Renault « considère avec intérêt » une union avec FCA - Actualités

Nouvelles

Renault « considère avec intérêt » une union avec FCA

Renault dit étudier sérieusement l’offre acheminée par FCA en vue de créer une entreprise détenue à 50 % par les deux constructeurs.

Samuel Lessard

27 mai 2019

Renault

Ce n’est pas d’hier que FCA recherche un partenaire d’affaires. La française Renault a confirmé avoir reçu dimanche une proposition de la part de FCA pour une union de type 50-50. Or, à la suite d’une rencontre ayant eu lieu ce matin en Europe, les membres de la direction de Renault ont affirmé que la proposition allait être étudiée sérieusement.

Selon un communiqué publié par FCA, la nouvelle entité serait possédée à 50 % par les deux parties respectives. Une telle union porterait la production totale du groupe à environ 8,7 millions de véhicules par année, ce qui le placerait en troisième position parmi les constructeurs.

L’association permettrait aussi au nouveau groupe de se positionner avantageusement sur plusieurs marchés. En effet, FCA occupe une place de choix en Amérique du Nord et en Amérique latine, alors que Renault est solidement implantée en Europe, en Russie, en Asie et au Moyen-Orient.

La nouvelle entreprise serait également présente dans tous les segments du marché, des marques généralistes aux marques de luxe. En effet, FCA a actuellement dans son giron les marques Alfa Romeo et Maserati, de même que les profitables RAM et Jeep. De son côté, Renault a également plusieurs marques bien établies sous son aile, à commencer par Nissan et Mitsubishi, de même que Dacia et Lada.

Selon les estimations de FCA, les deux entreprises retireraient un bon avantage de cette union. D’un point de vue financier, 5 milliards d’euros (7,53 milliards de dollars canadiens) seraient économisés annuellement. Une telle somme proviendrait essentiellement des économies d’échelle, notamment en raison du partage des plateformes et des mécaniques. Le nouveau groupe serait également mieux positionné en matière de nouvelles technologies. Les efforts d’électrification et dans le domaine de la conduite autonome se verraient combinés.

Aucune fermeture d’usine n’est à prévoir dans cette fusion potentielle.

À LIRE AUSSI : FCA supprime 1 500 emplois à Windsor

Plus de détails seront donnés éventuellement, autant sur la réponse officielle de Renault que sur les détails de l’éventuelle entente.

POURRAIT AUSSI VOUS INTÉRESSER :

   
               
Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer