Un mauvais conducteur de véhicule électrique vous rendra encore plus malade - Chroniques

Opinion

Un mauvais conducteur de véhicule électrique vous rendra encore plus malade

Se trouver à bord d’un véhicule électrique conduit par un mauvais conducteur, c’est encore pire que dans le cas d’un véhicule à essence.

17 décembre 2021

Vous êtes-vous déjà trouvé à bord d’un véhicule dont le conducteur conduisait tellement mal que sa conduite vous rendait inconfortable au point même d’en être malade ? Vous savez, ceux qui ne sont pas constants avec l’accélérateur et qui passent leur temps à appuyer fortement dessus pour le relâcher tout aussi vite ? Bien, sachez qu’un véhicule électrique rendra leur mauvaise conduite encore plus inconfortable pour tout passager.

Comment est-ce possible ? Il faut savoir que les véhicules électriques disposent d’un système de régénération qui, quand vous relâchez l’accélérateur, entre en fonction pour récupérer l’énergie du véhicule. En termes simples, la rotation des roues utilise le moteur électrique comme un générateur qui renvoie du courant électrique aux batteries jusqu’à ce vous réappuyiez sur l’accélérateur assez fortement pour renverser et utiliser à nouveau la puissance du moteur électrique pour avancer.

Le problème réside dans le fait que la régénération ralentit les véhicules beaucoup plus rapidement qu’un modèle équipé d’un moteur à essence ; c’est encore plus marqué quand il est possible de moduler la régénération à un niveau vous permettant de conduire d’un seul pied, presque sans utiliser les freins.

Vous pouvez donc vous imaginer que l’effet d’un mauvais conducteur, qui n’applique pas une pression bien mesurée sur l’accélérateur, est amplifié à bord d’un véhicule électrique. Dès qu’il relâche l’accélérateur, le véhicule ralentit fortement vous propulsant vers l’avant ; et comme les moteurs électriques déploient leur couple très rapidement, une forte pression sur l’accélérateur vous propulsera aussi rapidement vers l’arrière. Ce petit manège aura tôt fait de vous donner la nausée et de rendre tout déplacement fort désagréable.

 



Il faut aussi savoir que plusieurs constructeurs ont trouvé des moyens de minimiser cet effet à bord des véhicules à essence. Certains vont réduire le degré de réponse de l’accélérateur et du couple du moteur afin de minimiser l’impact des pressions inégales, c’est l’une des fonctions du système Skyactiv de Mazda. Même chose pour le volant, certains auront des technologies qui permettent de réduire les effets de coups de volant afin d’améliorer le confort à bord.

Dans le cas d’un véhicule électrique, il ne vous restera qu’à recommander à votre conducteur de désactiver la régénération agressive et d’activer le mode de conduite économique qui réduira fortement les impulsions de l’accélérateur. Surtout, il faut éviter le mode Sport.

La morale de cette histoire, les véhicules feront probablement des conducteurs beaucoup plus doux avec le temps, sinon apportez des médicaments contre la nausée et préparez-vous à souffrir lors de votre prochaine randonnée.

 

POURRAIT VOUS INTÉRESSER

VIDÉO : Véhicules électriques : la CVT est là pour rester

Tag associé: Véhicules électriques
Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer