Subaru Outback 2020 – Quoi de neuf docteur? - messages.columnarticles-details.Columns

Premier contact

Subaru Outback 2020 – Quoi de neuf docteur?

Le VUS compact Subaru Outback nous arrive pour 2020 sous une toute nouvelle génération.

Sylvain Raymond

30 septembre 2019

Efficacité du rouage intégral
Meilleure finition intérieure
Puissance du nouveau moteur

Transmission CVT moins agréable 
Monotonie du tableau de bord dans les modèles de base 
Systèmes d’aide trop intrusifs

Premier contact

Données techniques

Marque

Subaru

Échelle de prix

30 695 $ - 43 795 $

Marque

Moteur

4-cylindres de 2,5 litres atmosphérique

Transmission

CVT

Autres moteurs

4-cylindres de 2,4 litres turbocompressé

Garantie de base

3 ans/60 000 km

Whitehorse, Yukon – Après l’introduction de la Legacy 2020 il y a quelques semaines, c’est au tour de la nouvelle Outback de se montrer le bout du nez. Au menu, nouvel intérieur et surtout, retour d’un moteur turbocompressé.

L’Outback demeure un modèle emblématique pour Subaru, lui qui se situe à mi-chemin entre une familiale, plus haute sur pattes, et un VUS. En 25 ans de carrière, l’Outback a toujours séduit en raison de ses capacités supérieures hors des sentiers battus, un élément favorisé par son dégagement supérieur et son excellent rouage intégral. Il demeure le véhicule de prédilection pour ceux qui ont un style de vie actif et qui doivent se déplacer en régions plus isolées, dans la rigueur de l’hiver. Suffit de visiter une station de ski pour voir une importante concentration de Outback.

Pour 2020, l’Outback se refait une beauté et le modèle nous arrive sous une sixième génération. Les évolutions sont lentes chez Subaru, très lentes. Le VUS compact conserve sa silhouette classique, mais on remarque une ligne de toit plus fuyante à l’arrière, ce qui réduit l’effet « boîte carrée ».

Le modèle a perdu au fil des années bon nombre de ses panneaux de carrosserie en plastique gris, surtout sur les côtés; c’est plus chic. Subaru mentionne que l’agencement s’apparente maintenant à des bottes de randonnée, les semelles s’élevant autour du pied. Les lignes de l’Outback ne font pas l’unanimité, mais l’important pour le constructeur, c’est qu’elles plaisent à ses fidèles. Eh oui, même s’il se bat principalement contre les Toyota RAV4 et Honda CR-V, l’Outback profite d’une clientèle d’acheteurs loyaux, chose de plus en plus rare de nos jours.

Le modèle fait toujours dans la sobriété et le choix de couleurs de carrosserie le prouve. Rien de très éclatant. Une version Outdoor XT a toutefois été ajoutée, cette dernière qui se démarque par sa thématique monochrome incluant jantes, miroirs, emblème et grille peints en noir. L’effet est assez réussi, surtout lorsque jumelé à la carrosserie blanche ou noire.

Le Subaru Outback 2020 repose sur la nouvelle architecture globale de Subaru qui sert maintenant de base pour les Legacy, Impreza, Forester et Ascent. Elle profite de dimensions un peu plus généreuses, plus longue de 36 mm et plus large de 57 mm. Les ingénieurs ont principalement utilisé ce gain pour offrir plus d’espace à bord, particulièrement pour les passagers arrière.

À VOIR AUSSI : Essai éclair du Subaru Forester Premier 2019

Ce qu’on reprochait à l’Outback – et à plusieurs autres modèles de Subaru – c’était l’aménagement intérieur et la qualité de finition. La présentation et l’impression de luxe n’étaient pas à la hauteur de ce qu’on retrouvait chez la concurrence, surtout dans le cas de l’Outback qui s’attire également les faveurs des amateurs de véhicules de luxe.

Subaru semble avoir fait le même constat puisque le nouveau Outback profite d’un tableau de bord entièrement remanié dont la présentation est de loin supérieure à celle d’avant. Les livrées de base profitent d’un système d’infodivertissement qui comprend deux écrans tactiles, mais c’est surtout celui qui équipe les versions plus cossues qui retient l’attention. L’écran haute définition de 11,6 pouces est entièrement intégré au tableau de bord et monté à la verticale. Sa présentation n’est pas sans nous rappeler les dernières nouveautés de Volvo, et la bonne nouvelle, c’est que c’est très réussi. Tout peut être contrôlé assez facilement grâce à des menus simples à comprendre, et le fabricant a pris soin de conserver des commandes traditionnelles pour le réglage du volume et des stations. La qualité du système audio est aussi en hausse, une autre amélioration.

Côté technique, l’Outback a beaucoup en commun avec la Legacy, modèle récemment redessiné dont mon collègue a fait l’essai début septembre. De série, il est équipé d’un moteur atmosphérique de 2,5 litres qui nous est familier, mais profite d’un peu plus de puissance – 182 chevaux et 176 lb-pi de couple – en raison d’une refonte complète de ses composantes et de l’ajout de la technologie d’injection directe.

La grande nouveauté, c’est la mise au rancard du six-cylindres de 3,6 litres et le retour d’un moteur turbocompressé qui équipe les versions XT. C’est en fait le même qu’on retrouve sous le capot du Subaru Ascent. D’une cylindrée de 2,4 litres, il produit une puissance de 260 chevaux, mais c’est surtout son couple de 227 lb-pi développé très rapidement qui le rend efficace. Heureusement, le moteur ne requiert pas de carburant super, ce qui nous évite un déboursé supplémentaire à la pompe.

Les deux moteurs sont jumelés à une transmission à variation continue CVT; seul choix qu’on peut critiquer. Subaru l’utilise à toutes les sauces puisqu’elle favorise l’économie de carburant tout en s’avérant moins dispendieuse, mais ce type de transmission procure toujours un comportement moins naturel et ce, malgré tous les efforts faits en programmation pour réduire cet irritant.

Rien à dire toutefois du côté du rouage intégral qui équipe bien évidemment toutes les Outback. Il demeure l’un des plus efficaces sur le marché et c’est le premier atout du véhicule.

Nous avons essayé la toute nouvelle Outback 2020 loin des grands centres, dans son environnement de prédilection. Notre traversée du Yukon vers la petite ville de Skagway en Alaska nous a permis de découvrir un véhicule mieux insonorisé et plus confortable en général que par le passé, et ce, sur tout type de chaussée. La rigidité accrue du véhicule y est pour beaucoup.

Le moteur de base n’est pas à négliger, mais dès qu’on adopte une conduite plus dynamique ou qu’on effectue des manœuvres de dépassement, il a fort à faire pour maintenir le rythme pendant que la boîte CVT le maintient à un régime élevé, rendant sa sonorité plus envahissante. Si vous songez à circuler avec plusieurs passagers et lourdement chargé, le moteur suralimenté devient beaucoup plus intéressant. Les accélérations sont plus franches et les manœuvres de dépassement sont simplifiées. On l’a bien apprécié lorsqu’est venu le temps de dépasser la horde d’autobus et de véhicules de location remplis de vacanciers fraîchement débarqués des navires de croisière. C’est également la mécanique qui autorise la plus grande capacité de remorquage : 3 500 livres.

Étonnement, l’Outback n’offre pas de système permettant de personnaliser sa conduite. Pas de mode sport, économe ou autre, le véhicule n’a qu’une seule personnalité et il faut composer avec. Seul le rouage intégral de certaines versions peut être moduler en fonction du type de terrain. Après un dîner assez copieux le système DriverFocus de Subaru, sa caméra braquée sur le visage du conducteur, scrutait attentivement nos moindres réactions afin de s’assurer que notre attention était portée sur la route. Disons que les décors magnifiques provoquaient beaucoup plus ses avertissements que notre envie de faire la sieste.

On a eu la chance de sortir des sentiers battus afin de mettre à l’essai les aptitudes hors route de l’Outback. Le système X-Mode contrôle la transmission, la puissance du moteur et la répartition du couple du rouage intégral afin d’assurer au véhicule un maximum de traction dans les sentiers, que ce soit en montée ou en descente.

La version Outdoor XT permet en prime de sélectionner quelques modes, dont « Neige et pierre » ainsi que « Boue et neige ». Peu importe, l’Outback est très capable, et si malgré tout vous demeurez coincé, préparez-vous à pelleter car la situation s’avérerait alors assez critique.

Marque

Subaru

Échelle de prix

30 695 $ - 43 795 $

Marque

Moteur

4-cylindres de 2,5 litres atmosphérique

Transmission

CVT

Autres moteurs

4-cylindres de 2,4 litres turbocompressé

Consommation annoncée (ville)

9,0 L/100 km

Consommation annoncée (route)

7,1 L/100km

Volume du coffre

920 litres

Longueur (mm)

4 860 mm

Largeur (mm)

1 897 mm

Hauteur (mm)

1 687 mm

Empattement (mm)

2 745 mm

Capacité de remorquage

3 500 lb

Garantie de base

3 ans/60 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans/100 000 km

Le Subaru Outback 2020 continue de jouer son rôle de véhicule aventurier et cette sixième génération apporte plusieurs changements corrigeant les lacunes du passé. De toutes les versions, on a préféré la Outdoor XT (38 695 $) qui non seulement est plus attrayante visuellement, mais offre un bon niveau d’équipement sans devenir trop dispendieuse. Son moteur turbocompressé apporte un comportement plus engageant et des capacités supérieures. Les amateurs de véhicules électriques restent toutefois sur leur appétit puisque le constructeur n'a toujours pas fait le saut dans cette direction avec l’Outback 2020.

RPM est fière de vous livrer des opinions 100% indépendantes. Nos essais routiers et nos essais comparatifs ne sont pas exigés ni commandités par les constructeurs automobiles.

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer