Le design des véhicules augmente la mortalité des piétons lors d’un impact - Actualités

Nouvelles

Le design des véhicules augmente la mortalité des piétons lors d’un impact

La hauteur et l'approche carrée des VUS, qui sont de plus en plus populaires, n'est pas étranger à cette statistique.

Samuel Lessard

9 mai 2018

Chevrolet

Selon une étude de l’Insurance Institute for Highway Safety (IIHS), le design des véhicules d’aujourd’hui est plus susceptible de causer la mort d’un piéton lors d’un impact.

À LIRE AUSSI : Vulnérabilité des piétons, cyclistes et motos

Depuis 2009, aux États-Unis, le nombre de piétons décédés à la suite d’une collision avec un véhicule ne cesse de grimper, atteignant 5 987 en 2016. Il s’agit d’une augmentation de 46 % depuis 2009, l’année où la fatalité était à son plus bas niveau. Il faut remonter à l’année 1990 pour observer un taux de mortalité aussi élevé.

Depuis sept ans, le nombre de collisions impliquant un piéton et un VUS a augmenté de 81 %. Comme en témoignent les chiffres de ventes annuelles, les VUS sont de plus en plus populaires en Amérique du Nord.

L’IIHS souligne que la partie avant plus verticale et plus haute de ce genre de véhicule occasionne davantage de blessures mortelles que la devanture plus basse des voitures. Les piétons sont plus susceptibles de subir des blessures au haut du corps, soit à la tête et à la poitrine, ce qui diminue les chances de survie après un impact. L’organisme estime que le fait d’apporter des modifications au design des VUS permettrait de diminuer le risque de mortalité.

L’IIHS note également que la majorité des collisions impliquant un piéton surviennent où il n’y a pas d’intersection sur des artères achalandées en milieu urbain ou en banlieue, alors qu’il fait sombre.

Depuis 2016, l’IIHS accorde une importance particulière à la performance des phares. Le nombre de véhicules ayant obtenu la note de « bon » pour leurs capacités de bien éclairer la route est passé de deux, en 2016, à vingt-six, en 2018. Toujours selon l’Institut, les systèmes de freinage d’urgence automatique avec détection de piétons ont également prouvé leur efficacité pour éviter, ou à tout le moins diminuer, la sévérité des collisions.

En plus d’insister sur le fait que la conception des véhicules joue un rôle majeur dans la survie de piétons, l’organisme met l’accent sur les changements qui pourraient être apportés aux infrastructures. Il suggère notamment d’adapter les routes à la circulation des piétons, de peaufiner l’éclairage urbain et d’abaisser la vitesse autorisée pour les véhicules routiers.

Au Canada, en 2016, 334 piétons ont perdu la vie dans une collision avec un véhicule.

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer