Mercedes-AMG E 53 Coupé 2019 - Le retour du 6-en-ligne - messages.columnarticles-details.Columns

Premier contact

Mercedes-AMG E 53 Coupé 2019 - Le retour du 6-en-ligne

Nous avons goûté brièvement au nouveau 6-en-ligne du coupé Mercedes-AMG E 53 2019.

Vincent Aubé

3 octobre 2018

Douceur du 6-en-ligne

Un coupé confortable

Qualité générale

Pas une vraie sportive

Prix élitiste des options à prévoir

Premier contact

Données techniques

Marque

Mercedes-Benz

Marque

Moteur

L6 turbo 3,0-litres DACT turbo + compresseur électrique + alterno-démarreur EQ Boost, 429 chevaux à 6 100 tr/min, 384 lb-pi à 1 800 tr/min, 22 ch + 184 lb-pi additionnels (EQ Boost)

Transmission

Boîte automatique à 9 rapports avec changements manuels

Garantie de base

4 ans / 80 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

4 ans / 80 000 km

Austin, TX – En marge du lancement de l’AMG GT à 4 portes, le constructeur à l’étoile d’argent avait trimbalé un autre véhicule peaufiné par les ingénieurs de l’aile de performance maison : le Coupé Mercedes-AMG E 53 2019.

Si les prix canadiens de la nouvelle superberline AMG ne sont pas encore connus, on sait d’ores et déjà que les tarifs seront salés, et ce, même pour le modèle de base propulsé par le nouveau 6-cylindres en ligne turbo de 3,0-litres de cylindrée. La bonne nouvelle pour les amateurs d’ingénierie, c’est que le constructeur n’a pas l’intention de s’en tenir uniquement à l’AMG GT pour son grand retour avec une telle mécanique. Ce moteur – et tous ses dérivés – va repeupler l’alignement de la marque au fil des mois et années à venir.

La Classe E n’a pas besoin de ce nouveau 6-cylindres pour plaire aux mordus d’adrénaline puisque la voiture est déjà disponible en livrée E 63, propulsée par un V8 assemblé à la main par les sorciers AMG. Mais, comme on l’observe de plus en plus au sein de cette industrie automobile, les niveaux intermédiaires constituent d’heureux compromis pour les consommateurs qui rechercheraient une voiture teintée d’une bonne dose de performance, sans débourser la somme astronomique exigée pour le haut du pavé.

C’est là qu’entre en scène le nouveau coupé Mercedes-AMG E 53 2019, un modèle qui se décline aussi avec un toit souple. Le sort aura voulu que nous roulions à bord du coupé pour ce premier contact texan. D’ailleurs, je dois le mentionner, cet essai a été de courte durée. Un essai en sol québécois est donc de mise pour voir comment se comporte ce nouveau modèle.

Étant donné qu’il s’agit d’une livrée « entre-deux », la Classe E 53 Coupé ne vend pas la mèche de manière aussi évidente que dans les versions plus épicées de la marque. En plus, le véhicule assigné à ma collègue et moi-même était d’un classicisme dur à battre avec sa carrosserie bourgogne.

On remarque tout de même la grille de calandre traversée d’un bout à l’autre par cette double bande argentée et ce petit écusson AMG. Le bouclier a bien droit à un aileron logé à quelques pouces du sol, mais son ajout est subtil, un commentaire qui s’applique aussi aux bas de caisse. Heureusement, la portion arrière se distingue davantage avec ce diffuseur et ces pots d’échappement circulaires. Quant aux superbes jantes de 19 pouces, elles sont de mise sur un coupé doté d’une mécanique de 429 chevaux-vapeur.

Une fois assis dans cet habitacle germanique, on remarque tout de suite la différence avec l’explosive AMG GT à 4 portes, l’immense console centrale du bolide ayant laissé sa place pour un tunnel à la fois moins encombrant et plus pratique. Même le levier de la boîte de vitesses retourne sur la colonne de direction comme la plupart des produits de la marque.

La Classe E a toujours été considérée comme une voiture confortable au possible et cette version imaginée par les bonzes d’AMG ne change absolument rien à cette donnée. Les sièges de première rangée sont moelleux à souhait, mais nous retiennent tout de même bien dans les courbes abordées à vive allure. L’accès aux places arrière est plus ardu. Il reste que c’est tout de même plus accueillant que dans une sportive à toit fuyant… heureusement d’ailleurs!

La qualité d’exécution saute aux yeux à l’intérieur, les matériaux étant de très bonne facture, tout comme l’assemblage. L’affichage de ces deux écrans est lui aussi très clair et, autre bonne nouvelle, on y navigue facilement grâce à cette molette, un choix plus traditionnel, mais plus facile au quotidien.

L’élément le plus sportif de cette cabine se retrouve toutefois entre les deux mains du conducteur. Le volant est en effet plus gras que dans les versions « normales » de la Classe E. Même si cette E 53 AMG n’est pas la plus délinquante de la gamme, le simple fait d’offrir un volant agréable à tenir en main est un gros plus, à mon avis.

Nous voilà rendus à la mécanique qui prend place sous ce long capot. Le constructeur a jadis été reconnu pour ses increvables blocs 6-en-ligne, mais depuis l’arrivée des V6 au milieu des années 90, cette architecture mécanique avait été mise de côté par les stratèges du géant allemand.

Or, il semble que le règne des 6-cylindres en V soit menacé. Le constructeur a en effet massivement investi pour l’élaboration de cette nouvelle mécanique aidée d’un turbo et d’un compresseur électrique. Mine de rien, elle livre tout de même une puissance totale de 429 chevaux et un couple tout aussi impressionnant de 384 lb-pi.

L’ajout de l’EQ Boost à l’équation donne à ce groupe motopropulseur 22 chevaux de plus et 184 lb-pi. Cet alterno-démarreur donne un « boost » lors des fortes accélérations, mais il sert aussi à économiser quelques sous à la pompe lors des décélérations ou même lors des arrêts aux intersections.

Comme c’est de plus en plus le cas avec les produits de performance chez Mercedes-Benz, le coupé E 53 profite du rouage intégral 4MATIC+, un facteur qui devrait rassurer les consommateurs québécois qui songeraient à passer du côté utilitaire. Il n’est pas obligatoire de conduire un VUS pour profiter d’une traction intégrale!

Malgré son écusson AMG et sa silhouette de coupé, le coupé Mercedes-AMG E 53 2019 n’est pas une voiture sport dans la plus pure des définitions. Son intégration à la gamme de Classe E confirme d’ailleurs son côté « grand tourisme ». Équipée de la suspension pneumatique RIDE CONTROL+ AMG, le coupé réussit à filtrer les imperfections de la route (soyons francs, le tracé dans la région d’Austin était lisse comme une table de billard). Il est également capable de garder le cap sur un tracé sinueux, la direction de la voiture étant elle aussi assez précise pour s’amuser quelque peu.

Néanmoins, c’est la sonorité, mais surtout l’efficacité du 6-cylindres, qui ressort de ce premier contact. La suralimentation ne cause aucun délai à chaque pression sur la pédale de droite et la puissance de l’engin est amplement suffisante pour éveiller les sens… ou perdre son permis! Je dois aussi mentionner que la boîte automatique à neuf rapports accomplit de l’excellent travail, que ce soit en mode Eco ou Sport+.

Oui, il est vrai que la Classe E 63 est plus brutale, plus démoniaque même, mais le niveau inférieur n’est vraiment pas piqué des vers!

Marque

Mercedes-Benz

Version à l’essai

53

Marque

Moteur

L6 turbo 3,0-litres DACT turbo + compresseur électrique + alterno-démarreur EQ Boost, 429 chevaux à 6 100 tr/min, 384 lb-pi à 1 800 tr/min, 22 ch + 184 lb-pi additionnels (EQ Boost)

Transmission

Boîte automatique à 9 rapports avec changements manuels

Autres moteurs

L4, 2,0-litres turbo DACT, 241 ch, 273 lb-pi V6 biturbo, 3,0-litres DACT, 329 ch (362 ch), 354 lb-pi (369 lb-pi) V8 biturbo, 4,0-litres DACT, 603 ch, 627 lb-pi

Volume du coffre

425 litres (385 litres Cabriolet)

Longueur (mm)

4 842

Largeur (mm)

1 860

Hauteur (mm)

1 428

Empattement (mm)

2 873

Poids à vide

2 009 kg

Réservoir d’essence

66 litres

Garantie de base

4 ans / 80 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

4 ans / 80 000 km

La Classe E de Mercedes-Benz est une valeur sûre à plusieurs niveaux, que ce soit en matière de qualité, de confort ou même de valeur de revente. Il est toutefois un peu plus délicat de se prononcer sur cette nouvelle mécanique, du moins au chapitre de la fiabilité puisqu’elle est fraîchement sortie de l’usine.

Mais, ce court essai en territoire américain a révélé au moins deux choses : Mercedes-AMG maîtrise très bien ce type de mécanique hybride turbocompressée et qu’il n’est absolument pas nécessaire de cocher l’option 63 pour s’amuser au volant d’un coupé intermédiaire issu du catalogue de la marque.

Je réitère tout de même qu’un second essai chez nous pourra ou non confirmer l’excellence de cette livrée E 53 AMG.

RPM est fière de vous livrer des opinions 100% indépendantes. Nos essais routiers et nos essais comparatifs ne sont pas exigés ni commandités par les constructeurs automobiles.

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer