamboyante
Essence super requise

Standard

Données techniques

Marque

Volkswagen

Version à l’essai

GLI

Marque

Moteur

L4 2,0 litres turbo de 228 ch de à 5 000 tr/min, 258 lb-pi à 1 700 tr/min

Si l’on vous demande de nommer une compacte à vocation sportive chez Volkswagen, il y a fort à parier que ce sera la Golf GTI ou même son dérivé encore plus dynamique, la « R ». Il y en a pourtant une autre. Elle célèbre cette année ses 35 ans d’existence et est mieux connue des amateurs de la marque allemande : la Jetta GLI. Elle est ni plus ni moins l’équivalent de la Golf GTI, mais sous les traits d’une berline à quatre portes.  Malheureusement, elle vit dans l’ombre de la GTI et n’a jamais obtenu l’attention qu’elle mérite.

Basée sur la septième génération de la Jetta, la GLI a toujours séduit en raison de son équilibre entre confort et performance. Elle s’adresse à ceux qui sont rationnels dans l’achat d’un véhicule, mais qui laissent cependant place à leur cœur et à la passion. Elle n’est pas extrême, elle procure simplement la petite dose de dynamisme que tout passionné d’automobile recherche.

Vendue au prix de base de 31 695 $, ce qui n’est pas démesuré compte tenu de ce qu’elle offre, elle brille donc par son prix alléchant et  par un niveau d’équipement assez relevé. Pas la peine de se lancer dans des ensembles d’options pour obtenir tout ce que l’on désire, les sièges chauffants avant et arrière et en cuir sont de série, ainsi que le climatiseur automatique à trois zones.  Bref, elle en offre plus, pour beaucoup moins que plusieurs rivales qui logent chez les marques de luxes telles Mercedes-Benz et BMW.

Côté style, la GLI se montre plus vivante que la Jetta ordinaire, sans tomber dans l’excès comme c’est le cas de certaines rivales plus tape-à-l’œil. Nous avions à l’essai l’Édition 35e anniversaire qui ajoutait quelques exclusivités, notamment des jantes Sevilla de 18 pouces grises comprenant un cercle rouge, un petit aileron arrière noir et quelques écussons soulignant l’occasion. Sa carrosserie peinte en « Gris Pure » apportait un beau contraste et permettait de bien mettre en valeur la grille alvéolée noir traversée par une bande rouge.

Malgré qu’elle soit assez distinctive par rapport à la Jetta de base, la GLI n’a pas l’aura et le panache de la Golf GTI, on a l’impression que le budget qui lui est consacré n’est pas le même et c’est dommage. C’est un des éléments qui expliquent sans doute pourquoi elle demeure dans l’ombre de sa sœur.

Cliquez sur Vie à bord pour la suite de l'essai.

La Jetta s’est embourgeoisée au fil des ans et la GLI y passe également. L’aménagement est fonctionnel, mais manque un peu d’éclat, principalement à cause des nombreux panneaux foncés et durs. On a songé à ajouter un pédalier métallisé, un volant sport et quelques imitations de surpiqûres rouges ici et là, mais c’est en regardant de très près que l’on découvre les petits tours de passe-passe qui certes donnent un peu de vie à la plus sportive des Jetta dont l’apparence finale fait tout de même bon marché. Remarquez que ce n’est guère mieux dans la Subaru WRX. À bord, la Jetta GLI ne peut manifestement pas rivaliser avec des modèles arborant un logo plus huppé.

L’instrumentation entièrement numérique s’affiche à travers un écran de 10,25 pouces, on peut le personnaliser selon nos goûts et ce dernier apporte un air de jeunesse à cette récente génération, tout comme l’écran tactile du système d’infodivertissement dont les principaux irritants - sa grande distraction et les menus complexes - sont rapidement contournés grâce à sa compatibilité avec Apple CarPlay et Android Auto. Seules les commandes classiques du climatiseur logées un peu plus bas semblent dater d’une autre époque. Heureusement, l’ensemble est bien orienté vers le conducteur, ce qui facilite l’utilisation.

L’avantage de la Jetta, c’est sa capacité à accueillir cinq passagers avec un bon niveau de confort, tout en disposant d’un coffre très logeable, assez pour transporter un équipement de hockey et même ses bâtons si l’on est en mesure d’abaisser l’une des deux sections de la banquette arrière. Elle s’avère une bonne voiture familiale avec en prime une belle dose de sportivité.

Cliquez sur Technique pour la suite de l'essai.

Depuis sa naissance, la Jetta GLI a toujours profité du même moteur et du même choix de transmission que sa sœur la Golf GTI. Il n’est donc pas étonnant de retrouver sous son capot le moteur quatre cylindres à injection directe de 2,0 litres turbocompressé qui développe 228 chevaux pour un couple de 258 lb-pi. C’est tout de même beaucoup plus joyeux que le quatre cylindres de 1,4 litre de 147 chevaux qui équipe les Jetta ordinaires.

La puissance est envoyée aux roues avant par le biais d’une boîte manuelle à six rapports, notre véhicule d’essai disposait plutôt de la boîte à double embrayage à sept rapports, très efficace et  vraiment plus agréable dans les nombreux bouchons. Attention toutefois à son coût de remplacement par rapport à une boîte automatique classique. La transmission DSG ajoute un système d’arrêt/démarrage du moteur, mais on a eu tôt fait de le désactiver, il avait souvent tendance à éteindre le moteur au mauvais moment.

Il n’y pas que le moteur et la transmission qui distinguent la GLI, elle hérite d’une quincaillerie beaucoup plus relevée, à commencer par les freins qui sont dérivés de la Golf R - une transplantation intéressante - alors que la suspension arrière à essieu rigide de la Jetta de base laisse place à une suspension multibras, plus dispendieuse, mais surtout plus efficace lorsque vient le temps de prendre un virage, ou une sortie d’autoroute plus rapidement.

Cliquez sur Au volant pour la suite de l'essai.

Heureusement la GLI n’est pas qu’une question d’apparence et on le découvre dès que l’on en prend le volant. La direction est beaucoup plus précise et donne une bonne impression de contrôle, on a su inhiber dans sa conduite ses nombreux gains en dimension et en poids. Toutes les Jetta profitent également de la nouvelle plate-forme MBQ de Volkswagen, ce qui à la base leur octroie une fondation beaucoup plus rigide.

En virage, la suspension, qui dispose d’amortisseurs sports, maîtrise très bien les transferts de poids, la voiture qui s’appuie et qui demeure stable tout au long de la courbe avec un léger sous-virage en cas d’excès de confiance.  L’ajout de barres antiroulis contribue à la cause.  Il faut aussi mentionner que la GLI est plus près du sol d’environ 0,6 pouce, ce qui abaisse son centre de gravité et améliore son comportement.

On a eu la bonne idée d’intégrer un large repose-pied, métallisé pour la GLI, un élément qui non seulement s’avère plus confortable en conduite, mais dont le but est de nous permettre de bien nous ancrer au siège, plutôt que de nous accrocher au volant en conduite plus dynamique. Quant aux sièges, ils manquent de support latéral, on aimerait un peu plus de maintien, particulièrement dans la GLI. Si vous êtes le moindrement maigre, c’est mon cas, on glisse de gauche à droite.

Au volant, on ressent bien la puissance, le couple est déployé rapidement et sans délai. La boîte DSG fait un boulot magnifique, elle est plus efficace que la manuelle, mais elle n’offre pas la même sensation de contrôle qu’une manuelle, et ce, même en utilisant son mode manuel. Différents modes de conduites permettent de modifier la personnalité de la GLI. On a préféré bien entendu le mode Sport qui est celui qui rend le mieux justice aux prétentions de la voiture, d’autant plus qu’il permet d’entendre un peu mieux le son du moteur, une caractéristique de la GLI appréciée de nos passagers.

Cliquez sur Conclusion pour la suite de l'essai.

Marque

Volkswagen

Échelle de prix

36 645 $

Version à l’essai

GLI

Transport et préparation

1 685 $

Marque

Moteur

L4 2,0 litres turbo de 228 ch de à 5 000 tr/min, 258 lb-pi à 1 700 tr/min

Transmission

Automatique à double embrayage à 7 rapports (DSG)

Autres moteurs

L4 de 1,4 litre turbo; 147 ch à 5 000 tr/min, 184 lb-pi de 1 500 à 3 500 tr/min

Consommation annoncée (ville)

9,4 L/100 km

Consommation annoncée (route)

7,35 L/100 km

Volume du coffre

396 litres

Longueur (mm)

4 705

Largeur (mm)

1 799

Hauteur (mm)

1 443

Réservoir d’essence

50 litres

Malgré tout, la Jetta GLI réussit à survivre dans un créneau en perte de vitesse depuis des années et on ne peut que s’en réjouir. Il ne reste plus beaucoup de berlines compactes à vocation sportive et la bonne nouvelle c’est que Volkswagen a réduit son prix afin de mousser les ventes. On obtient donc un véhicule drôlement intéressant pour le prix et surtout, plus abordable en assurance que la modèles GTI et R.

RPM est fière de vous livrer des opinions 100% indépendantes. Nos essais routiers et nos essais comparatifs ne sont pas exigés ni commandités par les constructeurs automobiles.

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer