Nissan Sentra 2018 - Hyundai Elantra Berline 2018 - messages.columnarticles-details.Columns

Comparo

Nissan Sentra 2018

Hyundai Elantra Berline 2018

Deux berlines compactes sont nouvellement offertes avec un moteur 4 cylindres turbocompressé de 1,6 litres et une boîte manuelle à six rapports. Laquelle est la plus équilibrée pour le prix demandé ?

Antoine Joubert

4 janvier 2018

Nissan Sentra 2018

Hyundai Elantra Berline 2018

Look réussi

Tempérament sportif

Bonne économie de carburant

Bon équilibre performance/confort

Habitable convivial

Mécanique joueuse

Bonne sonorité

Boîte manuelle courte

Habitacle étriqué

Confort limité

Technologie embarquée dépassée

Habitacle terne

Look extérieur moins distinctif

Comparo

Données techniques

Nissan Sentra 2018

Hyundai Elantra Berline 2018

Marque

Nissan

Marque

Hyundai

Version

25 698 $

Version

24 999 $

Version à l’essai

NISMO

Version à l’essai

Sport

Moteur

L4 1,6 litre Turbocompressé, 188 ch @ 5 600 tr-min, 177 lb-pi de 1 600 à 5 200 tr-min

Moteur

4 cylindres 1,6 litre Turbocompressé à injection directe, DOHC, 201 ch @ 6 000 tr-min, 195 lb-pi de 1 500 à 4 500 tr-min

Consommation annoncée (combinée)

8,7

Consommation annoncée (combinée)

9,4

On le sait, les coupés compacts abordables disparaissent pratiquement tous du marché. En effet, on ne compte désormais que Honda parmi les joueurs, qui propose toujours le coupé Civic. Autrement, la majorité des constructeurs choisissent de dynamiser une berline compacte pour en faire une sportive, ce qu’a récemment fait Nissan avec la Sentra Nismo. Et bien sûr, pour lui trouver une adversaire de taille, l’Elantra Sport nouvellement débarquée était de mise.

Pour Hyundai, l’introduction d’une sportive plus performante au sein de la gamme Elantra est une première. Certains mentionneront l’offre d’un coupé pendant quelques années, mais ce dernier n’avait rien de plus à offrir que la berline de grande série. De ce fait, les stylistes ont dynamisé les lignes de la voiture déjà très élégantes, en lui greffant des pare-chocs exclusifs, des jupes de bas de caisse, un diffuseur arrière ainsi que des jantes de 18 pouces très élégantes.

Chez Nissan, la Sentra de performance existe depuis longtemps. On avait momentanément mis un frein à l’offre d’une version SE-R depuis la refonte de 2013, mais il faut remonter jusqu’à milieu des années pour se remémorer la première Sentra à caractère sportif, qui proposait alors un moteur 2,0 litres de 140 chevaux (SR20).

On relance donc cette année une version de performance, la Nismo, dont les distinctions esthétiques sont aussi nombreuses que réussies. Plusieurs accents de couleur rouge permettent d’ailleurs de distinguer la voiture, qui n’est hélas livrable qu’en trois couleurs, soit le gris, le noir et le blanc. Tout de même, d’une berline qui à la base, n’a rien de réellement aguichante, on parvient avec la Nismo à créer un véhicule nettement plus dynamique sur le plan visuel.

L’habitacle de la Sentra est nettement moins convivial et moderne que celui de l’Elantra.  Les espaces de rangement se font rares, la technologie embarquée est conservatrice et la position de conduite demeure agaçante, surtout pour les personnes de grande taille. Toutefois, la version Nismo profite de baquets plus fermes et enveloppants que les sièges des autres versions, lesquels sont recouverts d’un suède de belle facture. La présentation somme toute terne est ici dynamisée par des accents de couleur rouge, ainsi que par des appliqués de fibre de carbone (non véritables).

Derrière, la banquette est bien dessinée et le dégagement aux jambes est excellent. Le coffre est également très volumineux, avec 428 litres d’espace cargo, ce qui surpasse celui de l’Elantra, laquelle déçoit par une ouverture de coffre très étroite.

Heureusement, l’habitacle de l’Elantra est nettement plus convivial, moderne et spacieux que celui de sa rivale japonaise. Ici, la planche de bord est un modèle d’ergonomie, et propose un équipement extrêmement généreux, comprenant l’application AppleCarPlay/AndroidAuto et une foule de commodités modernes que la Sentra ne propose pas. Les sièges sont moins fermes que du côté de la Nissan, mais proposent un bien meilleur confort, permettant aussi d’obtenir une meilleure position de conduite. Quant à la présentation, elle se veut plus riche et moderne, même si les contrastes de couleurs se font rares. Il ne faut en fait compter que sur les surpiqûres rouges pour enjoliver l’habitacle, où le noir est omniprésent.

Preuve que ces deux voitures sont en compétition directe, on nous propose dans les deux cas un moteur quatre cylindres de 1,6 litre, turbocompressé et doté de l’injection directe de carburant. Chez Nissan, la puissance est de 188 chevaux alors que du côté de Hyundai, on totalise 201 chevaux. Également, une boîte manuelle à six rapports est de mise dans les deux cas, l’Elantra pouvant toutefois recevoir une boîte séquentielle à double embrayage en option.

Première constatation du côté de Nissan, le couple manque à bas régime et le délai à l’accélération rend la conduite un brin artificielle. Autre déception, la boîte manuelle certes précise, mais sur laquelle les rapports sont très courts, ce qui nous oblige à passer le quatrième rapport à 75 km/h pour effectuer l’exercice du 0-100 km/h. Conséquemment, les performances déçoivent légèrement, et ce même si le tempérament de la voiture est résolument sportif. Ici, la suspension est ferme, le châssis est solide et la tenue de route est excellente. Le freinage a également beaucoup de mordant, tout comme les pneumatiques Michelin, de bonne qualité.  On demeure donc en parfait contrôle de la voiture, même sur un circuit, et ce en dépit du fait que la distribution de poids est très inégale.

Chez Hyundai, le côté sportif est moins radical, notamment parce que la suspension est plus équilibrée. La voiture est d’ailleurs plus agréable au quotidien, parce que nettement plus confortable. Toutefois, la sonorité mécanique est envoûtante et le devient de plus en plus lorsqu’on fait grimper le mouchard près de la zone rouge. Puis, lorsqu’on pousse la voiture, on réalise rapidement que la motorisation est plus efficace et très bien adaptée à la voiture. La boîte manuelle est très agréable, bien étagée, la puissance est drôlement plus convaincante et la voiture ne semble pas souffrir, même lorsque malmenée. Le 0-100 km/h s’effectue une seconde plus rapidement qu’avec la Sentra et les reprises sont particulièrement impressionnantes, avec un temps de 4,6 secondes pour le 80-120 km/h.

La maniabilité de l’Elantra Sport impressionne également puisqu’on a grossi les barres stabilisatrices par rapport au modèle de série, tout en l’équipant d’une suspension arrière complètement indépendante. Il en résulte une conduite plus dynamique, une tenue de route exceptionnelle et un plus grand agrément de conduite.

 

Nissan Sentra 2018

Hyundai Elantra Berline 2018

Marque

Nissan

Marque

Hyundai

Version

25 698 $

Version

24 999 $

Échelle de prix

15 898 $ à 26 698 $

Échelle de prix

15 999 $ à 28 999 $

Version à l’essai

NISMO

Version à l’essai

Sport

Transport et préparation

1 600 $

Transport et préparation

1 705 $

Moteur

L4 1,6 litre Turbocompressé, 188 ch @ 5 600 tr-min, 177 lb-pi de 1 600 à 5 200 tr-min

Moteur

4 cylindres 1,6 litre Turbocompressé à injection directe, DOHC, 201 ch @ 6 000 tr-min, 195 lb-pi de 1 500 à 4 500 tr-min

Transmission

Manuelle à 6 rapports

Transmission

Manuelle à 6 rapports

Autres moteurs

4 cylindres 1,8 litres, 130 ch @ 6 000 tr-min, 128 lb-pi @ 3 600 tr-min; 4 cylindres 1,8 litres, 124 ch @ 6 000 tr-min, 124 lb-pi @ 3 600 tr-min

Autres moteurs

4 cylindres 2,0 litres à cycle Atkinson, 147 ch @ 6 200 tr-min, 132 lb-pi @ 4 500 tr-min

Consommation annoncée (ville)

9,5

Consommation annoncée (ville)

10,7

Consommation annoncée (route)

7,6

Consommation annoncée (route)

7,8

Consommation annoncée (combinée)

8,7

Consommation annoncée (combinée)

9,4

Poids à vide

1 380 kg

Poids à vide

1 380 kg

Garantie de base

3 ans/60 000 km

Garantie de base

5 ans/100 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans/100 000 km

Garantie du groupe motopropulsteur

5 ans/100 000 km

Vendues environ au même prix, ces deux berlines directement comparables diffèrent par leur personnalité. Nissan propose une berline de conception vieillissante, mais très bien musclée, offrant un caractère fort et une approche stylistique unique. Hélas, son côté pratique moins convaincant, son confort limité et ses performances décevantes nous laissent sur notre appétit. Conséquemment, l’Elantra remporte ce match, où elle s’est démarquée non seulement par ses performances sur piste, mais aussi par sa polyvalence. Elle est certes moins radicale dans son approche, mais constitue un bien meilleur allié dans le quotidien de la plupart des gens, en plus d’être plus compétente sur la piste. Le choix est donc clair.

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer