Les voitures à essence prendront-elles ou perdront-elles de la valeur ? - Chroniques

Question du jour

Les voitures à essence prendront-elles ou perdront-elles de la valeur ?

Ce lecteur s’interroge au sujet de la valeur des voitures mues par un moteur thermique dans un avenir électrique.

9 août 2021

Guillaume Fournier

« Bonjour, j’aimerais acheter une voiture classique, mais je me demande si sa valeur montera ou chutera dans un monde électrique. Vous en pensez quoi ? »

- Richard

Bonjour Richard,

Il n’est jamais facile de prédire l’avenir, mais chose certaine, en 2035, les voitures neuves mues par un moteur thermique seront devenues rares, car plusieurs gouvernements, dont ceux du Québec et du Canada, imposeront une loi interdisant la vente de voitures neuves à essence. Voici notre vision des choses.

Acura NSX 1994

Tout dépendra des lois en vigueur

Dans l’immédiat, nous remarquons une nostalgie généralisée dans le marché de la voiture d’occasion. En effet, certains consommateurs se tournent vers d’anciens modèles pour plusieurs raisons : souvenirs associés au véhicule, mécanique plus simple, refus de passer à l’électrique, technologies moins envahissantes, etc.

 



Un tel engouement fait grimper la valeur de certains modèles. Il suffit de consulter quelques encans automobiles en ligne, comme Bring a Trailer ou Cars & Bids, pour observer une hausse marquée des prix des modèles classiques. Les prix seront encore plus élevés pour les modèles rares et mythiques ayant été vendus en quantités très limitées du genre Toyota Supra ou, encore, Acura NSX et BMW M3 de première génération.

Mazda MX-5 1997

Est-ce que cette tendance se maintiendra ? Il est difficile de répondre à cette question, car tout dépendra des lois que les gouvernements mettront en place pour les anciennes voitures à moteur thermique. Deux hypothèses sont sur la table :

La première se révèle positive pour les propriétaires d’anciennes voitures. Si aucune loi additionnelle en lien avec leurs émissions polluantes n’est imposée, les choses pourraient demeurer comme elles le sont actuellement. Nous pourrions donc remarquer une augmentation constante dans la valeur des anciens modèles.

Subaru BRZ

La deuxième hypothèse et toutefois moins rose, mais tout de même possible. Les gouvernements pourraient décider d’imposer des lois forçant les propriétaires d’anciennes voitures à soumettre leur véhicule à de nouvelles normes antipolluantes, comme le font déjà certains États américains comme la Californie.

Or, les gouvernements pourraient exiger l’installation de catalyseurs supplémentaires. Nous pourrions également être témoins d’une augmentation dans le coût de l’immatriculation et des assurances de ces véhicules dans un effort de décourager l’automobiliste de consommer de l’essence, sans compter le fait que l’essence risque d’être de plus en plus taxée à l’avenir. Tout ça pourrait ainsi faire baisser la valeur des anciens modèles, car de telles lois ralentiraient la demande pour ces véhicules.

Datsun 240Z 1972

Nous ne sommes pas encore rendus là

L’histoire de l’automobile nous a cependant démontré que, même avec l’arrivée de nouvelles lois plus sévères, les voitures classiques ont toujours eu leur place, car il s’agit de droits acquis, mais aussi de véhicules marginaux qui ne roulent que quelques mois par année. Ils ne sont donc pas de gros pollueurs.

À court et à moyen termes, je ne m’inquiéterais pas trop d’une potentielle baisse dans la valeur des véhicules classiques. Je dirais plutôt que nous sommes dans une belle époque. Profitez du fait que la tendance des valeurs d’anciennes voitures est à la hausse. Ceci pourrait vous permettre de revendre votre véhicule à bon prix dans les années à venir. 

 

POURRAIT VOUS INTÉRESSER

VIDÉO : À quel moment les véhicules électriques se vendront au même prix que les voitures à essence?

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer