Le succès du rouage intégral au Québec - Chroniques

Collaborations spéciales

Le succès du rouage intégral au Québec

Retour sur les différents rouages et sur la pertinence du rouage intégral dans un marché comme le nôtre, complexifié par le climat.

22 mars 2019

Kia

Le rouage intégral, mieux connu sous l’acronyme AWD (All Wheel Drive), connaît un immense succès au Québec compte tenu des conditions hivernales. Plusieurs acheteurs considèrent sérieusement cette option puisqu’elle ajoute un sentiment de sécurité non négligeable.

Le rouage expliqué

La presque totalité des véhicules économiques adoptent la traction. Sous cette configuration, c’est d’ailleurs le cas des Kia Optima et Hyundai Accent, le moteur et les roues motrices sont placés à l’avant du véhicule. À l’opposé, sur une propulsion, les roues motrices sont à l’arrière. Et enfin, la totale : le rouage intégral combine la traction et la propulsion de manière à obtenir les qualités des deux modes.

Deux types de rouage intégral sont offerts et celui à prise temporaire est de loin le plus répandu. Équipé de la sorte, le véhicule roule normalement en deux roues motrices puis, lorsque le système détecte une différence de vitesse entre les roues avant et arrière, une partie de la motricité est redirigée sur le train de roues inexploité. Différentes appellations sont commercialisées dont HTRAC chez Hyundai, 4Matic chez Mercedes Benz et AWC chez Mitsubishi. L’autre type, celui en permanence, dispose d’une transmission qui répartit la puissance en tout temps sur les quatre roues.

Le rouage intégral est souvent associé aux petits VUS et n’est pas étranger à leur popularité. Des modèles comme les Kia Sportage, Hyundai Tucson, Subaru Crosstrek et Nissan Rogue en sont un bon exemple. Et pour ceux qui préfèrent les berlines, sachez que Mazda offre depuis peu une version AWD de son modèle d’entrée de gamme, la 3.

 

L'importance d'adapter sa conduite 

Les bénéfices de la transmission intégrale s’observent surtout en accélération. Que ce soit au décollage, en dépassement ou dans une courbe, c’est au moment d’appuyer sur l’accélérateur que la magie s’opère. Toute la puissance est alors transmise aux roues avant et arrière, permettant une meilleure adhérence. Dans le cas des tractions intégrales à prise temporaire, une fois la vitesse de croisière atteinte, le système redistribue la puissance vers le train avant ou arrière pour aider à réduire la consommation d'essence. Il est cependant important de souligner que le rouage intégral n'offre absolument aucun avantage au moment de freiner.

C’est pourquoi il est primordial d’adapter sa conduite en période hivernale. La pratique demeure évidemment la meilleure solution pour une conduite en toute sécurité. D’ailleurs, des écoles spécialisées et certains constructeurs, dont Mercedes Benz, offrent des cours de conduite hivernale.

Si vous n’êtes toujours pas convaincus par le rouage intégral et sa pertinence dans votre choix de véhicule, il est conseillé de visiter une concession, qui vous apportera assurément les réponses dont vous avez besoin. Et souvenez-vous que même si l’intégrale procure un sentiment de sécurité, la plus grande qualité en situation de conduite hivernale reste toujours la prudence.

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer