Cette Mercury Coupé Derelict 1949 complètement électrique utilise deux moteurs de Tesla - Actualités

Technologie

Cette Mercury Coupé Derelict 1949 complètement électrique utilise deux moteurs de Tesla

Le préparateur de Los Angeles, ICON, a une fois de plus profité de sa présence au SEMA Show de Las Vegas pour y dévoiler un projet électrique complètement ahurissant : la Mercury Coupé Derelict 1949.

Vincent Aubé

2 novembre 2018

ICON

Plus tôt cette semaine, le préparateur ICON Vehicles a dévoilé une adorable Fiat Giardinetta 1966 qui était passée à l’électrique. La firme de Los Angeles en a rajouté, à l’occasion du SEMA Show, cette semaine. En effet, cette Mercury Coupé 1949 a elle aussi troqué sa mécanique à combustion interne au profit d’un groupe motopropulseur électrique, et le moins qu’on puisse dire, c’est que l’industrie de la personnalisation automobile a intérêt à jeter un coup d’œil à cette idée.

À LIRE AUSSI : La Ford Mustang Cobra Jet la plus puissante et la plus rapide de l'histoire dévoilée

Les transplantations de moteurs électriques à bord de véhicules existants ne datent pas d’hier. Cependant, lorsqu’il est question d’ajouter du style à cette énergie propre, on obtient une combinaison qui pourrait peut-être convaincre quelques irréductibles de la vieille école.

Le coupé américain fait lui aussi partie de la série Derelict, un concept qui n’altère pas la peinture d’origine de la caisse. Si l’extérieur respecte les lignes sensuelles de la fin des années 40, la mécanique est bien de son temps. La Mercury Derelict profite en effet de deux moteurs électriques et d’un bloc de batteries de 85 kWh, tous issus du catalogue de Tesla. La puissance est estimée à 400 chevaux et le couple disponible dès le départ atteint les 470 lb-pi. Mieux encore, la vitesse de pointe de cette Mercury peut atteindre les 193 km/h.

Une fois de plus, les gens d’ICON ont planché sur ce projet avec l’équipe de Stealth EV, spécialisée dans les motorisations électriques. Les concepteurs ont même poussé la note en dissimulant les contrôles de modules sous un faux bloc moteur à essence. La suspension est dorénavant indépendante aux quatre coins, tandis que les freins sont une gracieuseté de Brembo.

Mais, ce qui importe le plus avec un VÉ, c’est son autonomie, n’est-ce pas? La Mercury Derelict 1949 est capable de rouler sur une distance d’au moins 241 km avant de devoir être rechargée par une borne de recharge rapide en une heure et demie.

Le prix d’une telle réalisation est assurément très salé, la firme ICON étant réputée pour la qualité de ses réalisations. Pour le consommateur qui souhaite un véhicule électrique au look unique, ce type de projet est toutefois très intéressant.

Tags associés: Véhicules électriques, Auto électrique

Pour plus d’informations

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer