Engueulade concernant le passage d’un motoneigiste, qui a raison ? - Chroniques

Question du jour

Engueulade concernant le passage d’un motoneigiste, qui a raison ?

À la suite d’une engueulade avec un autre automobiliste, un lecteur se demande qui a la priorité à un passage pour motoneige ou VTT ?

26 janvier 2021

« Je viens de me taper une belle engueulade avec un autre automobiliste qui s’est arrêté devant moi pour laisser passer un motoneigiste. Il dit que le motoneigiste avait la priorité. Je suis certain que non. Je suis dans le champ ou pas ? »

- Michel Lacasse

Bonjour. En fonction de votre question, le motoneigiste était à l’arrêt en bordure du chemin et patientait pour passer. L’automobiliste qui vous précédait, au lieu de simplement ralentir, a freiné complètement pour le laisser passer. Cela vous a forcé, par l’effet de surprise, à freiner pour vous immobiliser.

Voilà une situation qui aurait pu être fâcheuse en causant un accident. La personne qui se trouvait devant vous était effectivement dans l’erreur, elle ne devait pas faire un freinage complet et immobiliser son véhicule sur la voie publique. Heureusement que vous étiez vigilant au volant ; si le freinage était subi, vous auriez pu l’emboutir.

 



L’autre conducteur a clairement fait une mauvaise interprétation de la signalisation. Quand on voit un panneau routier indiquant un passage pour véhicules tout-terrains et motoneiges dans une distance X, par exemple 350 mètres, cela signifie qu’il y aura un passage réglementé pour ces derniers. Par précaution, il est donc fortement recommandé de légèrement diminuer sa vitesse. Cette règle s’applique d’ailleurs à tout croisement routier. En limitant la vitesse du véhicule, on favorise la possibilité d’un freinage d’urgence plus court en cas de besoin.

Il faut aussi savoir que les passages réglementés pour motoneiges ont le même système de signalisation routière que pour les automobilistes. À une intersection, il y a des panneaux d’arrêt. On connaît l’attitude à prendre pour une intersection à 4 arrêts où tous doivent se mettre à l’arrêt. Si l’on a un « arrêt » mais pas de circulation transversale, on doit attendre que la voie soit libre pour circuler. En aucun temps l’automobiliste devant vous n’aurait dû se mettre à l’arrêt. C’est un beau geste de courtoisie, mais dangereux et risqué pour la sécurité des usagers de la route.

 

POURRAIT VOUS INTÉRESSER

VIDÉO : Priorité au passage des piétons et des cyclistes

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer