FV Frangivento Sorpasso, la nouvelle exotique italienne - Actualités

Nouvelles

FV Frangivento Sorpasso, la nouvelle exotique italienne

Pas facile de percer le marché des superbolides. FV Frangivent, constructeur basé à Turin, tente d’y parvenir avec la Sorpasso.

7 avril 2021

FV Frangivento

Nombreux sont ceux qui ont eu le désir de se lancer dans la création et la vente des supervoitures. Si certains y sont parvenus avec succès, on note une multitude d’échecs au cours de l’histoire. Non seulement doit-on avoir les poches profondes si l’on veut être un bon investisseur, mais on doit surtout bâtir une image de marque qui attirera les riches acheteurs. C’est surtout ça le nerf de la guerre au royaume des exotiques. Est-ce que la FV Frangivento Sorpasso y parviendra ?

Fondé en 2015, FV Frangivent, un constructeur basé à Turin, en Italie, tente d’y parvenir et espère que ses racines italiennes lui permettront de créer une marque aussi réputée que Ferrari ou Lamborghini. La firme a été créée par deux hommes d’affaires italien, Paolo Mancini et le styliste Giorgio Pirol.

Le premier prototype présenté par la firme est la FV Frangivento Asfanè DieciDieci, un bolide à motorisation hybride au style assez éclaté. Cette fois, la marque nous présente la Sorpasso.

Deux versions seront offertes : la Stradale et la GTXX. La première sera équipée d’un moteur V10 développant une puissance de 602 chevaux. Selon le constructeur, le bolide peut boucler le 0 à 100 kilomètres/heure en 2,9 secondes, un chrono assez exceptionnel.

 



Quant à la Sorpasso GTXX, elle offre un degré de personnalisation supérieur et une légèreté accrue en raison de l’ajout de plusieurs composants en fibre de carbone. Vous pourrez choisir les chiffres qui composeront le nom de votre modèle, les deux XX de l’appellation GT. Elle profite du même moteur V10, mais l’ajout d’un compresseur volumétrique pousse sa puissance à 850 chevaux, rien de moins. Les deux bolides profitent d’un rouage intégral.

Pour le moment, seules les images de la version Stradale ont été publiées ; le secret demeure quant à l’esthétique dans le cas de la GTXX. Selon le styliste, la voiture s’inspire de deux classiques de l’époque, soit les Ferrari Dino et Lamborghini Miura.

Aucun prix n’a encore été dévoilé, mais le constructeur mentionne que chaque commande peut être livrée en moins de 150 jours. Les premiers modèles devraient être livrés en Europe dès juillet 2021.  

Difficile de prédire le succès de la marque qui tente d’émuler ce que des Pagani et Koenigsegg ont réussi à accomplir comme petits constructeurs indépendants.

 

POURRAIT VOUS INTÉRESSER

VIDÉO : Visite de Bugatti, partie 1 : rien n'est trop beau, rien n'est trop cher

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer