Pouvons-nous nous fier à l’étude sur la qualité initiale de J.D. Power? - Chroniques

Question du jour

Pouvons-nous nous fier à l’étude sur la qualité initiale de J.D. Power?

Ce lecteur aimerait connaître notre avis au sujet de l’étude sur la qualité initiale de J.D. Power publiée chaque année.

2 juillet 2020

Dodge

« Bonjour, j’ai lu votre texte qui traite de l’étude sur la qualité initiale de J.D. Power et je m’interroge quant à la crédibilité des résultats. Est-ce que RPM croit en cette étude, et devrais-je m’y fier à titre de consommateur? »

- Francis Larocque

Bonjour Francis,

En effet, nous avons reçu de nombreuses questions et de nombreux commentaires à la suite de notre récent article qui traitre de l’étude sur la qualité initiale de J.D. Power, celle qui positionne Dodge et Kia en première position et Tesla en dernier. Comme vous, nous étions très surpris de ces résultats. Mais que pense-t-on réellement de cette étude? Voici les raisons pour lesquelles nous en avons parlé, et où se positionne RPM à cet égard.


Comprendre les multiples facettes de la fiabilité d’un véhicule

Comme vous le savez, chez RPM, nous préférons effectuer nos propres évaluations neutres et objectives. Il est rare que nous partagions les façons de faire des autres publications sur l’automobile, mais l’étude sur la qualité initiale de J.D. Power a néanmoins énormément de poids dans l’industrie. Il est donc difficile de l’ignorer.

Il faut toutefois comprendre que la fiabilité d’un modèle ne se détermine pas lorsqu’il est neuf, mais plutôt après plusieurs dizaines de milliers de kilomètres et, surtout, après plusieurs années, quand la garantie du constructeur de s’applique plus.

 



Par exemple, une marque comme Toyota a la réputation d’être fiable parce qu’un certain nombre de propriétaires témoignent avoir eu très peu de problèmes après avoir franchi les 100 000 kilomètres. Toyota est également un constructeur qui montre une constance remarquable en la matière.

Alors, pourquoi n’est-elle pas au sommet des résultats de J.D. Power?

L’étude sur la qualité initiale (IQS) ne tient compte que des problèmes rapportés par les propriétaires au cours des 90 jours suivant la prise de possession. Elle ne fait donc pas état de la fiabilité à long terme d’un véhicule. Ainsi, même un propriétaire de Toyota pourrait avoir eu affaire à un bogue du système multimédia, par exemple, qui l’aurait forcé à se présenter en concession pour régler le problème. Ça ne signifie pas que le véhicule n’est pas fiable pour autant.

L’autre nuance avec cette étude, c’est qu’elle ne prend pas en compte la nouveauté des modèles ni le nombre d’exemplaires vendus.

Prenez Tesla, par d’exemple, qui se situe dernière dans les résultats. Certes, il est vrai que Tesla éprouve actuellement beaucoup de problèmes au chapitre de l’assemblage de ses véhicules, mais il faut aussi tenir compte de la nouveauté des modèles et des innombrables technologies de pointe qu’on trouve dans ses véhicules. Ainsi, en raison de sa technologie, Tesla est plus susceptible d’être victime de problèmes, surtout au tout début du cycle de production d’un véhicule.

En revanche, une marque comme Dodge, qui commercialise les mêmes modèles depuis plusieurs années, est moins susceptible d’être victime de défectuosités puisque les problèmes, pour la plupart, ont été corrigés il y a longtemps. Et pour ceux qui se demandent pourquoi Chrysler se positionne vraiment plus bas que Dodge dans les résultats, ça pourrait tout simplement être relié à la Chrysler Pacifica hybride rechargeable - sans aucun doute le modèle le plus technologique chez FCA -, expliquant ainsi le nombre de problèmes reportés.

Alors, pouvons-nous nous fier à cette étude? Dans la mesure où on l’interprète comme il se doit, nous répondons par l’affirmative, car elle peut révéler de l’information intéressante. On remarque également une constance de la part de certains constructeurs, comme les marques sud-coréennes – Kia, Hyundai et Genesis – qui figurent au top des résultats année après année, même si elles commercialisent plusieurs modèles hautement technologiques à grande échelle.

L’autre aspect positif de l’étude de J.D. Power, c’est qu’elle force les constructeurs d’automobiles à revoir la qualité de leur véhicule. Aucun constructeur ne veut se retrouver en dernière position, ce qui les incite à produire de meilleurs modèles. À prendre avec un grain de sel, cette étude demeure néanmoins révélatrice et permet de brosser un portrait préliminaire de la qualité initiale d’un véhicule neuf.

Merci de faire confiance à l’équipe de RPM.

 

POURRAIT VOUS INTÉRESSER

VIDÉO: Que s’est-il passé avec la fiabilité légendaire de Volvo?

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer