Que penser de la Pontiac G8? - Chroniques

Question du jour

Que penser de la Pontiac G8?

La Pontiac G8 risque-t-elle d’être problématique? Qu’en est-il de la disponibilité des pièces?

Pontiac

Je m’intéresse à la Pontiac G8. Comme elle n'est plus fabriquée, pensez-vous qu’il sera difficile d’obtenir des pièces de rechange à l’avenir? Si elle est en bon état, est-ce qu’elle risque d’être problématique? 

– Simon

Bonjour Simon,

Il faut savoir d’où provient la Pontiac G8 pour mieux comprendre le produit en tant que tel. Il s’agit d’une version à peine modifiée de la Holden Commodore, une berline pleine grandeur distribuée en Australie et construite sur la plateforme Zeta de GM. Assemblée à l’usine australienne de Holden, elle a été importée aux États-Unis pour l’année modèle 2008, mais n’a posé ses roues au Canada que pour l’année modèle 2009. Peu de temps après, GM a fermé la division Pontiac, passant du même coup sous le couperet la G8, fraîchement débarquée. Il va donc sans dire que les ventes canadiennes de cette berline ont été relativement limitées.

Trois moteurs ont été proposés. Le V6 3,6 litres était celui d’entrée de gamme alors que le V8 6,0 litres – utilisé ailleurs chez GM – prenait place sous le capot de la version GT plus performante. Une version GXP impossible à trouver – seulement quatre unités ont trouvé preneur au Canada sur les dix importées – a également été proposée. Elle était munie d’un moteur V8 6,2 litres de 415 chevaux.

À LIRE AUSSI : Il installe un V8 de 303 ch dans une Pontiac Montana

La Pontiac G8 n’est toutefois pas la seule variante de la Holden Commodore à avoir été offerte en Amérique du Nord, plus particulièrement aux États-Unis. Peut-être vous rappelez-vous le Pontiac GTO, ce coupé pleine grandeur vendu chez nos voisins américains entre 2004 et 2006. Après l’abandon de la G8, Chevrolet a continué de distribuer la plateforme sous le nom de Chevrolet Caprice PPV entre 2010 et 2017, en tant que voiture de police, mais aussi sous le nom de Chevrolet SS (entre 2014 et 2017). Dans tous les cas, les ventes ont été minimes.

Tout ça pour dire que l’approvisionnement en pièces risque d’être difficile. La faible distribution de ce modèle – et la disparition de la marque – au Canada vous mettra sans doute des bâtons dans les roues. La plus grande disponibilité de la plateforme en sol américain pourrait sauver un tant soit peu la mise, mais il faudra jouer d’astuce si jamais une pièce moins commune devenait nécessaire.

Je ne suis cependant pas inquiet de la fiabilité mécanique puisqu’elle est relativement bien connue et qu’elle a démontré son efficacité sur ce plan. Je préconiserais la version GT à moteur V8 puisque sa fiabilité sera supérieure à celle de la version à moteur V6. Il faut cependant s’attendre à ce que le reste des problèmes typiques de GM – électroniques notamment – soient présents.

Permettez-moi, en terminant, de saluer le choix de la Pontiac G8. On souligne cette année le 10e anniversaire de la triste fermeture de la marque, et il s’agit d’une belle pièce de son histoire récente.

Bonne route!

POURRAIT AUSSI VOUS INTÉRESSER :

   
               
Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer