Essence : le prix au litre demeure élevé malgré la baisse du baril - Actualités

Nouvelles

Essence : le prix au litre demeure élevé malgré la baisse du baril

Le prix au litre a baissé, mais pas aussi fortement que le prix à la raffinerie.

17 mars 2020

Samuel Lessard

Le prix de l’essence à la pompe n’a jamais été aussi bas depuis longtemps. La tension mondiale en lien avec la COVID-19 et la stratégie de certains pays producteurs de pétrole de baisser le prix du baril y sont pour quelque chose. Malgré cette baisse du prix à la source, le prix à la pompe, celui que paient les consommateurs, ne s’est pas abaissé aussi rapidement qu’attendu au cours des derniers jours.

Chaque jour, la Régie de l’énergie publie l’indice quotidien du coût d’acquisition, une donnée qui relate une estimation du prix que paie le détaillant à l’achat du litre d’essence, avant de vous le revendre. À ce prix, le détaillant ajoute sa marge de profit, ce qui donne le prix à la pompe.

Or, en comparant les données recensées par la Régie de l’énergie, il appert que le prix à la pompe ne subit pas la même baisse que le prix d’acquisition. Cette tendance est observable un peu partout au Québec mais principalement en région, où l’écart est frappant.

 



C’est le cas notamment de la ville de Rouyn-Noranda, en Abitibi-Témiscamingue, où la régie de l’énergie a recensé un coût d’acquisition de 80,4 cents du litre – incluant taxes et coût de transport – pour la journée du 17 mars 2020. Ceci marque une baisse de 30 % en comparaison avec la moyenne des 52 dernières semaines, qui est de 114,5 cents. Or, pour la même période, le prix à la pompe est passé de 124,4 cents à 110,0 cents, une baisse de seulement 12 %.

Mais où est passé le 18 % manquant? Selon le document relatant les composantes estimées des prix à la pompe pour l’essence ordinaire à Rouyn-Noranda fourni par la Régie de l’énergie, une grande partie de cet écart s’explique par la marge de profit grandissante des détaillants. En effet, elle est de 24 % pour la journée du 17 mars 2020, alors qu’elle a été en moyenne de 7 % pour les 52 dernières semaines.

Selon la page Info-Essence de CAA-Québec, le prix réaliste du litre d’essence en Abitibi-Témiscamingue devrait être de 89,5 cents du litre à la pompe. Dans les faits, il est plutôt de 104,7 cents, une différence de 15,2 cents que les consommateurs doivent payer.


Autre région touchée

La situation dans le Bas-Saint-Laurent n’est guère plus rose où la marge de profit des détaillants ne suit pas, non plus, la baisse du coût d’acquisition. Pour la région de Mont-Joli, la marge de profit est passée de 9 % en moyenne pour les 52 dernières semaines à environ 21 % pour la journée du 17 mars 2020. À titre comparatif, elle était de 25 % pour la journée du 13 mars. La situation semble donc être en train de se normaliser, quoiqu’elle soit encore loin de la moyenne.

Même si la situation est moins marquée à proximité des grands centres, elle demeure là. Dans le secteur Ste-Foy de la Capitale-Nationale, le prix moyen d’acquisition a baissé de 29 %, alors que le prix à la pompe a subi une baisse moins importante, chiffrée à 19 %.

POURRAIT VOUS INTÉRESSER

VIDÉO : Combien coûte un véhicule électrique par rapport à une voiture à essence?

Pour plus d’informations

Appuyez Entrée pour rechercher ou Échapper pour fermer