L’Europe recule et assouplit ses règlements antipollution - Chroniques

Archive

L’Europe recule et assouplit ses règlements antipollution

L’Europe recule et assouplit ses règlements antipollution

Un peu plus d’un mois après le début du scandale Volkswagen, les 28 pays membres de l’Union européenne se sont entendus la semaine dernière pour que les constructeurs automobiles soient autorisés à émettre officiellement plus de gaz polluants. Autrement dit, L’Union Européenne a révisé à la hausse les standards Euro-6 qu’ils venaient de mettre sur pied. D'ici à septembre 2017, la marge de tolérance sera de 110 % au-dessus du seuil utilisé en laboratoire en ce moment avec les normes Euro 6, puis de 50 % d'ici à janvier 2020. Aujourd'hui, en moyenne, les émissions en conduite réelle sont 400 % plus élevées que le seuil appliqué pour les conduites en laboratoire.

Des tests effectués sur la route et non en laboratoire
Les tests en Europe et aussi chez nous vont déménager du laboratoire à la route. À partir de 2017, les nouveaux modèles de voitures vendus en Europe qui ne réussiront pas avec succès les tests d’émissions d’oxyde d’azote (Nox) en conduite réelle ne pourront pas être vendus en concession. Il est à noter que ce sont les autorités nationales de chacun des pays membres de l’Union européenne qui vont passer les tests et non les constructeurs. Si on regarde le problème sous un angle différent, les constructeurs qui en ce moment dépassent les normes de 400 % en moyenne devront les dépasser de 110 % à partir de 2017 et de 50 % d’ici 2020


Pourquoi un tel revirement de situation ?
Si le pourcentage des voitures diesel sur nos routes demeure assez faible, il en va tout autrement pour l’Europe. La moyenne générale est autour de 55 %. Dans certains pays comme la France, cette moyenne a grimpé jusqu’à 75 % en 2012 et l’Autriche a flirté avec les 90 %. Cette décision d’adoucir les normes antipollution se veut un geste pour calmer la tempête et se donner le temps de prendre un répit pour revoir les paramètres des réglementations. L’Union Européenne a également réalisé à la lumière de son enquête que les limitations techniques réelles auprès des constructeurs qui disent depuis longtemps avoir de la difficulté à rencontrer les nouvelles normes. Tous les véhicules Diesel testés depuis l’éclosion du scandale Volkswagen polluent en moyenne quatre fois plus que les normes Euro 6 en vigueur depuis deux mois à peine. L’Europe s’est montrée sévère face à la pollution émise par les moteurs Diesel. À titre d’exemple, les rejets de Nox sont passés de 180 mg/km à 80 mg/km en septembre 2014. Elle était de 500 mg/km il y a quelques années seulement. L’UE décide donc temporairement (jusqu’en 2020) de rehausser les normes pour laisser le temps à l’industrie automobile de se relever et de penser à une solution. Si cette solution provoque la colère des groupes écologistes, elle permet sans doute de sauver les 12 millions d’emploi relié au secteur automobile en Europe. L’Union Européenne craint que les mesures très contraignantes plombent la santé économique des constructeurs automobiles.


L’Uunion Européenne est le premier endroit à passer à l’action avec des tests antipollution en conditions réelles dès 2017. Souhaitons seulement que l’Amérique du Nord puisse mettre ses culottes et faire respecter les normes ou éliminer les moteurs Diesel qui sont une source importante de pollution et de problèmes de santé collective.




 

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer