Les voitures hybrides ont-elles encore leur place? - Chroniques

Dossiers spéciaux

Les voitures hybrides ont-elles encore leur place?

L'électrification des transports, sujet de prédilection de notre nouveau collaborateur Daniel Breton, fait évoluer le marché automobile à la vitesse grand V. Les véhicules hybrides seraient-ils déjà dépassés?

Kia

Avec l’arrivée d’un nombre croissant de modèles hybrides rechargeables et 100 % électriques, certains commencent à remettre en question la pertinence de s’acheter un véhicule à motorisation strictement hybride, c’est-à-dire non enfichable. Ce n’est pas mon cas.

Sachant que 80 % des recharges sont effectuées à la maison ou au travail, nous aurions beau souhaiter que tout le monde passe dès maintenant à la voiture électrique, la réalité objective est qu’il existe encore des dizaines de milliers de foyers québécois où les occupants ne peuvent justement pas brancher leur voiture à proximité de ces lieux. C’est le cas de nombreux résidents des centres-villes de Montréal, Québec, Trois-Rivières, etc., qui doivent stationner leur véhicule sur la rue et ne peuvent donc pas faire passer un câble de recharge sur le trottoir, qui risquerait d’être abîmé ou sur lequel les gens pourraient trébucher.

C’est aussi le cas de ceux qui demeurent dans des immeubles d’habitation dont le stationnement ne peut pas encore accueillir de bornes de recharge. Si le gouvernement du Québec a annoncé il y quelques semaines à peine un incitatif spécialement conçu pour faciliter l’installation de bornes de recharge dans les habitations de cinq logements et plus, d’ici à ce que tous ces endroits soient adaptés, des années s’écouleront.

D’où la pertinence de la voiture hybride pour ceux et celles qui veulent passer à un véhicule qui consomme et pollue moins.

Cela dit, comme c’est le cas pour les véhicules à essence, tous les hybrides ne sont pas nés égaux. D’ailleurs, il m’est arrivé de critiquer certains modèles qui n’avaient d’hybride que le nom… et une consommation d’essence à peine réduite.

Toyota, le maître des hybrides

Si plusieurs fans de la voiture 100 % électrique sont très critiques à l’égard de Toyota – qui n’offre toujours aucun véhicule 100 % électrique –, force est de constater qu’au moment où certains de ses concurrents offrent un seul VÉ qui ne représente qu’une fraction de leurs ventes totales, Toyota n’offre pas moins de huit modèles disponibles en version hybride. Ainsi, s’il n’est pas un leader en matière de véhicules enfichables, Toyota éclipse littéralement la concurrence en ce qui a trait aux hybrides et ce, depuis près d’un quart de siècle.

La Prius n’attire peut-être plus l’attention comme jadis, mais elle n’en demeure pas moins une excellente voiture et reste au sommet des véhicules les plus fiables. Dans sa mouture la plus récente, elle est même devenue plutôt agréable à conduire.

Des hybrides qui méritent le détour

Toyota Prius AWD-e

J’ai été agréablement surpris des performances de la toute nouvelle Toyota Prius à traction intégrale AWD-e. Alors que les voitures et camions légers équipés d’un tel système peinent à faire moins de 8 L/100 km dans les meilleures conditions, sa cote EPA est de 4,7 L/100 km, ce qui est à peine plus que celle de la Prius traditionnelle à 4,5 L/100 km. J’ai même réussi à obtenir une consommation de 3,5 L/100 km avec cette voiture en roulant en partie sur l’autoroute et en ville. Étonnant!

Vous n’en ferez certes pas un véhicule tout-terrain vu que la garde au sol est la même que pour la Prius originale, mais il n’en demeure pas moins que cette option sera certainement très populaire… d’autant plus qu’elle est offerte pour à peine 1 000 $ de plus qu’une Prius de base : 31 234 $ plutôt que 30 234 $.

Hyundai Ioniq Hybrid

Moins connu pour ses véhicules hybrides malgré le fait qu’il en propose depuis 2011, Hyundai offre sa Ioniq en version hybride et celle-ci en vaut la peine. Pratique et agréable à conduire, sa cote de consommation bat même celle de la Prius par un chouia (4,1 L/100 km). Mais là où elle se démarque vraiment, c’est avec son prix de base de 24 399 $. Un excellent achat.

Kia Niro Hybrid

La Kia Niro hybride jouit déjà d’une certaine popularité… qui risque d’être éclipsée par sa jumelle, la Niro EV. Ce multisegment bien équipé et très confortable offre un choix avantageux pour ceux et celles qui recherchent auprès d’un constructeur généraliste un véhicule au look un peu plus cossu. Et à un prix concurrentiel : 27 395 $ pour un multisegment dont la cote de consommation est d’à peine 4,7 L/100 km. Pas mal du tout.

Les rabais changent la donne

Là où le bât blesse cependant, c’est lorsqu’on se met à calculer les rabais gouvernementaux offerts pour les véhicules hybrides rechargeables et 100 % électriques, alors que les véhicules strictement hybrides n’y ont maintenant plus droit.

Ainsi, une Hyundai Ioniq PHEV, dont l’autonomie moyenne en mode électrique est de 46 kilomètres, coûte à peine 1 500 $ de plus qu’une Ioniq Hybrid (une fois les rabais gouvernementaux calculés). Quant à la Toyota Prius Prime dont l’autonomie moyenne en mode électrique est de 40 kilomètres, elle coûte environ 1 000 $ moins cher que la Prius de base. C’est donc un pensez-y bien.

Tant et aussi longtemps que les automobilistes ne pourront pas tous brancher leur véhicule à proximité de leur domicile ou au boulot, il y aura toujours de la place pour les véhicules hybrides… et hybrides rechargeables.

Si vous ne pouvez pas brancher votre voiture à la maison ou au travail, vous aurez à prendre une décision en répondant à la question suivante : irez-vous brancher votre voiture ailleurs, là où c’est possible, réduisant du coup encore plus votre consommation de carburant ainsi que vos émissions polluantes et de GES? Si vous répondez oui, une version hybride rechargeable est un meilleur choix. Si vous répondez non, une bonne voiture hybride demeure tout à fait pertinente.

Tags associés: Véhicules électriques, Véhicules hybrides
Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer